On connait désormais l'épaisseur de glace qui entoure cette lune de Jupiter

Publié par Cédric le 25/03/2024 à 08:00
Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Source: Science Advances
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Au sein du système solaire, Europe, l'une des lunes de Jupiter, intrigue les scientifiques depuis des décennies. Récemment, une étude menée par des chercheurs a révélé de nouveaux détails sur la composition et la structure de sa croûte glacée, ouvrant ainsi la voie à des implications sur la possibilité de vie extraterrestre.


Image NASA (Juno)

Dès les premières missions d'exploration spatiale, comme celle du vaisseau spatial Voyager, des indices de l'existence d'un océan sous la surface glacée d'Europe ont été détectés. Cependant, c'est grâce à la mission Galileo que des données ont été recueillies pour soutenir cette théorie. Les observations de la sonde ont mis en évidence des signes d'activité géologique, suggérant la présence d'une activité souterraine. De plus, les variations dans le champ magnétique de la lune indiquent la présence probable d'un océan d'eau salée sous la surface gelée.

Réalisant l'importance de cette découverte, des chercheurs ont entrepris d'affiner les estimations de l'épaisseur de la croûte glacée d'Europe. Leurs travaux, publiés dans Science Advances, ont révélé que cette coquille glacée mesure au moins vingt kilomètres d'épaisseur, soit une quantité substantielle de glace qui protège l'océan souterrain de l'espace froid environnant.

Cette étude a également révélé que la glace formant la croûte d'Europe présente des caractéristiques thermiques variées. La partie externe de cette coquille, d'une épaisseur de six à huit kilomètres, est conductrice, tandis que la glace située en dessous montre des signes de convection thermique relativement chaude. Cependant, il est important de noter que cette épaisseur de vingt kilomètres peut varier d'une région à l'autre de la lune, ce qui complexifie notre compréhension de sa structure géologique.

Ces récentes découvertes suscitent également des interrogations sur d'autres lunes de Jupiter, telles que Ganymède et Callisto, qui pourraient également abriter des océans internes. Cependant, les coquilles de glace de ces lunes sont supposées être beaucoup plus épaisses que celle d'Europe, ce qui rendrait la recherche de vie sous leur surface encore plus complexe.

Ainsi, cette étude ouvre de nouvelles perspectives pour la compréhension des mondes glacés de notre système solaire et pour la quête de vie extraterrestre au-delà de la Terre.
Page générée en 0.145 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise