Clé de chiffrement
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Une clé est un paramètre utilisé en entrée d'une opération cryptographique (chiffrement, déchiffrement, scellement, signature numérique, vérification de signature).

Une clé de chiffrement peut être symétrique (cryptographie symétrique) ou asymétrique (cryptographie asymétrique) : dans le premier cas, la même clé sert à chiffrer et à déchiffrer ; dans le second cas on utilise deux clés différentes, la clé de chiffrement (Une clé est un paramètre utilisé en entrée d'une opération cryptographique (chiffrement, déchiffrement, scellement, signature numérique, vérification de signature).) est publique alors que celle servant au déchiffrement est gardée secrète (la clé secrète, ou clé privée, ne peut pas se déduire de la clé publique).

Une clé peut se présenter sous plusieurs formes : mots ou phrases, procédure pour préparer une machine de chiffrement (En cryptographie, le chiffrement (parfois appelé à tort cryptage) est le procédé grâce auquel on peut rendre la compréhension d'un document impossible à toute personne qui n'a pas la clé de...) (connections, câblage, etc. Voir machine Enigma ), données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) codées sous une forme binaire (cryptologie moderne).

La protection apportée par un algorithme de chiffrement est liée à la longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est celle de l’objet complètement développé.) de la clé, qui peut s'exprimer en bits. En fait, la longueur de la clé quantifie le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) maximal d'opérations nécessaires au déchiffrement. C'est donc une borne supérieure sur la securité du système. En l'état actuel, il est recommandé d'utiliser des clés d'au moins 128 bits pour les systèmes symétriques, ce qui signifie que la clé est une suite aléatoire de 128 zéros ou uns (il y a donc 2128 valeurs possibles pour une clé de 128 bits). Pour les clés asymétriques, le problème est moins simple : le nombre maximal d'opérations est obtenu pour l'essai systématique (En sciences de la vie et en histoire naturelle, la systématique est la science qui a pour objet de dénombrer et de classer les taxons dans un certain ordre, basé sur des principes divers. Elle ne...) de toutes les clés possibles. Or, pour les systèmes asymétriques, qui sont le plus souvent construits sur des problèmes relevant de l'arithmétique (L'arithmétique est une branche des mathématiques qui comprend la partie de la théorie des nombres qui utilise des méthodes de la géométrie algébrique et de la théorie des groupes. On l'appelle plus...), il existe toujours des moyens largement moins coûteux en temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), à savoir la résolution du problème arithmétique sous-jacent. Concrètement, si on considère le système RSA, basé sur le problème de la factorisation, pour une clé de 1024 bits (quasiment le strict minimum actuellement) il n'est pas nécessaire de tester les 21024 clés, il " suffit " de factoriser un nombre dont l'écriture binaire comporte 1024 bits, ce qui est très largement plus simple, bien que toujours totalement infaisable de nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...) (on a pu factoriser des nombres allant jusqu'à 640 bits, mais en plusieurs jours, avec des ressources informatiques très importantes).

Les tailles de clés entre systèmes symétriques et asymétriques ne doivent donc pas être directement comparées, et si dans le cas de la cryptographie (La cryptographie est une des disciplines de la cryptologie s'attachant à protéger des messages (assurant confidentialité, authenticité et intégrité) en s'aidant souvent de secrets ou clés.) symétrique, le fait de savoir que la clé fait 128 bits peut être rassurant, il est beaucoup moins évident de juger de la sécurité des systèmes asymétriques selon la taille de la clé. Ainsi, les systèmes basés sur les courbes elliptiques demandent des tailles bien inférieures à celle de RSA pour un niveau de sécurité équivalent.

Page générée en 0.088 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique