Vittorio Emanuele III (cuirassé)
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Vittorio Emanuele III
Histoire
A servi dans : Marina militare Pavillon
Caractéristiques techniques
Type : Cuirassé
Longueur : 144,60 mètres
Maître-bau : 22,40 m
Tirant d'eau : 8,30 m
Déplacement : 12 750 tonnes (standard)
14 050 tonnes (pleine charge)
Propulsion : 2 groupes de machines à vapeur () à triple détente, 2 hélices
Puissance : 19 500 ch
Vitesse : 22 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage : ceinture : 250-100 mm, cloisons tranversales : 200 mm, ponts : 50 et 37 mm, barbettes : 250 mm, réduits : 80 mm
Armement : 2 canons de 305 mm
6 canons de 203 m
12 canons de 76 mm
2 tubes lance-torpilles de 450 mm
Rayon d'action : 7 200 milles nautiques
Autres caractéristiques
Équipage : 700 hommes

La classe de cuirassé Vittorio Emanuele III semi-dreadnought de la marine militaire italienne (Italienne est le nom communément utilisé pour le cordage servant a manœuvrer un enrouleur. Il s'enroule sur un tambour quand on déroule la voile, et on tire dessus pour enrouler la voile.) était l'une des plus rapides de l'époque. 4 sont entrées en service à partir de 1904 :

  • Vittorio Emanuele III (1904)
  • Regina Elena (1904)
  • Napoli (1905) - ferraillé en 1927-28
  • Roma (1909)

Caractéristiques

Le concept "vitesse (On distingue :) = protection" a toujours exercé une influence prépondérante dans les bureaux d'études italiens et a, par conséquence, été à l'origine de navires de guerres très originaux.

De plus,Vittorio Cuniberti, le plus important concepteur (Un concepteur est une personne qui imagine et réalise quelque chose. Ce mot vient du verbe concevoir.) de navires italien de la fin du 19eme et du début du 20e siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération...) parvint à faire accepter la construction de bâtiments de ligne entièrement armés de grosses pièces.

Ils pouvaient atteindre 22 nœuds alors que ses rivaux ne dépassaient pas les 19.

On adopta un système de batteries principale et secondaire que l'on allait retrouver plus tard sur les cuirassés Lord Nelson de la Royal Navy mais il présentait un inconvénient notoire, on ne pouvait embarquer que 2 canons de 305 mm à affût unique à l'avant et à l'arriére du navire (Un navire est un bateau destiné à la navigation maritime, c'est-à-dire prévu pour naviguer au-delà de la limite où cessent de s'appliquer les règlements...).

Une batterie aussi faible n'était pas capable de produire un tir nourri et précis même à courte portée.

En réalité, les Italiens avaient construit quelque chose qui s'apparentait au croiseur (Un croiseur est un navire de guerre, aujourd'hui, le plus puissant et le plus grand des bâtiments de combat, exception faite des porte-aéronefs.) de combat bien avant son apparition.

Cette classe attira l'attention du Japon, qui après sa guerre avec la Russie, venait d'apprendre l'importance du croiseur cuirassé rapide au combat.

En conséquence, il produisit les 2 cuirassés Ibuki en 1907 qui étaient légèrement plus longs mais moins protégés que les navires italiens, mais pouvaient emporter 4 grosses pièces d'artillerie.

Page générée en 0.051 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique