Hypnotique
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Les hypnotiques (ou somnifères) sont une classe de médicaments ayant la propriété d'induire le sommeil ou en langage courant de servir de calmant pour des personnes qui auraient du mal à dormir.

Médicaments ayant des propriétés hypnotiques

  • Les barbituriques : de moins en moins utilisés à cause de leur toxicité (La toxicité (du grec τοξικότητα toxikótêta) est la mesure de la capacité d’une substance à provoquer des effets...) et de la tolérance (accoutumance)
  • Les benzodiazépines, notamment :
    • l'estazolam
    • le loprazolam
    • le lormétazépam
    • le nitrazépam
    • le témazépam
    • certaines substances réputées dangereuses comme le flunitrazépam (Rohypnol) et le triazolam (Halcion) avec un risque de tolérance assez rapide
  • Des médicaments apparentés aux benzodiazépines :
    • la zaleplon,
    • le zolpidem (en général sous forme d'hémitartrate de zolpidem),
    • la zopiclone.
  • des antihistaminiques H1 de première génération comme :
    • la phénydramine
    • l'alimémazine,
    • la prométhazine
    • la doxylamine
  • Des substances extraites de plantes :
    • l'extrait de valériane, répandu seul ou associé à d'autres plantes : mélisse, Aubépine (cratægus), tilleul, passiflore, gui, etc.
    • d'autres extraits végétaux : ballote (La ballote (Ballota nigra) est une plante herbacée vivace de la famille des Lamiacées aux fleurs pourpres, odorante et très commune en France et en...).

Dépendance aux somnifères

« Il est désormais bien connu que les tranquillisants et les somnifères de la classe des benzodiazépines peuvent causer une pharmacodépendance, aussi dans des doses dites thérapeutiques et ce, même après un traitement de courte durée. La découverte de ce risque est cependant de date relativement récente. »

Une situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin de le qualifier à...) très préoccupante, particulièrement en France

Les Français sont en effet les plus gros consommateurs au monde d'hypnotiques (somnifères) : 3 fois plus que les Britanniques, ou que les Allemands.

Les personnes qui prennent des somnifères risquent d’être vite (quelques semaines ou mois) dépendantes de ces médicaments. Notamment car la qualité du sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution...) devient moins bonne avec l’utilisation de ces hypnotiques, ce qui crée un cercle (Un cercle est une courbe plane fermée constituée des points situés à égale distance d'un point nommé centre. La valeur de cette distance est appelée rayon du cercle....) vicieux.

Effet paradoxal : une dépendance créée par des effets secondaires mal interprétés !

Des effets secondaires tels que dépression, avec ou sans tendances suicidaires, états phobiques, agressivité (L'agressivité est une modalité du comportement des êtres vivants et particulièrement de l'être humain, qui se reconnait à des actions où la...) et comportement violent peuvent apparaître, dans 5% des cas selon Malcolm Lader, de l'Institute of Psychiatry à Londres (Londres (en anglais : London - /?l?nd?n/) est la capitale ainsi que la plus grande ville d'Angleterre et du Royaume-Uni. Fondée il y a plus de 2 000 ans...). Ce qui, rapporté aux 7 millions de personnes (chiffre publié en 2001) en France qui consomment des somnifères, représenterait 350.000 personnes...

« Aux États-Unis, les fabricants considèrent devoir faire état de ces effets secondaires et signalent p.ex. le risque de dépressions. Dans plusieurs pays européens au contraire, les fabricants de médicaments gardent le silence sur cet effet secondaire, bien que la dépression soit un effet à long terme bien documenté dans les ouvrages médicaux.

Comme ces réactions sont souvent interprétées comme symptômes d'une aggravation de l'état de l'intéressé, de nombreux patients deviennent pharmacodépendants pour la raison même qu'ils présentent de graves effets secondaires, et, chose tragique, le lien entre ceux-ci et les benzodiazépines reste longtemps inconnu aussi bien au patient qu'au médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les maladies, pathologies, et blessures de ses patients. Son...) prescripteur. Il est urgent que l'OMS et les autorités de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) nationales demandent aux fabricants de benzodiazépines une spécification correcte et exhaustive de ces effets secondaires. »

Effets secondaires, précautions

Ces médicaments altèrent la vigilance (Son attention prend un aspect d'intensité pour solliciter l'ensemble de ses capacités de perception et les concentrer sur le déroulement de la tâche.), et il est par exemple important d'en tenir compte quand on doit conduire : ne pas en prendre avant un trajet, ou passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) le volant à un autre conducteur.

Ils créent aussi des troubles de la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) à court terme.

Chez les sujets agés la prise d'hypnotique (Les hypnotiques (ou somnifères) sont une classe de médicaments ayant la propriété d'induire le sommeil ou en langage courant de servir de calmant pour des...) fait courir le risque de chute, avec fracture (En traumatologie, le terme de fracture désigne par définition une solution de continuité osseuse ("rupture" des os).) du col du fémur (Le fémur est l'os de la cuisse. Il s'agit de l'os le plus long du corps humain.), et de troubles cognitifs. Après 60 ans une étude a montré une augmentation d'effets indésirables, de type fatigue, troubles cognitifs, céphalées, cauchemars, nausées, sans différence entre hypnotiques et benzodiazépines, pour un gain de sommeil d'une demi-heure en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques...).

Page générée en 0.119 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique