Vie extraterrestre - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

La vie extraterrestre désigne toute forme de vie existant ailleurs que sur la planète Terre. Son existence reste hypothétique. En effet, aucune vie extraterrestre n’a été découverte à ce jour par les scientifiques. Il existe cependant certains indices qui suggèrent qu’une vie (La vie est le nom donné :) bactérienne sur Mars est possible.

La communauté scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...), par l'exobiologie, étudie de manière interdisciplinaire (Un travail interdisciplinaire intègre des concepts provenant de différentes disciplines.) les facteurs et processus, notamment géochimiques et biochimiques, pouvant mener à l'apparition de la vie, d'une manière générale, et à son évolution ; en premier lieu à son origine sur Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance...) ainsi qu'à la possibilité de vie ailleurs dans le système solaire (Le système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le...), voire sur des planètes extrasolaires.

La recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) de la vie extraterrestre (La vie extraterrestre désigne toute forme de vie existant ailleurs que sur la planète...) et les possibles interactions avec cette dernière sont des thèmes récurrents abordés par la littérature de fiction, particulièrement par la science-fiction (La science-fiction, prononcée /sjɑ̃s.fik.sjɔ̃/ (abrégé en...) et la fantasy.

Recherches intellectuelles de vie extraterrestre

Au Ier siècle av. J.-C., Lucrèce, dans De natura rerum, mentionne la possible existence d’extraterrestres :

« Si la même force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un...), la même nature subsistent pour pouvoir rassembler en tous lieux ces éléments dans le même ordre qu’ils ont été rassemblés sur notre monde (Le mot monde peut désigner :), il te faut avouer qu’il y a dans d’autres régions de l’espace d’autres terres que la nôtre, et des races d’hommes différentes, et d’autres espèces sauvages. »

En 1584, dans Le Banquet des Cendres, Giordano Bruno fait également mention de la possibilité d’habitants d’autres mondes :

« La quatrième [partie] affirme […] que ces mondes sont autant d’animaux dotés d’intelligence ; qu’ils abritent une foule innombrable d’individus simples et composés, dotés d’une vie végétative ou d’entendement, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) comme ceux que nous voyons vivre et se développer sur le dos (En anatomie, chez les animaux vertébrés parmi lesquels les humains, le dos est la partie...) de notre propre monde. »

Le paradoxe (Un paradoxe est une proposition qui contient ou semble contenir une contradiction logique, ou un...) de Fermi

Dans les années 1950, Enrico Fermi (Enrico Fermi (29 septembre 1901 à Rome - 28 novembre 1954 à Chicago)...) a fait la supposition de l’existence d’une seule civilisation extraterrestre capable du voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel...) intersidéral à une vitesse (On distingue :) inférieure à la vitesse de la lumière (La vitesse de la lumière dans le vide, notée c (pour...). Il a supposé cette civilisation intéressée, pour une raison quelconque, à la conquête de notre galaxie (Une galaxie est, en cosmologie, un assemblage d'étoiles, de gaz, de poussières et de...), la Voie lactée (La Voie lactée (appelée aussi « notre galaxie », ou parfois...). Il émit l'hypothèse qu’elle progresserait par bonds, colonisant une planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de...) pendant quelques centaines ou milliers d’années, puis envoyant des dizaines de vaisseaux vers de nouvelles conquêtes.

D'après les calculs de Fermi, l’ensemble de la galaxie serait sous l’emprise de cette civilisation extraterrestre hypothétique après seulement quelques centaines de milliers d'années, la faible vitesse de déplacement ( En géométrie, un déplacement est une similitude qui conserve les distances et les angles...) des vaisseaux étant largement compensée par l’augmentation exponentielle (La fonction exponentielle est l'une des applications les plus importantes en analyse, ou plus...) du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) de vaisseaux de colonisation. Enrico Fermi exprime alors ce qui deviendra le paradoxe de Fermi : « si les extraterrestres existent, mais où sont-ils donc ? ». Un million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf...) d’années ne représentant que peu de chose à l’échelle de la galaxie, ils devraient donc être omniprésents et il devrait être impossible de ne pas les voir.

Depuis son énonciation, plusieurs hypothèses ont été émises pour expliquer le paradoxe de Fermi :

  1. La tendance à la colonisation de la galaxie par une civilisation extraterrestre est une supposition anthropocentrée qui est difficile à démontrer. « Ce n'est pas parce que nous le ferions qu'ils le feraient nécessairement ».
  2. L'humanité n'a pas nécessairement pris conscience de l'existence de toutes les formes de vie qui l'entourent. La découverte récente des organismes thermophiles et de traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de...) de méthane (Le méthane est un hydrocarbure de formule brute CH4. C'est le plus simple composé de la...) dans l'atmosphère de Mars (L’atmosphère de Mars désigne la couche de gaz entourant la planète Mars. La...) en sont des exemples. De plus, une civilisation extraterrestre avancée pourrait éventuellement se dissimuler et éviter des contacts avec l'humanité selon l’hypothèse du zoo de John A. Ball. « Ce n'est pas parce que nous ne les voyons pas qu'ils ne sont pas là ».
  3. L'apparition tardive des éléments lourds (plus massifs que le Lithium) dans l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.), nécessaire pour le développement de la vie sous sa forme actuellement connue, a pu limiter dans le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) l'apparition de civilisations extraterrestres.

L’équation de Drake

En 1961, l'astronome (Un astronome est un scientifique spécialisé dans l'étude de l'astronomie.) américain Frank Drake proposa une équation (En mathématiques, une équation est une égalité qui lie différentes quantités, généralement...) afin d'estimer le nombre de civilisations extraterrestres présentes dans notre galaxie. Cette équation présente le problème de l’existence ou non des extraterrestres en partant d’une approche positiviste.

Ainsi, Drake propose de calculer la probabilité (La probabilité (du latin probabilitas) est une évaluation du caractère probable d'un...) d’existence de ces extraterrestres dans notre galaxie par la formule : P(ET) = N\!* \ f_p \ n_e \ f_l \ f_i \ f_c \ f_L

où :

  • N\!* est le nombre d’étoiles dans notre Galaxie.
  • fp est la fraction d’étoiles disposant d’un système planétaire (Un système planétaire (parfois appelé abusivement système stellaire) est...).
  • ne est le nombre de planètes (dans un système donné) où la vie est écologiquement possible.
  • fl est la fraction de planètes biocompatibles où la vie est effectivement apparue.
  • fi est la fraction de planètes habitées sur lesquelles une forme de vie intelligente est effectivement apparue.
  • fc est la fraction de planètes habitées par une vie intelligente sur lesquelles on rencontre une civilisation technique capable de communications.
  • fL est la fraction de la durée de vie planétaire (Un planétaire désigne un ensemble mécanique mobile, figurant le système solaire...) accordée à une civilisation technique.

Si le premier terme (N\!*) est connu avec une assez grande précision (environ 4 ×1011 étoiles), la grande difficulté réside dans l’évaluation des autres facteurs qui doivent le réduire. Et selon les évaluations faites par les uns ou les autres, la probabilité varie considérablement (entre quasi impossibilité et profusion de voisins avec qui communiquer).

Cette équation fut popularisée par l'astronome et vulgarisateur scientifique Carl Sagan.

Radioastronomie (La radioastronomie est une branche de l'astronomie traitant de l'observation du ciel dans le...)

L'humanité commence à capter plusieurs sources d'émission d'ondes (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible...) radio lors des premiers développements de la radioastronomie durant la première moitié du vingtième siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...). Un demi-siècle de science-fiction ayant fortement influencé l'imaginaire des chercheurs (cf. « Œuvres de fiction »), l'hypothèse du message (La théorie de l'information fut mise au point pour déterminer mathématiquement le taux...) artificiel est souvent envisagée, lors des débuts de la radioastronomie, pour expliquer l'origine de ces derniers.

Pulsars

En 1968, une équipe de radioastronomes anglais découvre un signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe...) radio extrêmement stable et régulier dans le temps, en provenance d’une région fixe du ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.). Le signal est d’abord baptisé « LGM-1 », pour Little Green Men 1 car il est dans un premier temps soupçonné de ne pouvoir être d’origine "naturelle".

Peu après, on découvre qu’il s’agit en fait du signal émis par un pulsar (Un pulsar est le nom donné à une étoile à neutrons, tournant très...), un résidu ultracompact d’étoile en rotation très rapide, émettant un fort rayonnement électromagnétique (Un rayonnement électromagnétique désigne une perturbation des champs électrique...) le long de son axe magnétique, le faisceau émis balaie périodiquement certaines régions du ciel tel un phare.

SETI

Le programme SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence, pouvant se traduire par « Recherche d'une intelligence extraterrestre ») est un programme de recherche fondamentale (La recherche fondamentale regroupe les travaux de recherche scientifique n'ayant pas de finalité...) d'origine américaine qui a été conçu dans l'objectif d'essayer de repérer des ondes électromagnétiques émises par des civilisations étant entrées dans le stade (Un stade (du grec ancien στ?διον stadion, du verbe...) industriel, technologique et scientifique.

Il regroupe aujourd’hui environ 70 projets internationaux dont l’objectif est de détecter les signaux qu'une intelligence non terrestre pourrait émettre, volontairement ou non, depuis sa planète d'origine. Pour cela, les projets analysent les ondes radio ou laser (Un laser est un appareil émettant de la lumière (rayonnement électromagnétique)...) provenant de l'espace et essayent de détecter les signaux par opposition au bruit de fond (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son....).

Le programme suppose qu’une autre forme de vie intelligente envoie des messages comme nous, voire nous cible.

Cette idée semble naitre au XIXe siècle et plusieurs idées voient ainsi le jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...). On note celle ainsi de Carl Friedrich Gauss (Johann Carl Friedrich Gauß (traditionnellement transcrit Gauss en français)...) qui projetait de planter un champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) de pins de forme géométrique au sein d’un champ de blé (« Blé » est un terme générique qui désigne plusieurs...), le contraste devant être visible par Mars. La découverte des canaux martiens, interprétés alors comme des constructions intelligentes, va relancer plusieurs projets plus ou moins utopiques. Celui de Charles Cros consistait en une lampe électrique braquée au niveau d’un astre et envoyant des signaux périodiques. Nikola Tesla (Nikola Tesla (serbe cyrillique : Никола...), persuadé d’avoir capté des signaux venant de Mars, étudie, dans les années 1930, la faisabilité d’une communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle,...) par ondes hertziennes.

Le Radiotélescope (Un radiotélescope est un télescope spécifique utilisé en radioastronomie pour...) Very Large Array en configuration D.

De nos jours, diverses technologies sont utilisées dans ce but :

  • Radiotélescope ;
  • Arecibo (programme SETI@home) ;
  • Signaux lumineux de type Laser ;
  • Détection par Télescopes ;
  • Cuves Cerenkov ;
  • Lumière visible (La lumière visible, appelée aussi spectre visible ou spectre optique est la partie du spectre...) ou rayons gamma.

Jusqu’à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...), et en dehors du fameux "signal Wow!" capté en 1977, l’usage de ces technologies n’a donné aucun résultat concluant qui irait dans le sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but...) de l’existence d’une civilisation extraterrestre comparable à la notre.

Toutefois, pour espérer obtenir un résultat, de telles technologies qui sont tributaires de la vitesse de propagation de la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil...) dans le milieu interstellaire (En astronomie, le milieu interstellaire est le gaz raréfié qui, dans une galaxie, existe entre...) doivent pouvoir être mises en œuvre sur le long terme, voire le très long terme. En effet, la radioastronomie n’existant que depuis 1930 et les programmes de recherche de vie extraterrestre étant encore plus récents, cela signifie que le temps passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...) par l’espèce humaine à rechercher de possibles civilisations extraterrestres est encore très court si on le compare à la durée d’existence des civilisations telles que nous les connaissons.

Par ailleurs, on peut remarquer que l’usage des technologies en question implique notamment que l’hypothétique civilisation extraterrestre émettrice du signal dispose de technologies au moins similaires. Cela implique aussi que cette civilisation peut produire et produit effectivement des signaux exploitables par ces technologies. On peut donc logiquement exclure la possibilité de détecter par ces moyens des civilisations qui ne sont pas suffisamment avancées pour utiliser ces technologies (ou être détectées par elles) ou bien qui, à l’inverse, sont plus avancées technologiquement que nous ne le sommes et utilisent peut-être des technologies dépassant nos connaissances actuelles.

Seule la multiplication (La multiplication est l'une des quatre opérations de l'arithmétique élémentaire...) des techniques, méthodes et technologies utilisées, ainsi que leur usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) à long terme, semblent donc pouvoir permettre d’espérer obtenir un jour le résultat escompté, à savoir la détection d’une intelligence extraterrestre.

Page générée en 0.425 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique