Blog - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Étymologie

Wiktprintable without text.svg

Voir « blog » sur le Wiktionnaire.

Blog est issu de l'aphérèse d'un mot composé né de la contraction de « Web log » ; en anglais, log peut signifier registre ou journal. La francophonie tente de trouver des équivalences ou des alternatives (Alternatives (titre original : Destiny Three Times) est un roman de Fritz Leiber publié en 1945.) à cet anglicisme, bien que le franglais soit fréquent sur le Web, notamment parmi ses techniciens, qui rendent souvent compte de la nouveauté par le biais d'anglicismes et de néologismes.

Un blogueur ou une blogueuse (en anglais : blogger) est l'individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).) qui a l'habitude de bloguer : il écrit et publie les billets, sans entrer dans la composition de tous les commentaires qui y sont associés. La blogosphère est l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout »,...) des blogs. Parfois, par métonymie, on désigne l'ensemble des blogs d'une communauté précise : la « blogosphère homosexuelle », la « blogosphère des standards Web ».

Le vocabulaire intuitif potentiel est vaste et participe du buzz autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit...) du phénomène : blogage, blogable, bloguitude, moblog (Moblog, ou moblogue, est un mot-valise des termes « mobile » et « blog » . Un weblog mobile, ou moblog, est défini par du contenu édité sur Internet depuis un appareil mobile,...), blogiciel, audioblog, vidéoblog, photoblog, blogogeoisie ou blogeoisie (terme désignant les blogueurs dont les sites sont très visités), bloguien, carnetier/carnetière, carneter (le verbe), carneticiel, carnetable, carnetage, carnetodépendance, carnetosphère, audiocarnet, vidéocarnet, photocarnet, carnetiquette, blook (blouquin), etc. Ces mots nouveaux rendus nécessaires par l'émergence de nouvelles technologies anglophones contrebalancent l'inertie (L'inertie d'un corps découle de la nécessité d'exercer une force sur celui-ci pour modifier sa vitesse (vectorielle). Ainsi, un corps immobile ou en mouvement rectiligne uniforme (se déplaçant sur une droite à vitesse constante) n'est soumis...) de la langue française.

Formes francisées

La francophonie tergiverse sur la souveraineté (et l'orthographe) du mot blog, bien qu'il soit pour l'instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas intervalle de temps. Il ne peut donc être...) le plus couramment utilisé dans les faits. L'utilisation de la graphie identique à la forme anglaise blog, tel qu'il figure dans les éditions 2006 des dictionnaires Le Petit Larousse et Le Robert, évite l'homographie entre « un blog » et « je blogue ».

D'autres équivalents sont détaillés dans ce paragraphe. Le processus d'adoption d'un néologisme s'est déjà vu à de nombreuses reprises dans le milieu informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le...), par exemple pour les mots hardware et software dont on a tiré les mots équivalents matériel et logiciel (En informatique, un logiciel est un ensemble d'informations relatives à des traitements effectués automatiquement par un appareil informatique. Y sont...) et pour lesquels avaient été proposés des équivalents comme quincaille et mentaille.

L'Office québécois de la langue française (OQLF) soutient la forme francisée blogue. Cette lexicalisation permet en effet de créer les dérivations « bloguer », « blogueur », « bloguesque », etc., d'éviter la confusion « bloggeur » - « blogger », et semble être adoptée progressivement par toutes les communautés. Toutefois, les formes dérivées sont également largement utilisées par ceux qui conservent la graphie « blog ».

En France, la Commission générale de terminologie et de néologie a choisi le mot bloc-notes, ce qui rend son utilisation obligatoire pour les administrations et services de l'État français. Ce mot entre en conflit avec la traduction des mots notepad et notebook déjà utilisés par ailleurs en informatique. De plus, il n'autorise pas de dérivés évidents comme blogosphère.

Par ailleurs, d'autres traductions ont émergé çà et là au sein de communautés de blogueurs, sans connaître pour l'instant un grand succès :

  • cybercarnet, carnet Web (surtout au Québec) ;
  • journal Web, webjournal ou joueb, qui ne distinguent pas le journaliste (Un journaliste est une personne dont l'activité professionnelle est le journalisme. On parle également de reporter (de l'anglais : report, rapporter) car il rapporte des faits dans l'objectif d'informer le public. Un journaliste écrit...) du blogueur, à tort selon la majorité des blogueurs.
  • journal extime n'est pas issu du Web mais emprunté à l'écrivain Michel Tournier. Il décrit étymologiquement un journal intime public. Ce terme désigne en fait plutôt un usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) possible pour un blog (présenter sa propre vie), le blog étant un média (On nomme média un moyen impersonnel de diffusion d'informations (comme la presse, la radio, la télévision), utilisé pour communiquer. Les médias permettent de diffuser une information vers un grand nombre d'individus...) possible pour cet usage. Il existe des blogs à usage très différents (par exemple d'analyses de l'actualité).

Quelques juristes blogueurs ont proposé bloig (mélange des mots « blog » et « loi ») comme traduction de l'anglais blawg (formé sur les mots « blog » et « law », ce dernier signifiant « loi »). La sonorité étant changée par le composé de ce nouveau mot, « cybercarnet juridique » et « blogue juridique » sont proposés par l'OQLF.

Page générée en 0.127 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique