Les néandertaliens et les humains se sont hybridés pendant plusieurs milliers d'années

Publié par Adrien le 23/06/2024 à 08:00
Source: BioRxiv
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Les gènes néandertaliens présents chez les humains modernes pourraient avoir été intégrés à notre ADN lors d'une période d'hybridation commencée il y a environ 47 000 ans et s'étendant sur 6 800 ans, selon une nouvelle étude.


Image d'illustration Pixabay

Les Néandertaliens, proches cousins éteints de l'Homo sapiens, se sont séparés de notre lignée il y a environ 500 000 ans. Il y a plus d'une décennie, des scientifiques ont révélé que les Néandertaliens s'étaient croisés avec nos ancêtres migrants hors d'Afrique. Aujourd'hui, les génomes des populations humaines modernes hors d'Afrique contiennent environ 1 à 2 % d'ADN néandertalien.

Pour élucider le moment et l'endroit de cette hybridation, des chercheurs ont analysé plus de 300 génomes humains modernes couvrant les 45 000 dernières années, y compris des échantillons de 59 individus datant de 2 200 à 45 000 ans et 275 humains modernes actuels. Les résultats, publiés dans la base de données BioRxiv, suggèrent une période d'hybridation principale de 6 800 ans commencée il y a environ 47 000 ans.

En comparant les niveaux d'ADN néandertalien à travers différents lieux et époques, les scientifiques ont estimé que la majorité de cet ADN provient d'une seule période majeure d'hybridation. La rencontre probable des humains modernes avec les Néandertaliens aurait eu lieu en Asie occidentale, région connectant l'Afrique à l'Eurasie.

Cette étude a également montré que les gènes néandertaliens persistants étaient associés à la couleur de la peau, au métabolisme et au système immunitaire, suggérant un avantage évolutif immédiat pour les humains modernes confrontés à de nouvelles pressions hors d'Afrique. En fin de période d'hybridation, environ 5 % du génome humain moderne était d'origine néandertalienne.

Il est possible que des épisodes d'hybridation ultérieurs n'aient pas laissé de traces durables dans le pool génétique humain actuel. Cependant, le fait que l'ADN humain moderne ne semble pas être intégré dans les génomes néandertaliens pourrait indiquer une moindre viabilité ou fertilité des hybrides issus de cette direction de croisement.
Page générée en 0.092 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise