Hôtel impérial
Hôtel impérial
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Hôtel impérial

L’Hôtel impérial de Tōkyō (帝国ホテル, teikoku hoteru?) est la réalisation japonaise de Frank Lloyd Wright (Frank Lloyd Wright (8 juin 1867, Richland Center, Wisconsin, États-Unis - 9 avril 1959, Phoenix, Arizona) est devenu un architecte américain célèbre.) la plus connue. L’édifice initial avait été bâti en 1890. Pour remplacer la structure en bois d’origine, les propriétaires firent appel à Wright qui livra le bâtiment en 1923. L’hôtel résista au tremblement (Les tremblements sont des mouvements anormaux involontaires, rythmiques et oscillatoires, de faible amplitude. Ils peuvent être uni ou bilatéraux.) de terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre planètes...) de Kantō de 1923 qui atteignit une magnitude de 7,9. Puis le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) fit son œuvre, l'hôtel (Un hôtel est un établissement offrant un service d’hébergement payant, généralement pour de courtes périodes. ...) fut démoli en 1968, tandis qu'en 1976 la façade et les bassins furent transportés au musée de Meiji-Mura, musée d’architecture (la plupart des pièces sont de l’ère Meiji) situé à Inuyama près de Nagoya (Nagoya (????; -shi) est la quatrième plus grande et la troisième plus prospère des villes du Japon. Situé sur la côte Pacifique dans la région du Chubu, au centre d'Honshu, c'est la capitale de la préfecture d'Aichi. Et le...). Le reste de la structure laissa la place à un nouvel hôtel de luxe baptisé Imperial Hotel, géré par la chaîne (Le mot chaîne peut avoir plusieurs significations :) d’hôtels Imperial Hotel, Ltd.

Architecture

La version de Frank Lloyd Wright s’inspirait du style Maya, comprenant une grande structure pyramidale, et des décorations faites généralement de copies de motifs mayas. Les matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) étaient du béton (Le béton est un matériau de construction composite fabriqué à partir de granulats naturels (sable, gravillons) ou artificiels (granulats légers) agglomérés par un liant.) banché et des blocs de béton.

L’Hôtel impérial de Tōkyō est un exemple suprême de l’utilisation du béton armé (Le béton armé est un matériau composite constitué de béton et d'acier qui allie la résistance à la compression du...). Dans ce bâtiment, deux considérations étaient de la plus haute importante : d’une part, la construction devait résister aux tremblements de terre et d’autre part, elle devait être protégée contre les incendies qui suivaient ces derniers. Afin d'assurer une protection contre les incendies, il fallut abandonner les matériaux traditionnels – bois et papier (Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres cellulosiques végétales et animales. Il se présente sous forme de feuilles minces et est considéré comme un matériau...) – de l’architecture japonaise et se tourner vers le béton armé, le pierre et la brique. Afin que le bâtiment soit capable de survivre aux séismes, Wright développa un système de fondations (Les fondations d'un ouvrage assurent la transmission et la répartition des charges (poids propre et surcharges climatiques et d'utilisation) de cet ouvrage sur le sol. Le mode de...), alliés à une charpente de soutien, qui était encore totalement inconnu en architecture. Le principe était le porte-à-faux, la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être...) en équilibre, évoquant le plateau que le garçon de restaurant tient à bout de bras au-dessus de sa tête. À la place des toits aux lourdes tuiles de l’architecture japonaise traditionnelle, le toit (Le toit est la structure couvrant la partie supérieure d'un édifice, permettant principalement de protéger son intérieur contre les...) de l’Hôtel impérial était recouvert de minces plaques de cuivre (Le cuivre est un élément chimique de symbole Cu et de numéro atomique 29. Le cuivre pur est plutôt mou, malléable, et présente sur ses surfaces fraîches une teinte rosée...). Toute la construction reposait sur un ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout »,...) de minces montants en béton, d’une profondeur de neuf pieds (environ 2,75 mètres) et ayant un intervalle de deux pieds (environ 60 centimètres), qui reliaient le bâtiment à une couche d’argile. La souplesse – obtenue grâce au béton armé – fut le principe qui sauva le bâtiment lors du séisme de Tōkyō de 1923.

Hôtel impérial
Page générée en 0.060 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique