Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Art de repeuplement en Espagne

L'Art de repeuplement, ou Arte de repoblación en espagnol, désigne les manifestations artistiques, principalement architecturales, qui ont été menées à bien dans les royaumes chrétiens du nord de l'Espagne entre la fin du IXe siècle et les débuts du XIe siècle.

Problèmes de dénomination

En particulier, toutes les constructions dites "Mozarabes", ainsi appelées et cataloguées en suivant la dénomination proposée par Manuel Gómez Moreno (archéologue et historien espagnol – 1870-1952) dans son livre Iglesias mozárabes publié à Madrid (Madrid est la capitale de l'Espagne. Ville la plus vaste et la plus peuplée du pays, c'est le chef-lieu de la Communauté autonome de Madrid qui...) en 1917 relèvent en fait de l'art de repeuplement. L'historiographie actuelle propose d'ailleurs d'abandonner cette dénomination, car il est prouvé qu’elles ne possèdent pas l'origine mozarabe qu'on leur a attribuée.

Cela ne signifie pas que dans l'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) péninsulaire septentrionale du Xe siècle, religieuse dans sa majeure partie, on n'apprécie pas les influences musulmanes : celles-ci semblent inévitables puisque les bâtisseurs étaient voisins du califat de Cordoue, culturellement, artistiquement et économiquement très développé. Mais il faut toutefois souligner que ces réalisations monumentales n'ont pas été dues aux modestes groupes d'émigrés mozarabes qui s'installèrent dans les zones de repeuplement quand les conditions de vie (La vie est le nom donné :) en al-Andalus ne furent plus supportables.

Comme dit le professeur Isidro Bango Torviso (Summa Artis Vol. VIII-II) il serait bon d'admettre que " quand le repeuplement de la vallée du Duero se produisit sous l'hégémonie du royaume de León, que le peuple (Le terme peuple adopte des sens différents selon le point de vue où l'on se place.) du nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) perd toutes ses connaissances et expériences pour être soumis " à la riche capacité créative " des pauvres ruraux émigrants méridionaux ".

Par conséquent, l'Art de repeuplement est identifié avec la troisième étape de la période préromane hispanique, après les phases qui correspondent à l'art wisigoth et l'art asturien (Pour situer l'Art asturien il suffit de prendre deux références, l'une spatiale (la péninsule ibérique adjacente à la mer cantabrique, libérée de...). Son architecture est un mélange (Un mélange est une association de deux ou plusieurs substances solides, liquides ou gazeuses qui n'interagissent pas chimiquement. Le résultat de l'opération est une préparation aussi...) d'éléments de diverses origines, irrégulièrement distribués, de sorte que prédominent parfois ceux d'extraction paléochrétienne, wisigothe ou asturienne, tandis que d'autres soulignent l'empreinte musulmane.

Grands traits de l'architecture de repeuplement

En tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) cas il existe des signes caractéristiques de ce style architectural ecclésial qui pourraient être ainsi résumés :

  • Plan basilical (Le plan basilical est un type de plan d'église qui se développe en longueur. Il s'oppose au plan centré.) ou centré ; parfois avec des absides opposées.
  • Chapelle (Une chapelle est un lieu de culte chrétien qui peut, selon le cas, constituer un édifice distinct ou être intégré dans un autre...) principale de plan rectangulaire à l'extérieur et à semi-circulaire à l'intérieur.
  • Utilisation de l'arc en fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau ferromagnétique le plus courant dans la...) à cheval (Le cheval (Equus ferus caballus ou equus caballus) est un grand mammifère herbivore et ongulé appartenant à l'une des sept espèces de la...) d'influence islamique, plus fermé et cintré que l'arc wisigothique.
  • Emploi généralisé de l’alfiz.
  • Utilisation des fenêtres géminées et triples de tradition asturienne.
  • Colonnes groupées en formant (Dans l'intonation, les changements de fréquence fondamentale sont perçus comme des variations de hauteur : plus la fréquence est élevée, plus la hauteur perçue est haute et inversement. Chaque voyelle se...) des piliers composés, avec des chapiteaux corinthiens.
  • Parois renforcées par des butées extérieures.
  • Grands modillons lobés qui supportent des avant-toits très prononcés.
  • Décors semblable aux décors wisigoths : ronds, croix et éléments végétaux et animaux formant des bandes d’impostes.
Santa Cristina dans la province de Burgos
Santa Cristina dans la province de Burgos

Bâtiments les plus représentatifs

San Miguel de Escalada
Santo Tomás de las Ollas à Ponferrada
Santa Maria de Lebeña
Peñalba de Santiago
Monastère (Le monastère (du grec monos, seul), est un ensemble de bâtiments où habite une communauté de moines et moniales. On parle également d'abbaye ou de...) de Saint Jean de la Peña
Le monastére de Suso à San Millán de la Cogolla.
Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.