Ordre corinthien
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Chapiteau et entablement corinthien du Panthéon de Rome
Chapiteau et entablement corinthien du Panthéon de Rome
Chapiteaux corinthiens de la façade néoclassique de la poste de New York
Chapiteaux corinthiens de la façade néoclassique de la poste de New York
Dessin d'un chapiteau corinthien, s'apparentant ici toutefois davantage au composite (volutes ioniques superposées au chapiteau corinthien pur)
Dessin d'un chapiteau ( Un chapiteau est une grande tente où se produisent les cirques ; En architecture, un chapiteau est un élément de forme évasée qui couronne une colonne et lui transmet les charges qu'elle doit porter. ) corinthien, s'apparentant ici toutefois davantage au composite (volutes ioniques superposées au chapiteau corinthien pur)

L'ordre corinthien (L'ordre corinthien est le second des trois ordres architecturaux grecs, dont le caractère est surtout déterminé par une grande richesse...) est le second des trois ordres architecturaux grecs, dont le caractère est surtout déterminé par une grande richesse d’éléments et un chapiteau décorés de deux rangées de feuilles d’acanthes.

Si la forme évasée et la décoration végétale, qui caractérisent le chapiteau corinthien, firent leur apparition en Égypte, en Assyrie et dans d'autres contrées d'Orient (L'orient correspond au point cardinal est, et s'oppose à l'occident (l'ouest).), avant d'être adoptées par les Grecs. Ceux-ci ont le mérite d'avoir épuré et enrichi les types préexistants, ainsi que de les avoir appliqués à un nouvel ordre d'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.). Les chapiteaux de l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif « insulaire » ; on dit aussi...) de Théria peuvent être considérés comme étant la forme la plus ancienne.

Description

Après avoir été employé isolément, l'ordre corinthien fut utilisé dans les parties secondaires des grands édifices, concurremment avec les autres ordres. Les seuls édifices d'ordre corinthien qui soient restés debout en Grèce ont des proportions très exiguës : l'un est le monument choragique de Lysicrate ; l'autre, la Tour des Vents, tous deux à Athènes.

C'est en Italie qu'il faut aller chercher les modèles les plus complets de l'ordre corinthien. Le chapiteau corinthien présente, dans les édifices romains, une très grande variété de formes.

Le fût de la colonne corinthienne (L'ordre corinthien est le second des trois ordres architecturaux grecs, dont le caractère est surtout déterminé par une grande richesse d’éléments et un...) est ordinairement lisse, quand les colonnes sont de porphyre ou de granite ; et cannelé quand elles sont de marbre (Le marbre est une roche métamorphique dérivée du calcaire, existant dans une grande diversité de coloris, pouvant présenter des veines, ou marbrures (veines et coloris sont dus à...). Le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de cannelures varie de vingt à trente-deux (il est le plus souvent de vingt-quatre), suivant le diamètre (Dans un cercle ou une sphère, le diamètre est un segment de droite passant par le centre et limité par les points du cercle ou de la sphère. Le...) de la colonne ; et, comme il convient qu'une cannelure corresponde au milieu de chacune des quatre faces du chapiteau, le nombre de cannelures doit être divisible par quatre.

La base adoptée par l'ordre corinthien est généralement la base ionique-attique ; quelquefois la base composite. Les tores des bases sont parfois ornés de feuillages et d'entrelacs.

L'entablement (On appelle entablement :) caractérise l'ordre corinthien presque autant que le chapiteau. Mesures prise sur les plus beau bâtiments corinthiens (le temple de Vesta à Tivoli, le temple de Minerve à Assise, le panthéon et le temple d'Antonin à Rome), on trouve que la hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) de l'entablement est le cinquième de la hauteur des colonnes. Toutefois, on peut élever l'entablement aux deux neuvièmes. Les proportions de l'architrave (L'architrave est une partie de l'entablement qui porte horizontalement sur les colonnes, dans l'architecture antique et les styles qui s'en inspirent.) et de la frise sont très variables. Les Romains ont orné la bande supérieure de l'architrave d'une moulure, qui se compose ordinairement d'une cymaise et d'un filet, et qui, faisant saillir l'architrave, la sépare nettement de la frise.

La frise corinthienne ne se distingue de l'ionique que parce qu'elle comporte généralement une plus grande magnificence d'ornements ; elle reste parfois lisse.

Quand à la corniche (Une corniche est un couronnement continu en saillie d'un élément, d'un meuble (armoire par exemple) ou d'une construction. La corniche est le plus souvent horizontale, mais peut être...) qui contourne l'entablement corinthien, elle varie beaucoup dans ses proportions et sa décoration. On trouve des corniches corinthiennes qui n'ont pas de larmier ; d'autres, au contraire, ont le larmier d'une grandeur énorme. L'ordre corinthien, d'abord d'une grande beauté, alla toujours croissant en luxe et en richesse. Le maximum de ce luxe se rencontre dans les monuments de Baalbek et de Palmyre.

Les architectes de la Renaissance ont été plus heureux dans leur imitation de l'ordre corinthien que dans celle du dorique ou de l'ionique ; les fautes qu'ils ont commises proviennent généralement de leur respect aveugle pour les antiquités romaines, qu'ils n'avaient point (Graphie) comparées aux monuments grecs. Ce fut pour avoir trop regardé quelques édifices romains mal conçus que l'illustre Andrea Palladio introduisit dans l'architecture de la Renaissance la frise bombée, innovation des plus malheureuses. La colonnade (En architecture, une colonne est un élément vertical de soutien de forme cylindrique.) du Louvre de Claude Perrault (Claude Perrault (Paris, 1613 - Paris, 1688) est un médecin et un architecte français. Il est célèbre pour avoir été l'architecte de la façade de l'aile est du...) est une habile application de l'ordre corinthien. Il faut en dire autant de l'église (L'église peut être :) de la Madeleine, à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et de...).

Éléments de l'ordre corinthien

Légende du dessin :

  • (lien) tympan du fronton
  • (lien) acrotère (Dans l'architecture classique, grecque et romaine antique, les acrotères sont des socles (piédestaux) soutenant des ornements, disposés au sommet ou sur les deux extrémités...)
  • (lien) cimaise (La cimaise est une moulure constituant le haut d'une corniche.) (du fronton)
  • (lien) larmier
  • (lien) denticules
  • (lien) architrave
  • (lien) chapiteau
  • (lien) colonne
  • (lien) cannelure
  • (lien) stylobate
  • (lien) volute
  • (lien) feuille (La feuille est l'organe spécialisé dans la photosynthèse chez les végétaux supérieurs. Elle est insérée sur les tiges des plantes au niveau des nœuds. À...) d'acanthe (Les Acanthes sont un genre (Acanthus) de plantes vivaces de la famille des Acanthacées comprenant une trentaine d'espèces originaires surtout d'Eurasie et d'Afrique.)
  • (lien) base
  • (lien) tores

Quelques exemples de l'ordre corinthien

Corinthien grec

Corinthien romain

Corinthien moderne

Bibliographie

  • Nouveau Larousse illustré, 1898-1907
Page générée en 0.242 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique