Vers l'autoroute de l'hypertension

Publié par Michel le 30/01/2012 à 00:00
Source: Jean Hamann - Université Laval - Québec - Canada

Plus d'un milliard de personnes souffrent d'hypertension sur la planète. La multiplicité des causes de cette maladie en complique le traitement.
Une découverte touchant une forme très rare d'hypertension artérielle (L' hypertension artérielle, ou HTA, est définie par une pression artérielle trop...) ouvre de nouvelles perspectives dans le traitement de la forme courante de cette maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...).

Plus d'un milliard (Un milliard (1 000 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent...) de personnes souffrent d'hypertension sur la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de...). Les traitements existants sont heureusement efficaces, mais comme les mécanismes physiologiques qui conduisent à cette maladie sont multiples, les médecins doivent procéder par essai et erreur avant de trouver le bon médicament (Un médicament est une substance ou une composition présentée comme possédant...) pour un patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant...) donné. "Dans un monde (Le mot monde peut désigner :) idéal (En mathématiques, un idéal est une structure algébrique définie dans un anneau....), nous aimerions disposer de marqueurs qui permettraient d'établir, pour chaque patient, la cause de son hypertension afin de lui prescrire immédiatement le traitement approprié", explique Marcel Lebel, professeur à la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la...) et néphrologue-chercheur au Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) du CHUQ à l'Hôtel-Dieu (Situés en général à l'ombre de la cathédrale et dépendant de...) (Québec).

Un pas en ce sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but...) vient d'être franchi cette semaine alors qu'une équipe internationale, dont fait partie le professeur Lebel, annonce, dans la revue Nature, la découverte de deux mutations responsables d'une forme d'hypertension familiale très rare, le pseudohypoaldostéronisme de type II. Grâce aux efforts combinés de chercheurs d'une dizaine de pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...), le génome (Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une...) des membres de 52 familles élargies, comptant 126 personnes atteintes de cette forme d'hypertension, a pu être analysé. Entrepris en 1996 sous la gouverne (Une gouverne est une surface mobile agissant dans l'air ou dans l'eau servant à piloter un...) de Richard Lifton de l'Université Yale (L'université Yale (en anglais : Yale University, anciennement Collegiate School of...), cet exercice a permis de cerner deux mutations (KLHL3 et CUL3) dans des gènes qui n'avaient pas été soupçonnés auparavant. Ces gènes interviennent dans le transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus...) d'électrolytes dans les tubules rénaux.

Si cette découverte portant sur une forme très rare d'hypertension est saluée dans Nature, c'est "que cette petite avenue (Une avenue est une grande voie urbaine. Elle est en principe plantée d'arbres, et conduit à un...) peut nous conduire à l'autoroute (Une autoroute est une route réservée à la circulation des véhicules motorisés rapides...) de l'hypertension", caricature le professeur Lebel. "Nous avons fait la démonstration (En mathématiques, une démonstration permet d'établir une proposition à partir...) que l'on peut trouver les mécanismes en cause dans une forme rare d'hypertension héréditaire. Ça ouvre de nouvelles perspectives pour élucider les mécanismes sous-jacents aux formes d'hypertension de monsieur et madame Tout-le-monde, qui ont aussi une composante génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est...). Nous pourrions alors prescrire un médicament ciblé à chaque patient plutôt que de traiter tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) le monde de la même façon."
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.649 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique