Niche écologique - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Deux espèces de lichens ; l'une verte (à gauche) et l'autre orange (à droite) cohabitent sur ce rocher dans deux niches écologiques différentes, résultant des conditions d'exposition et d'hygrométrie.
Deux espèces (mousses et lichens) cohabitent sur le même tronc (Un tronc peut être :), mais dans deux niches écologiques distinctes, notamment induites par l'élévation et l'hygrométrie.
Diverses espèces de mousses et lichens épiphytes cohabitent dans ce qui semble être une même niche écologique (La niche écologique est un des concepts théoriques de l'écologie. Il traduit à...), en situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un...) de concurrence, ou de complémentarité, dans un équilibre dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il...), avec des variations saisonnières d'abondance et de vitalité.
Lichen sur un rocher alpin

La niche écologique est un des concepts théoriques de l'écologie. Il traduit à la fois :

  1. la « position » occupée par un organisme, une population ou plus généralement une espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type »...) dans un écosystème,
  2. la somme des conditions nécessaires à une population viable de cet organisme.

La description d'une telle « niche » (ou « enveloppe écologique ») se fait sur la base de deux types de paramètres :

  1. des paramètres physico-chimiques caractérisant les milieux où évolue l'organisme (et parfois significativement modifié par cet organisme).
  2. des paramètres biologiques, incluant les relations avec les espèces avoisinantes et la modification de l'habitat par l'organisme et la communauté d'espèces dans laquelle il s'inscrit (interactions durables).

G.E. Hutchinson (1957) définit une niche écologique comme un hypervolume (une « enveloppe ») où chaque dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une...) de l'espace représente une ressource (alimentaire, en matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en...), spatiale, offre en cachette, substrats ou perchoirs, etc.)ou une condition (température, précipitation (En météorologie, le terme précipitation désigne des cristaux de glace ou des...), acidité, etc) de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et...). La quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire,...) de ressources varie dans l'espace et dans le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) en fonction de l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) de l'espèce. Les conditions et les ressources sont des conditions limitantes qu'on peut hiérarchiser pour étudier la vulnérabilité (En gestion des risques, la vulnérabilité d'une organisation ou d'une zone...) de l'espèce dans l'environnement.

Types de niches écologiques

On distingue deux sortes de niches :

  • Niche fondamentale : elle réunit tous les composants et toutes les conditions environnementales nécessaires à l'existence d'un organisme.
  • Niche réalisée : elle est proche ou ressemble à la niche fondamentale à laquelle un organisme est pratiquement adapté mais qu'il a été contraint d'occuper.

L'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) des conditions biophysique (La biophysique est une discipline à l'interface de la physique et la biologie où les outils...) permettant à un organisme d'exister est localisé dans la « niche fondamentale ». De par la compétition, l'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein...) avec d'autres organismes et les phénomènes physiques, la niche fondamentale de l'organisme se réduit à l'espace le plus approprié. Dans différents cas d'espèces adaptées, l'espace devient la niche réalisée. Une « zone d'adaptation », l'écotone par exemple, est un éventail de niches écologiques qui peuvent être occupées par un groupe d'espèces exploitant les mêmes ressources par des moyens similaires.

Études qualitatives et quantitatives

L'existence des niches écologique a notamment pu être vérifiée du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et...) trophique par l'étude de la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles...) d'isotopes stables (Carbone 13 par exemple) qui permet d'identifier avec certitude certains liens de type prédateurs-proies, déchets métaboliques-décomposeurs, etc. L'étude des rations d'isotopes stables (ceux du carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C,...) et de l'azote (L'azote est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole N et de...) sont les plus utilisés) peut donc fournir une représentation de la position d'un organisme dans une niche trophique et ils sont à ce titre de plus en plus utilisés pour étudier certains aspects (qualitatifs) de la structure de la chaîne alimentaire (Une chaîne alimentaire est une suite d'êtres vivants dans laquelle chacun mange celui qui le...). Depuis peu, les isotopes stables sont aussi utilisés pour caractériser quantitativement les échelles et tailles des éléments de la structure trophique dans une communauté écologique, parfois en s'inspirant des approches écomorphologiques. Cette double approche devrait permettre de mieux cerner le fonctionnement des chaînes alimentaires dans leurs structures, fonctions et dynamiques, ce qui et important pour par exemple mieux mesurer (puis anticiper, si des modèles peuvent être déduits de ces recherches) les impacts de certaines pollutions (dont la pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le...) lumineuse), de la fragmentation écologique, de la surexploitation d'un milieu (surpêche par exemple), l'adaptation d'un écosystème aux dérèglements climatiques, etc.
Ce type de traçage isotopique dans un réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) trophique a par exemple déjà permis de confirmer d'autres études montrant l'importance des corridors biologiques à des échelle centimétriques pour de très petits organismes (invertébrés vivant dans les mousses par exemple). Il a aussi montré que des prédateurs apparemment peu sensibles à la fragmentation de leur écosystème pouvaient néanmoins à terme disparaître.

Page générée en 0.126 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique