Césarienne - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Un accouchement par césarienne

Une césarienne est une intervention chirurgicale visant à extraire un enfant de l'utérus maternel par incision de la paroi utérine.

Le mot « césarienne » dérive du latin caesar qui veut dire enfant né par incision, (du verbe caedere : couper, inciser) d'où viendrait le surnom (cognomen) porté par Jules César (qu'il a hérité d'un de ses ancêtres qui, lui, serait né par césarienne).

Historique

Dessin de la pratique d'une césarienne (Une césarienne est une intervention chirurgicale visant à extraire un enfant de...) réussie en Ouganda en 1879

La césarienne est une opération fréquemment pratiquée depuis des temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) immémoriaux, mais principalement sur la femme tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) juste décédée. La première opération connue et réussie sur une femme vivante date de l'an 1500 : cette année-là, Jacques Nufer, châtreur de porcs à Siegerhausen, en Thurgovie (Suisse), sollicite de la magistrature locale l'autorisation d'accoucher sa femme, Marie Alepaschin, par voie artificielle, les médecins déclarant impossible l'accouchement par la voie naturelle. Il réussit parfaitement son exploit, puisque son épouse eut plusieurs autres enfants par la suite. On pense maintenant qu'il s'agissait d'un cas de grossesse (La grossesse est le processus physiologique au cours duquel la progéniture vivante d'une femme...) abdominale, ce qui expliquerait la bonne récupération de l'opérée.

La même opération sera tentée, parfois avec succès, au cours du XVIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...) et plus tard les chirurgiens Ambroise Paré (Ambroise Paré, né vers 1510 au Bourg-Hersent, près de Laval et mort le...), puis François Mauriceau s'élèveront contre cette pratique. Même durant la première moitié du XIXe siècle, cinq opérées sur six y laissaient la vie (La vie est le nom donné :), généralement pour cause de péritonite (infection abdominale).

Il faudra attendre 1880 et les progrès de l'asepsie (L'asepsie consiste à ne pas apporter de micro-organismes étrangers au site concerné (bactéries,...) et de l'anesthésie (Le mot anesthésie provient du grec (αισθησις:...) pour que la tendance se renverse complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou...). La césarienne dite haute, appelée ainsi en raison du point (Graphie) d'incision sur l'utérus (L'utérus est un organe participant aux fonctions reproductrices chez les mammifères dont...), devient alors courante, mais reste dangereuse. À partir de 1920, la césarienne basse en fait une intervention moins risquée. Et si la technique est relativement au point au début du XXe siècle, le lourd tribut maternel ne s'améliore qu'avec l'avènement des antibiotiques entre les deux guerres.

De nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...), il s'agit d'une technique maîtrisée où la morbidité maternelle (complications maternelles) est réduite au minimum, et pour laquelle les indications sont bien codifiées par la profession (CNGOF).

Les taux de césarienne augmentent depuis 20 ans dans la majorité des pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...) industrialisés où la technique opératoire est parfaitement maîtrisée, ce qui correspond à la prise en compte des risques obstétricaux par les professionnels de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...).

Il n'existe pas de « taux idéal » de césarienne actuellement. Le taux de césarienne dans un pays donné dépend du niveau d'« acceptation » du risque obstétrical par la population dans lequel il est analysé.

Toutefois l'Organisation (Une organisation est) mondiale de la santé (OMS) établit un taux optimal de césariennes entre 5 % et 15 % : « En proportion des naissances dans la population, le taux de césariennes doit être compris entre 5 % et 15 % — car un taux inférieur à 5 %, indiquerait que certaines femmes avec des complications sévères ne recevraient pas le niveau de soins adéquat ». De nombreux pays dépassent ces chiffres. Au-delà de 15 %, le recours à la césarienne est jugé comme abusif et aurait un impact plus négatif que positif, si l’on considère les risques de cette opération. Les experts s'accordent aujourd'hui à considérer des taux de césarienne supérieurs à 25 % comme anormaux.

Page générée en 0.256 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique