La source insolite des Géminides: un astéroïde au comportement déconcertant

Publié par Adrien le 09/02/2024 à 08:00
Source: Astronomy and Astrophysics
...
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Dans une récente étude acceptée pour publication dans le journal Astronomy and Astrophysics, des chercheurs ont proposé une nouvelle origine pour la pluie de météores des Géminides, un phénomène céleste qui éblouit le ciel nocturne en fin de chaque année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...). Contrairement à d'autres averses météoriques, les Géminides (Les Géminides sont une pluie d'étoiles filantes provoquée par un objet appelé...) proviennent non pas d'une comète (En astronomie, une comète est un petit astre brillant constitué de glace et de...), mais d'un astéroïde (Un astéroïde est un objet céleste dont les dimensions varient de quelques dizaines...) nommé 3200 Phaéton. Cette découverte remet en question les estimations précédentes sur l'âge des météorites, suggérant qu'elles pourraient être près de dix fois plus anciennes qu'on ne le pensait auparavant.


Contrairement à d'autres pluies de météores qui proviennent de comètes, les Géminides sont le produit de l'astéroïde 3200 Phaéton, vu ici dans une illustration d'artiste.
Crédit: NASA/JPL-Caltech/IPAC

La pluie de météores des Géminides tire son nom de la constellation (Une constellation est un ensemble d'étoiles dont les projections sur la voûte...) des Gémeaux (Les Gémeaux sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 20 juin au 20...), d'où les météores semblent jaillir. Cependant, leur véritable origine est l'astéroïde 3200 Phaéton, un corps céleste qui suit une orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps...) l'approchant du Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile...) à seulement 0,14 unité astronomique (L’unité astronomique (symbole ua) correspond approximativement à la longueur du demi-grand...), soit près de un dixième de la distance entre la Terre et le Soleil. À ce point (Graphie) de son orbite, Phaéton acquiert une queue semblable à celle d'une comète, composée non pas de fragments rocheux, mais de particules beaucoup plus petites, possiblement de sodium (Le sodium est un élément chimique, de symbole Na et de numéro atomique 11. C'est un...) vaporisé.

La théorie traditionnelle selon laquelle les fragments des Géminides auraient été déposés sur une orbite croisant celle de la Terre il y a environ 2 000 ans est remise en question par cette étude. Les chercheurs ont exploré le mécanisme d'instabilité rotationnelle. Ce processus implique que la radiation (Le rayonnement est un transfert d'énergie sous forme d'ondes ou de particules, qui peut se...) solaire pousse (Pousse est le nom donné à une course automobile illégale à la Réunion.) l'astéroïde, causant une accélération (L'accélération désigne couramment une augmentation de la vitesse ; en physique,...) graduelle de sa rotation jusqu'à ce que les forces centrifuges surpassent les forces gravitationnelles, fragmentant partiellement Phaéton et créant ainsi les millions de morceaux de roche qui pourraient être les Géminides.

Pour étayer leur théorie, les chercheurs ont effectué des simulations remontant sur les 100 000 dernières années pour tracer la position et la vitesse de Phaéton. Ils ont découvert que l'astéroïde, devenu hyper-rotatif, aurait pu éjecter les particules responsables des Géminides il y a 18 000 ans. Ces simulations suggèrent également que seulement une fraction de ces fragments a été déviée vers nous par la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) combinée de Vénus et de la Terre il y a environ 4 000 ans.

Cette découverte n'est pas seulement fascinante pour comprendre l'origine des Géminides; elle ouvre également la voie à de futures missions, comme la mission DESTINY+ du Japon, visant à explorer Phaéton et à confirmer la théorie de l'instabilité rotationnelle. De plus, des observations récentes indiquent que Phaéton accélère à nouveau sa rotation, laissant présager la naissance de météores dans des milliers d'années.
Page générée en 0.144 seconde(s) - site hébergé chez Contabo | English version
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique