Prasat Phnom Wan - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Plan

La symétrie de l'enceinte et la relativement bonne conservation rendent le plan aisé à appréhender d'un coup d'œil. Une galerie rectangulaire avec des gopura de même taille au milieu de chacun des quatre côtés et quatre pavillons d'angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts...) entourent la cour. Au centre, le sanctuaire (En anthropologie religieuse un sanctuaire (de sanctus, « sacré») est...) est orienté Ouest-Est, et comprend le garbha-grha, l'antarala et le mandrapa (sanctuaire lui même, corridor et antichambre). Cette localisation centrale, bien qu'elle semble évidente, est en fait assez inhabituelle dans les temples khmers, où les gopuras Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) et Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) sont alignés avec le sanctuaire et sa tour, comme au Prasat Hin Phimai (Le Prasat Hin Phimai est le plus important temple khmer situé dans la Thaïlande actuelle....).

La seule note asymétrique est une petite structure carrée au sud du sanctuaire et légèrement décalée vers l'Ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se...). Il n'y a pas de "bibliothèque", ce qui semble indiquer que la construction n'est pas complète. A l'origine une douve entourait la totalité de l'enceinte et a été notée par Lunet de Lajonquière dans son relevé, mais on peut difficilement la repérer de nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...). Et d'ailleurs Etienne Aymonier ne l'a pas identifiée du tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...). A l'est du temple se trouve un baray (réservoir) de 300 par 600 mètres, relié au temple par une avenue (Une avenue est une grande voie urbaine. Elle est en principe plantée d'arbres, et conduit à un...) de 330 mètres ; des photos aériennes montrent plusieurs traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de...) d'un baray à environ 1 kilomètre du temple.

La petite tour

Dans la partie sud-ouest (Le sud-ouest est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux sud et ouest. Le...) de l'enceinte se trouvent les ruines d'une petite tour faite de briques et de grès. L'absence de sculptures rend la datation difficile, mais la taille importante des briques de la partie inférieure est typique des VIIe-IXe siècles. La forme de la tour et sa position sont similaires à celles de la petite tour dans la cour du Phnom Rung.

Le sanctuaire central

Après avoir passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...) l’entrée du gopura Est, en se déplaçant sur la droite, on peut voir l’ensemble du sanctuaire central, qui mesure 25 mètres de long. La tour devait se trouver à l’extrémité Ouest, mais le fait que les bâtiments soient en ruine (Une ruine est le reste d'un édifice dégradé par le temps ou une destruction plus...) donne l’impression d’un long alignement.

Trois structures composent le sanctuaire, aligné Ouest-Est, et qui se trouve exactement au milieu de l’enceinte. Le garbha-grha est bâti sur un plan carré (Un carré est un polygone régulier à quatre côtés. Cela signifie que ses...) avec quatre porches. Rattaché au porche Est, un court corridor étroit, l’antarala, mène au mandapa, qui possèdent deux entrées latérales en plus de la porte principale donnant sur le gopura Est.

Le matériau (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne...) principal utilisé ici et dans l’ensemble du temple est un grès gris pâle, avec un usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) occasionnel de grès rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait...), comme pour les balustres des fenêtres (voir photo), par exemple. On ignore de quelles carrières furent extraits ces grès, mais l’utilisation de ces deux tons de grès est encore plus évident au temple voisin de Prasat Hin Phimai.

Le plan du sanctuaire montre 6 portes qui selon l’usage typiquement khmer, étaient décorées (pilastres, linteaux, colonnettes, piètements). Les linteaux étaient en général les plus utilisés pour les représentations de scènes religieuses. Aujourd’hui seul le linteau ( Un linteau est un élément d'architecture. Patronyme Paul-André Linteau (1946-)...) de l’entrée Nord est encore in situ, les autres étant conservés dans les musées nationaux de Phimai et Bangkok (Bangkok (en thaï ???????? Krung Thep    écouter , voir ci-dessous) est la...).

La comparaison détaillée de centaines de linteaux de temples khmers a permis de les utiliser pour dater les temples (bien que cette technique doive être utilisée avec précaution, les linteaux n’ayant pas toujours été sculptés au moment de la construction des temples, et soient parfois réutilisés). Le linteau en place est de style Baphuon (XIème siècle), style que l’on rencontre fréquemment dans le Nord-est (Le nord-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux nord et est. Le nord-est...) de la Thaïlande. La sculpture (La sculpture existe depuis le paléolithique(il y a 25000 ans à peu près) et la petite figurine...) n’est pas terminée, ce qui n’est pas exceptionnel dans l’art et l’architecture khmers. Le kâla central et l’arche de nagas ne sont qu’ébauchés (voir photo). Ceci illustre la façon dont les sculpteurs khmers travaillaient, ébauchant d’abord les volumes, et ensuite sculptant les détails zone par zone.

Le dessin du linteau est typique du style du Baphuon : une divinité est assise au-dessus de la tête d’un kâla, dont les bras tiennent les extrémités de guirlandes sortant de sa bouche (La bouche (encore dénommée cavité buccale ou cavité orale) est l'ouverture par...). L’orientation des feuillages donnent une forte verticalité à l’ensemble. Les pilastres de part et d’autre de la porte sont de la même période, mais la sculpture des colonnettes n’a pas été commencée.

En entrant dans le sanctuaire par la porte arrière (Ouest), on peut voir plusieurs statues de Bouddha (voir photos) qui font toujours l’objet d’un culte ; quelques têtes, bras et mains ont été rajoutés tardivement aux torses ; ils ont été sculptés pour remplacer les parties manquantes. Au-dessus, on peut voir un plafond (Par extension, un plafond représente le maximum de quelque chose :) typiquement khmer en encorbellement (L’encorbellement est une construction en saillie du plan vertical d’un mur, soutenue en...) (voir photo), qui était habituellement caché par un plafond en bois.

A l’intérieur de la porte Sud se trouve une inscription particulièrement intéressante. C’est la première mention du roi Jayavarman VI dont le règne va de 1080 jusqu’à sa mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si...) en 1107. Il était de la dynastie locale Mahidharapura et bien que les circonstances de son ascension au trône ne soient pas claires (il s’est peut-être emparé du pouvoir), on sait que l’introduction de cette nouvelle lignée de rois a été légitimée avec l’aide d’un prêtre brahmane, Divakarapandita, l'ancien chapelain de Harschvarman III. Il n’est même pas certain que Jayavarman VI ait régné depuis Angkor, peut-être est il resté dans le Nord du royaume. L'inscription ordonne aux prêtre et dignitaires d'entretenir ce temple, appelé Ratnapura et mentionne également pour la première fois Vimayapura, le temple de Phimaï. Un des officiers en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) mentionnés est Rajendravarman, Général de l'Armée du Centre (il est inclus sur le bas-relief (Le bas-relief est un type de sculpture. Sa particularité est de ne présenter qu'un faible relief,...) reproduisant la célèbre procession de hauts dignitaires sur le mur (Un mur est une structure solide qui sépare ou délimite deux espaces.) Sud du temple d'Angkor

Page générée en 0.114 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique