Prasat Sdok Kok Thom - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Prasat Sdok Kok Thom
Prasat Sdok Kok Thom-1-HDR.jpg

Nom Prasat Sdok Kok Thom
Créateur Udayadityavarman II
Date de construction XIe siècle
Divinité hindouisme, puis bouddhisme
Architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) Baphuon
Localisation Province de Sa Kaeo, près d'Aranyaprathet
Coordonnées 13°50′63.1″N 102°44′19.0″E / 13.850861, 102.738611
Principaux sites khmers

Le temple khmer de Sdok Kok Thom a été construit au XIe siècle. Ses ruines se trouvent dans la province de Sa Kaeo dans l'est de la Thaïlande, au milieu de la forêt (Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement dense,...), à l'écart de la grand-route entre les villes d'Aranyaprathet et Ta Phraya, un peu avant la frontière (Une frontière est une ligne imaginaire séparant deux territoires, en particulier deux...) avec le Cambodge.

Construit en grès et en latérite (La latérite (du latin later, brique) est une roche rouge ou brune, qui se forme par...), Sdok Kok Thom est petit en comparaison des autres anciens temples khmers du nord-est (Le nord-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux nord et est. Le nord-est...) de la Thaïlande. Sa valeur, pour les archéologues, réside dans le fait qu'on le considère comme un chaînon manquant dans l'étude de l'ancienne civilisation khmère.

On a en effet retrouvé dans le temple de Sdok Kok Thom une stèle, datée de 1053, capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs,...) dans l'épigraphie khmère, qui énonce la chronologie des anciens souverains du Cambodge, depuis l'accession au trône de Jayavarman II en 802 de notre ère, jusqu'à Udayādityavarman II qui régnait en 1053. On lit notamment dans le texte de cette stèle que Jayavarman II a passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...) quelque temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) en captivité à Java (dans l'actuelle Indonésie) avant de revenir au Cambodge et se faire proclamer roi en 802.

C'est Jayavarman II qui au IXe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...), introduisit le culte du dieu-roi (devaraja) dans le brahmanisme. Désormais, le roi est la représentation de Shiva, le dieu supérieur de la trinité brahmaniste : Brahma, Vishnu, Shiva. Le souverain doit être adoré comme une divinité, avec des rites formels dont l'observance, en ce qui concerne le temple de Sdok Kok Thom, a été confiée à une même famille de brahmanes qui les maintiendra pendant des siècles. Cette introduction est attestée par la stèle de Sdok Kok Thom, postérieure de 250 ans au règne de Jayavarman II, et n'est confirmée par aucun autre document (Dans son acception courante un document est généralement défini comme le support physique d'une...). Shiva et le roi-dieu partagent le même symbole religieux, le lingam phallique.

Concernant cette stèle du temple de Sdok Kok Thom, suite à une interprétation erronée, le "Mont Central" évoqué dans l'inscription avait été identifié comme étant le temple du Bayon, qui avait donc été classé comme shivaïte et parmi les plus anciens, selon Etienne Aymonier (1906) et Etienne Lunet de Lajonquiere (1911). Ce n'est que dans les années 1920-1930, avec les études de Louis Finot et Victor Gouloubew de l'École Française d'Extrême-Orient (L'Extrême-Orient désigne la partie orientale de l'Asie. Il comprend :), que le temple de Phnom Bakheng a été identifié avec le Mont Central de l'inscription. Le roi constructeur de ce temple de Phnom Bakheng a ensuite été identifié comme étant Yasovarman Ier, (roi de 889 à 910) et fait explicitement référence à Jayavarman II comme fondateur de la première cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la...) d'Angkor, le Bayon étant par la suite reconnu comme affecté au culte bouddhiste et construit ou remanié par Jayavarman VII à la fin du XIIe siècle.

La Thaïlande a lancé en 1995 un programme de 60 millions de bahts (1,25 million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf...) d'euros) pour la rénovation de Sdok Kok Thom, malgré les revendications du Cambodge sur le site. Le temple est actuellement en cours d'anastylose.

Page générée en 0.008 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique