Château de Champs-sur-Marne - Définition

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Château de Champs-sur-Marne
Château de Champs-sur-Marne

Période ou style Classique
Type château
Architecte Pierre Bullet, Jean-Baptiste Bullet de Chamblain
Début construction 1699
Fin construction 1707
Propriétaire initial Charles Renouard de La Touanne, Paul Poisson de Bourvallais
Destination initiale maison de plaisance
Propriétaire actuel État français (Ministère de la Culture et de la Communication)
Destination actuelle visite
Protection Logo monument classe.svg Monument historique (1935)

Latitude
Longitude
48° 51′ 14″ Nord
       2° 36′ 15″ Est
/ 48.85389, 2.60417
  
Pays France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Commune française Champs-sur-Marne
 
France location map-Regions and departements.svg
Château de Champs-sur-Marne

Le château de Champs-sur-Marne est un château français du XVIIIe siècle situé en plein centre de la ville de Champs-sur-Marne dans le département de Seine-et-Marne et la région d'Île-de-France.

Au cœur d'un domaine de 85 hectares, le château a été construit au début du XVIIIe siècle par Pierre Bullet et son fils Jean-Baptiste Bullet de Chamblain pour deux financiers de Louis XIV. Type accompli de la maison de plaisance à la française, avec son plan rectangle et sa rotonde sur le jardin, il témoigne de l'évolution de la société vers la recherche de davantage de confort. Racheté en 1895 par le comte Louis Cahen d'Anvers qui le restaure et le remeuble, et fait recréer les jardins par les paysagistes Henri et Achille Duchêne, le château de Champs est donné à l'État en 1935. Il est aujourd'hui géré par le Centre des monuments nationaux.

Histoire

Champs est mentionné entre 1079 et 1096 dans une charte de franchise signée par Adam de Champs. La seigneurie reste dans sa famille jusqu'en 1399, date à laquelle Jeanne II de Champs la vend à la famille d'Orgemont, originaire de Lagny-sur-Marne.

Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, elle passe entre plusieurs mains avant d'être acquise entre 1696 et 1698 par Charles Renouard de La Touanne (†1704), trésorier de l'Extraordinaire des guerres. Celui-ci fait appel aux architectes Pierre Bullet et Jean-Baptiste Bullet de Chamblain en 1699 pour lui construire une nouvelle demeure, mais il fait banqueroute et les travaux sont arrêtés.

Renouard de La Touanne se voit confisquer son château en 1701. En 1703, il est racheté par un autre financier Paul Poisson de Bourvallais, riche « traitant » acquéreur en 1695 d'un office de Secrétaire du Roi, Maison et Couronne de France (la fameuse « savonnette à vilain »), puis secrétaire du Conseil royal des finances, modèle du Turcaret de Lesage. Celui-ci fait achever les travaux sous la direction de Bullet de Chamblain. La construction est terminée en 1707. Les jardins à la française sont créés vers 1710 sans doute par Claude Desgots, petit-neveu et élève de Le Nôtre.

Deux ans après l'opération du visa, Paul Poisson de Bourvallais est accusé de malversations et la Chambre de Justice lui fait rendre gorge en 1716, deux ans avant sa mort. Il doit se défaire de Champs-sur-Marne ; selon le duc de Saint-Simon dans ses Mémoires, à l'arrivée du Régent Philippe d'Orléans : « Bourvallais, un des plus riches traitants et des plus maltraités par la chambre de justice, fut dépouillé d'une superbe maison de campagne à Champs qu'il avait rendue charmante et que d'une maison de bouteille, il avait fait chef-lieu d'une grande et belle terre à force d'acquisitions. »

Après la condamnation de Paul Poisson de Bourvallais, le château est confisqué par la Couronne et vendu en 1718 à la princesse de Conti, fille légitimée de Louis XIV et de Louise de La Vallière. Celle-ci en cède aussitôt la nue-propriété à son cousin, Charles François de La Baume Le Blanc, marquis puis duc de La Vallière. Le fils de celui-ci, Louis César de La Baume Le Blanc, duc de La Vallière (1708-1780) en hérite en 1739. Il y reçoit des hommes de lettre dont Voltaire, Diderot, d'Alembert, Moncrif. Après la construction de son magnifique château de Montrouge, vers 1750, il délaisse peu à peu le château de Champs et cherche à vendre le domaine mais, faute de trouver un acquéreur, il le loue entre juillet 1757 et janvier 1759 à la marquise de Pompadour, dont il est l'ami, pour 12 000 livres par an. En novembre 1757, celle-ci y reçoit le prince de Soubise au retour de la défaite de Rossbach. En 1763, le duc de La Vallière finit par vendre Champs à Gabriel-Michel de Tharon (1702-1765), riche armateur nantais, trésorier général de l'Artillerie de France et directeur de l'illustre Compagnie des Indes.

À sa mort, le château passe à sa fille, Anne-Henriette-Françoise Michel, marquise de Marbeuf par son mariage en 1757 avec Jacques Auger, marquis de Marbeuf (†1789), colonel de dragons, neveu du général de Marbeuf (1712-1786), le célèbre administrateur de la Corse. Les époux s'étaient séparés dès 1763. Riche de 8 millions de livres, la marquise a son hôtel parisien à l'emplacement de l'actuel no 31, rue du Faubourg-Saint-Honoré et possède également la Folie Marbeuf sur les Champs-Élysées, au niveau des actuelles rues Lincoln et Marbeuf. Elle est condamnée à mort et exécutée le 5 février 1794, « comme convaincue d'avoir désiré l'arrivée des Prussiens », selon le Tribunal révolutionnaire.

Saisi comme bien national, le domaine est acquis par adjudication en 1801 par le neveu de la marquise de Marbeuf, Pierre-Marc-Gaston de Lévis (1764-1830), duc de Lévis, fils de l'autre fille de Gabriel Michel de Tharon, Gabrielle Augustine. Il y reçoit notamment Chateaubriand. En 1831, son fils revend le château à Jacques Maurice Grosjean. En 1858, il devient la propriété de l'agent de change parisien Ernest Santerre. Le fils de ce dernier, Sébastien, le vend en 1895 au comte Louis Cahen d'Anvers (1837-1922), riche banquier parisien, qui le fait restaurer entièrement et le remeuble.

Les Cahen d'Anvers mènent grand train au château où ils organisent de nombreuses fêtes et reçoivent, entre 1895 et 1922, Marcel Proust, Isadora Duncan, Alphonse XIII d'Espagne, Paul Bourget. Le domaine emploie plus de soixante jardiniers, douze gardes-chasse, une vingtaine de domestiques et de nombreux ouvriers. En 1935, Charles, le plus jeune fils du comte, fait don du château à l'État et lui vend son mobilier, en émettant le souhait qu'il devienne une résidence présidentielle ou serve de résidence de weekend au Président du Conseil.

Le château est classé parmi les monuments historiques le 24 juillet 1935 et un conservateur du domaine est nommé, le château étant ouvert à la visite. Toutefois, sitôt après la donation, des hôtes d'honneur de la Présidence de la République sont reçus à Champs, comme le sultan du Maroc Mohamed V et sa famille en juin 1939. Ces séjours obligent à chaque fois à fermer le château au public.

À partir de 1959, le général de Gaulle fait de Champs une résidence pour les chefs d'État en visite officielle en France. Les intérieurs sont entièrement restaurés. De nombreux responsables des pays africains accédant à l'indépendance y sont reçus, comme le président de la République du Congo, l'abbé Fulbert Youlou, qui y reçoit le général et Mme de Gaulle à déjeuner le 22 novembre 1961.

Cette vocation cesse définitivement en 1971. Le château est alors affecté au ministère de la Culture qui se charge de l'ouvrir à la visite et installe le laboratoire de recherche des monuments historiques dans les communs sud-ouest du château, construits pour les Cahen d'Anvers à la fin du XIXe siècle.

Depuis le 20 septembre 2006 et l'effondrement d'un plafond attaqué par la mérule, le château est en attente de réparations et fermé au public jusqu'à nouvel ordre. Le parc peut néanmoins être visité.

Page générée en 0.373 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise