Limes
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Le limes est le nom, donné par les historiens modernes, au système de fortification romain établi tout au long des frontières de l'empire. Il marque donc la frontière entre l'empire romain et le monde barbare, tel qu'il était entendu par les romains, à savoir les peuples ne parlant ni grec, ni latin. Il a un but défensif et douanier.

Des limes plus ou moins élaborés ont ainsi été établis sur la plupart des frontières de l'Empire. Les plus célèbres sont ceux construits dans le nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) de la province de Bretagne (actuelle île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif « insulaire » ; on dit aussi...) de Grande-Bretagne) : les murs d'Hadrien, d'Antonin et de Septime Sévère. Le plus grand était établi le long du Rhin (Le Rhin (Rhein en allemand, Rijn en néerlandais, Rhenus en latin, Rein en romanche) est un fleuve d'Europe long de 1 230 kilomètres et drainant un bassin de...) et du Danube, par une succession de tours de guet, de castella (fortins), de places fortes reliées par un réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets »,...) très dense de voies romaines. Un limes de ce type, mais moins profond et moins dense, était construit en Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de...) du Nord.

Aujourd'hui, le limes romain en Allemagne est reconnu comme patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

limes de Germanie

Carte du limes germanique, figurant la province de la Rhétie.
Carte du limes germanique, figurant la province de la Rhétie.
Reconstitution du limes
Reconstitution du limes
Reconstitution d’une tour de guet
Reconstitution d’une tour de guet

En latin, limes signifie simplement chemin de patrouille à la frontière (Une frontière est une ligne imaginaire séparant deux territoires, en particulier deux États souverains. Le rôle que joue une frontière peut fortement...). Pour permettre une vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) dégagée sur l'ennemi, les Romains avaient déboisé de grands pans de forêts. Nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de ces sentiers existent encore aujourd'hui en Allemagne.

Le limes germanique protégeait les provinces de Germanie supérieure et de Rhétie, en avant des Champs Décumates. Il était constitué de plus de soixante places fortifiées, espacées d'une dizaine de kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière...). Elles défendaient la frontière de l'Empire romain. On peut citer celle de Saalburg près de Bad Homburg, qui est la seule à avoir été reconstruite. Des cohortes de 500 légionnaires et cavaliers y étaient stationnées, pour empêcher les pillages des Germains dans la zone contrôlée par les Romains. Plus de neuf cents tours de guet se dressaient le long du limes rhénan, espacées les unes des autres de facon à pouvoir communiquer entre elles par signaux visuels ou sonores selon les conditions de visibilité (En météorologie, la visibilité est la distance à laquelle il est possible de distinguer clairement un objet, quelle que soit l'heure. On peut...), et ainsi avertir au plus vite la prochaine place fortifiée de tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) mouvement germain. La tour de guet n° 1 se trouve à Rheinbrohl en Rhénanie-Palatina (caput limitis).

Cologne, Strasbourg et Vienne étaient des forts chargés de protéger le limes.

Le limes germanique fut détruit par les attaques des Alamans en 258, qui occupèrent l'espace compris entre le Rhin et le Danube. Une nouvelle ligne de défense fut organisée par Aurélien (270-275) le long du Rhin et de l’Iller, affluent (On appelle affluent un cours d'eau qui va se jeter dans un cours d'eau au débit plus important, au niveau d'un point de confluence. (Synonyme : tributaire).) du Danube, avec Brigantium (Bregenz) comme camp militaire.

Au IVe siècle, ce limes était défendu par des Lètes Francs et des Fédérés Saxons à Mayence, Alamans sur le Rhin supérieur (fondation dudit royaume alaman).

limes danubien

Le limes danubien s'articulait sur une série de places fortes, reliées par une route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.) de rocade suivant le cours du Danube. Une flotte fluviale complétait le dispositif de surveillance.

limes d'Afrique du Nord

Murs sur l'île de Bretagne

Ils contiennent les Pictes et les Scots.

Dans le même ordre d'idée se contruit Offa's Dyke dans l'Essex lontemps après le départ des romains, qui sépare Saxons et Gallois.

Page générée en 0.056 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique