Block automatique lumineux - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.
Signal permissif de BAL, sur la ligne du RER B à Gif-sur-Yvette.
Signal permissif de BAL, sur la ligne du RER B à Gif-sur-Yvette.

Le block automatique lumineux (BAL) est un système de signalisation automatique utilisé par la SNCF pour assurer l'espacement des trains circulant sur une même voie. Il fait appel à des signaux lumineux placés à l'entrée de chaque canton, et à des circuits de voie permettant d'en changer l'aspect en fonction de l'avancement des trains.

Ce système est implanté sur les lignes principales à fort trafic, avec une longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est celle de l’objet...) de canton limitée (de l'ordre de 1500 m avec un maximum de 2800 m), ce qui autorise un débit (Un débit permet de mesurer le flux d'une quantité relative à une unité de temps au travers d'une surface quelconque.) important.

Les signaux sont constitués de panneaux (cibles) à fond noir et liseré blanc (Le blanc est la couleur d'un corps chauffé à environ 5 000 °C (voir l'article Corps noir). C'est la sensation visuelle obtenue avec un spectre lumineux...) portant plusieurs feux. Les principales indications rencontrées en BAL sont les suivantes :

  • un feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.) vert : voie libre. Le mécanicien est autorisé à circuler en marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un déplacement en appui alternatif sur les jambes, en position debout et...) normale, si rien ne s'y oppose.
  • un feu jaune : avertissement. Le mécanicien doit être en mesure de s'arrêter au prochain signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme d'objets ayant des formes particulières. Les signaux lumineux sont employés depuis la...) d'arrêt ou heurtoir (Dans les chemins de fer, les heurtoirs servent à arrêter d'éventuels véhicules en dérive sur les voies en cul-de-sac. Ils sont parfois appelés butoirs. Un heurtoir absorbe l'énergie cinétique des...).
  • un feu rouge : sémaphore. Le mécanicien doit s'arrêter avant le signal.

Le sémaphore - signal de cantonnement ou de block - peut éventuellement être franchi après l'arrêt sous certaines conditions applicables selon :

  • le type de plaque associé au signal (BM, PR, ou F) ;
  • les règles spécifiques à la ligne.

Il est présenté sous forme d'un feu rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) (en signalisation lumineuse).

Sa signification ne doit pas être confondue avec celle du carré (Un carré est un polygone régulier à quatre côtés. Cela signifie que ses quatre côtés ont la même longueur et ses quatre angles la même mesure....).

Le carré - signal de protection - est infranchissable. Il est présenté sous forme de deux feux rouges, alignés verticalement ou horizontalement (en signalisation lumineuse).

Il y a une possibilité de confusion entre sémaphore et carré, qui a déjà été à l'origine d'accidents : un signal affichant un carré, et dont l'un des deux feux rouges est accidentellement éteint.

Étant donné que le carré ne doit pas être franchi, les panneaux qui peuvent afficher le carré ont une plaque Nf (non-franchissable), et un petit feu blanc (Le feu blanc, aussi appelé manoeuvre, est un signal ferroviaire de type SNCF.) - l'œilleton de franchissement, qui s'allume quand le signal affiche un sémaphore, et ce pour confirmer au mécanicien que ce n'est pas un carré avec un feu grillé, mais bien un sémaphore (un seul feu rouge).

Sur l'image ci-dessus, il y a un œilleton de franchissement alors que c'est un panneau de sémaphore. Autrefois l'œilleton était aussi ajouté aux panneaux F et toujours allumé. C'était superflu car, en observant un feu rouge, le mécanicien est censé de toutes façons examiner la plaque associée au signal. Aujourd'hui, les panneaux F ne portent plus d'œilleton, sauf ceux sur potence, où la plaque est moins facilement lisible la nuit.

D'ailleurs on voit sur l'image que l'œilleton est éteint ; celui-ci n'a pas été démonté.

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.249 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique