Avant d'être des oiseaux, certains dinosaures pouvaient voler

Publié par Isabelle le 16/08/2020 à 13:00
Source: Université McGill
De nouvelles recherches fondées sur l'étude la plus exhaustive des dinosaures à plumes et des premiers oiseaux remettent en cause les liens évolutionnaires des dinosaures à l'origine des oiseaux. Dirigée par les professeurs Michael Pittman et Rui Pei de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures)....) de Hong Kong (Devise nationale : Sapientia et Virtus), une équipe internationale de chercheurs provenant de cinq pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste...), dont Hans Larsson, professeur à l'Université McGill (L’Université McGill, située à Montréal au Québec, est une des universités les plus anciennes au Canada.), a publié ses résultats dans la revue Current Biology. L'équipe a étudié de près des fossiles, élaboré un nouveau système d'analyse pour trouver des arbres de l'évolution et estimé la possibilité que chacune des espèces ait franchi le seuil strict pour le vol battu.


Image par Julius Csotonyi

"Notre arbre (Un arbre est une plante terrestre capable de se développer par elle-même en hauteur, en général au delà de sept mètres. Les arbres acquièrent...) de l'évolution révisé appuie la relation traditionnelle selon laquelle les dromaeosauridés (les “raptors”) et les théropodes troodontidés sont les plus proches parents des oiseaux. Il confirme également que les controversés théropodes anchiornithines étaient les premiers oiseaux", a affirmé Rui Pei. Grâce à cet arbre de l'évolution amélioré, l'équipe a reconstitué le potentiel des théropodes ressemblant aux oiseaux pour le vol battu en se servant d'indicateurs indirects utilisés pour l'étude du vol des oiseaux vivants.

L'équipe a découvert que le potentiel pour le vol battu avait évolué au moins trois fois chez les théropodes: une fois chez les oiseaux et deux fois chez les dromaeosauridés. "La capacité d'effectuer un vol plané chez certains dromaeosauridés est bien établie, alors notre découverte d'au moins deux origines de vol battu potentiel chez les dromaeosauridés est extrêmement intéressante", a précisé Michael Pittman.

"Ce fut une plaisante collaboration durant plusieurs années, a ajouté Hans Larsson. Pour la première fois, nous avons un arbre de l'évolution bien défini de ces petits dinosaures à plumes, qui nous permettra de poser des questions sur la façon dont les oiseaux sont apparus. Nous avons pu cartographier les limites biomécaniques de toutes ces espèces et présenter une image de l'expérimentation (L'expérimentation est une méthode scientifique qui consiste à tester par des expériences répétées la validité d'une hypothèse et à obtenir des données quantitatives permettant de l'affiner. Elle est pratiquée par...) dans un spectre allant du quasi-vol à la pleine capacité de voler chez ces formidables petits carnivores. Cette représentation va à l'encontre du modèle simple de l'origine des oiseaux présentant une évolution linéaire, et en propose plutôt un où une importante radiation (Le rayonnement est un transfert d'énergie sous forme d'ondes ou de particules, qui peut se produire par rayonnement électromagnétique (par exemple :...) de dinosaures à plumes expérimentait de nombreux types de modes de locomotion assistés par des ailes. Je crois que c'est la vision la plus réaliste de l'origine des oiseaux que nous avons eue à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et...)."


Avant d'être des oiseaux, certains dinosaures pouvaient voler

L'étude:
Pour lire l'article publié dans Current Biology, cliquez ici: https://doi.org/10.1016/j.cub.2020.06.105

Vidéo résumant l'étude

Vidéo plus courte et sans son résumant l'étude

L'Université McGill

Fondée en 1821 à Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires internationales....), au Québec, l'Université McGill figure au premier rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du sous-espace vectoriel engendré par cette famille. Le théorème du rang lie le rang et la...) des universités canadiennes offrant des programmes de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps...) et de doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le titulaire de ce grade est le docteur. Selon...). Année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) après année, elle se classe parmi les meilleures universités au Canada et dans le monde (Le mot monde peut désigner :). Établissement d'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un élève par le biais de communication verbale et...) supérieur renommé partout dans le monde, l'Université McGill exerce ses activités de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) dans deux campus (Un campus (du mot latin désignant un champ) désigne l'espace rassemblant les bâtiments et l'infrastructure d'une université ou d'une école située hors d'une ville. Ce terme inclut ainsi les...), 11 facultés et 13 écoles professionnelles; elle compte 300 programmes d'études et au-delà de 40 000 étudiants, dont plus de 10 200 aux cycles supérieurs. Elle accueille des étudiants originaires de plus de 150 pays, ses 12 800 étudiants internationaux représentant 31 % de sa population étudiante. Au-delà de la moitié des étudiants de l'Université McGill ont une langue maternelle autre que l'anglais, et environ 19 % sont francophones.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.922 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique