Croiseur
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Un croiseur est un navire de guerre, aujourd'hui, le plus puissant et le plus grand des bâtiments de combat, exception faite des porte-aéronefs.

Historiquement, il était considéré comme un navire susceptible d'opérer individuellement, en croisière, comme un cuirassé, mais plus léger et mobile.

Le croiseur (Un croiseur est un navire de guerre, aujourd'hui, le plus puissant et le plus grand des bâtiments de combat, exception faite des porte-aéronefs.) aujourd'hui

Dans la terminologie militaire moderne, un croiseur (code OTAN CC, CG, lance-missiles, ou CGN, à propulsion (La propulsion est le principe qui permet à un corps de se mouvoir dans son espace environnant. Elle fait appel à un propulseur qui transforme en force motrice l'énergie fournie par le milieu extérieur ou par un moteur.) nucléaire) est un grand bâtiment de combat qui dispose des systèmes d'armes lui permettant d'intervenir dans tous les domaines de lutte principaux du combat en mer : lutte anti-sous-marine, lutte anti-navire, lutte anti-aérienne, l'attaque d'objectifs terrestres. Ils sont de tonnage plus important que les destroyers et les frégates, davantage spécialisés dans des domaines de lutte.

Ils sont généralement dotés de missiles de croisière (attaque d'objectifs terrestres), de missiles anti-navires, de missiles anti-aériens et embarquent des hélicoptères à vocation anti-sous-marine ou anti-navires.

Actuellement, seules l'US Navy et la marine russe possèdent des croiseurs. La marine nationale française possède également la Jeanne d'Arc, un " croiseur porte-hélicoptères " ; toutefois il ne s'agit plus d'un navire (Un navire est un bateau destiné à la navigation maritime, c'est-à-dire prévu pour naviguer au-delà de la limite où cessent...) de combat, mais d'un bâtiment d'instruction (Une instruction est une forme d'information communiquée qui est à la fois une commande et une explication pour décrire l'action, le comportement, la méthode ou la tâche qui devra commencer, se terminer, être conduit, ou exécuté.) destiné aux jeunes officiers diplômés de l'école navale.

USS Port Royal, US Navy
USS Port Royal, US Navy

Les États-Unis intègrent leurs croiseurs dans les groupes aéronavals (en anglais CVBG : Carrier Vessel Battle Group) constitués autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au...) de leurs porte-avions (Un porte-avions est un navire de guerre permettant de transporter et de mettre en œuvre des avions de combat. C'est en fait une base aérienne flottante et donc mobile, qui permet de déplacer une véritable force...) à propulsion nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :), en les spécialisant plutôt dans un rôle de protection anti-aérienne et anti-missiles, auquel leur système de combat Aegis est particulièrement destiné.

Histoire

croiseur américain Marblehead
croiseur américain Marblehead

Le terme " croiseur " est une invention du milieu du XIXe siècle. Durant l'âge de la voile, les frégates étaient de petits navires légèrement armés, avec une batterie sur un seul pont (Un pont est une construction qui permet de franchir une dépression ou un obstacle (cours d'eau, voie de communication, vallée, etc.) en passant par-dessus cette séparation. Le franchissement supporte le passage...), mais capable d'effectuer de longues croisières. Elles étaient censées éviter l'engagement avec le gros des forces ennemies grâce à leur vitesse (On distingue :) supérieure aux vaisseaux de ligne.

L'apparition des cuirassés, avec leur armement eux aussi sur un seul pont, qui de ce fait furent souvent désignés par le terme de frégates cuirassées, provoqua le changement de celles-ci en navires de croisière, nom qui fut rapidement abrégé en croiseur. Pendant de nombreuses années, ils constituèrent le bâtiment intermédiaire entre le cuirassé et le torpilleur (Un torpilleur était un petit navire de guerre relativement rapide et manœuvrant, chargé de combattre les grosses unités navales de surface en utilisant comme arme principale, la torpille....). Il assumèrent donc les missions autrefois dévolues aux anciennes frégates et corvettes, à savoir :

  • la guerre de course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) dont l'enjeu était la navigation (La navigation est la science et l'ensemble des techniques qui permettent de :) de commerce, où il pouvait agir en attaque lors de raids, ou en défense en escortant des convois, ce type d'opération prendra d'ailleurs souvent le nom de guerre de croiseurs.
  • l'éclairage et les liaisons de la flotte, lorsqu'il était intégré dans les escadres de ligne.
  • le maintien de la présence dans les colonies lointaines où il servait souvent de bâtiment de combat principal et de symbole de souveraineté.

Ils comblaient ainsi une des lacunes des cuirassés, qui, bien que sans rival du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) de l'armement et de la protection, étaient peu capables d'être envoyés loin de leur base, en particulier du fait de leur consommation énorme de charbon.

Cette grande diversité de tâche, associée à l'évolution technologique de la fin du XIXe siècle, provoqua assez rapidement une spécialisation des croiseurs.

Les croiseurs cuirassés

le croiseur cuirassé britannique Good Hope
le croiseur cuirassé britannique Good Hope

En 1875, apparut le Shannon britannique, qui était le premier représentant des croiseurs cuirassés, ceux-ci combinaient un armement assez puissant avec généralement deux ou quatre pièces principales d'un calibre de 203 ou 254 mm et une douzaine de pièces secondaires souvent de 152 mm. Une protection constituée d'une ceinture cuirassée d'épaisseur moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques sans changer la...), lui permettait de subir seulement le tir de pièces équivalentes à celles qu'il embarquait. Il pouvait en outre filer à une vitesse légèrement supérieure aux cuirassés de l'époque, échappant ainsi à leur chasse. Ils pourraient être vus comme des cuirassés de deuxième rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du sous-espace vectoriel engendré par cette famille. Le théorème du rang lie le rang et la dimension du noyau...), souvent destinés à former les escadres outre-mer.

Les croiseurs protégés

En dessous d'eux, apparut vers 1880, un autre type plus léger, le croiseur protégé, dont la protection était constituée par un pont blindé couvrant les chaudières et les machines à vapeur (), ainsi que les soutes à munitions. Ils étaient armés d'une douzaine de canons de calibre moyen, souvent du 152 mm. Leurs missions principales étaient la reconnaissance et la guerre de course.

Les croiseurs auxiliaires

Avant la fin du siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois (d'où peut être...), apparut aussi la pratique d'armer des navires marchands pour la guerre de course, ou la protection des convois. Ces bâtiments furent appelés croiseurs auxiliaires, et bien que moins armés et protégés que les croiseurs conventionnels, ils prirent une part non négligeable dans ces missions, en particulier au cours des deux guerres mondiales.

Les navires convertis était souvent des paquebots, choisis pour leur grande vitesse, qu'on équipait de pièces de moyen calibre leur permettant de dissuader les croiseurs ennemis de s'en prendre au convoi ( Un convoi est un ensemble de véhicules terrestres ou maritimes, généralement non attelés, circulant ensemble vers une destination commune ; un convoi funèbre est le cortège formé...), non par le risque de destruction directe mais surtout par la crainte d'avaries sérieuses, très loin d'une base amie. Une autre variante, souvent nommée raider, consistait en la conversion d'un cargo dont l'armement était alors dissimulé, lui permettant d'agir avec l'effet de surprise. Cette technique fut employé surtout par l'Allemagne, avec parfois une très grande réussite, comme dans l'affaire du Kormoran en 1941.

les croiseurs de bataille

Parallèlement à l'apparition du dreadnought (Le sixième HMS Dreadnought, de la Royal Navy, fut le prototype du cuirassé dit monocalibre. Il eut une telle influence que son nom devint synonyme de ce type de navire qui fut le cuirassé moderne....) pour les cuirassés, les théories de l'amiral britannique John Arbuthnot Fisher provoquèrent l'apparition d'un nouveau type de croiseur. Il concentrait toute son artillerie dans le calibre maximum pour pouvoir détruire ses adversaires à la plus grande distance possible. La protection n'était pas censée protéger le bâtiment contre une artillerie équivalente, mais seulement contre des pièces de calibres intermédiaires. La philosophie de cette réforme de Fisher tient dans une de ses déclarations, speed is protection (la vitesse est la protection). Ces nouveaux croiseurs de bataille seront donc des navires très rapides, environ cinq nœuds de plus que les cuirassés de l'époque, et armés d'une artillerie équivalente mais par contre incapables de supporter le feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.) de ceux-ci de façon prolongée. Cette doctrine se révélera tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) d'abord assez efficace, lors, par exemple, de l'engagement des Falklands, où les croiseurs de bataille montrent qu'ils sont les prédateurs naturels des vieillissants croiseurs cuirassés, mais elle montrera ses limites lors d'engagements de plus grande importance contre des dreadnoughts comme à la bataille du Jutland. À cette occasion, les croiseurs britanniques subiront une véritable hécatombe face à la flotte de ligne allemande. L'apparition des cuirassés rapides après guerre finira par donner le coup de grâce au concept de croiseur de bataille (Un croiseur de bataille est un navire de guerre du XXe siècle.).

Les croiseurs légers et croiseurs lourds

croiseur léger britannique Belfast
croiseur léger britannique Belfast

Vers 1895, les croiseurs protégés commencèrent à être supplantés par un nouveau type de navire bénéficiant de l'apport des nouvelles technologies, en particulier avec l'apparition des turbines pour la propulsion qui leur donnait des vitesses bien supérieures. L'armement bénéficiait, lui de la généralisation (La généralisation est un procédé qui consiste à abstraire un ensemble de concepts ou d'objets en négligeant les détails de façon à ce...) des canons à tir rapide et le blindage, grâce au progrès de la métallurgie (La métallurgie est la science des matériaux qui étudie les métaux, leurs élaborations, leurs propriétés, leurs traitements. Par extension, on...), de l'adjonction d'une ceinture cuirassée en plus du pont de protection. De bons exemples de ce nouveau type, les croiseurs légers furent les britanniques de la classe County, ou les allemands de la Dresden.

Au cours de la guerre un accroissement des dimensions (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son diamètre si c'est une...) et de la puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) offensive, fit émerger une nouvelle catégorie, le croiseur lourd, dont les premiers représentants furent les britanniques de la classe Hawkins, armés de canons de 203 mm. Cependant la distinction entre les deux ne fut réellement codifiée que lors du traité de Washington, où le calibre de l'artillerie des croiseurs légers fut limitée à 155 mm et celle des lourds à 203 mm, le tonnage lui ne devant pas excéder 10 000 t pour les deux types.

Ces limites ne furent franchies qu'à l'approche de la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. ...) Guerre mondiale, avec l'apparition des cuirassés de poche allemands de la classe Deuschland (qui malgré leur appellation, du fait de leur mission principale, l'attaque du commerce ennemi, devraient être considérés comme des croiseurs) et dans l'océan Pacifique (L'océan Pacifique, qui s'étend sur une surface de 180 000 000 km², est l'océan le plus vaste du globe terrestre. Il comprend entièrement...), par les puissants croiseurs lourds japonais des classes Chokai ou Mogami.

Dans le même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), l'apparition de la menace majeure constituée par les avions de bombardement, fit spécialiser certains croiseurs légers. Pour combattre cette menace, elle offrit d'une forte batterie de pièces d'artillerie dite à double emploi (contre la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent...) et antiaérien). Les précurseurs furent de nouveau les britanniques avec la classe Dido armés par huit, puis dix, canons de 133 mm à grande élévation et munis d'une conduite de tir avec un radar (Le radar est un système qui utilise les ondes radio pour détecter et déterminer la distance et/ou la vitesse d'objets tels que les avions, bateaux, ou encore la...).

Les croiseurs lourds, eux, connurent leur apogée (Un apogée (du grec apogeios : loin de la terre ; apo : loin + gê : Terre), dans les domaines de l'astronomie et de l'astronautique, est le point...) à la fin de la Seconde Guerre mondiale avec la classe américaine Alaska, armée de neuf canons de 305 mm et déplaçant 27 000 tonnes.

L'ère du missile (Un missile est un projectile autopropulsé et guidé, constitué de :)

La prédominance du danger aérien et l'émergence d'une nouvelle arme pour lutter contre celui-ci, le missile anti-aérien, provoqua après la Seconde Guerre mondiale, un profonde mutation dans la construction des croiseurs, l'artillerie principale perdit rapidement de l'importance au profit des moyens de détection et de lancement de ces nouvelles armes et d'une forte batterie de canons antiaériens.

L'éclipse (Une éclipse correspond à l'occultation d'une source de lumière par un objet physique. En astronomie, une éclipse se produit lorsqu'un objet (comme une planète ou un satellite naturel) occulte une source de...) des cuirassés, comme bâtiments principaux de combat de surface, bien que largement au profit des porte-avions, obligea malgré tous les croiseurs à reprendre une partie des missions de ceux-ci, en particulier lorsque les missiles anti-navire à longue portée arrivèrent à maturité. Des nations comme l'URSS, basèrent une bonne partie de leur puissance navale sur de grands croiseurs à forte vocation offensive, dont une partie fut spécialisée dans la lutte contre les sous-marins et une autre dans l'attaque des groupes aéronavals.

Liste des croiseurs par pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent sous...)

  • France
  • Royaume-Uni
  • USA
  • URSS et Russie
  • Japon
  • Italie
  • Allemagne

Bibliographie

  • 3 siècles de croiseurs français, G. Piouffre et H. Simoni, Rennes, Marines Éditions, 2001, ISBN 290967570X
Page générée en 0.306 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique