Une plongée dans la nébuleuse d'Orion

Publié par Michel le 22/05/2007 à 00:00
Source: flashespace.com
Illustration: ACSIS & HARP Science team
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Deux nouveaux instruments nous plongent au cœur d'une des plus célèbres nébuleuses du ciel et montrent pour la première fois les mouvements des gigantesques nuages de gaz et de poussière à l'intérieur desquels se forment de nouvelles générations d'étoiles.

Nous devons cet exploit au spectromètre imageur d'auto-corrélation (ACSIS) et aux récepteurs hétérodynes sous-millimétriques et millimétriques (HARP) installés au foyer du télescope James Maxwell, un radiotélescope de 15 mètres installé à Mauna Kea, Hawaii, qui a virtuellement plongé au cœur de la nébuleuse d'Orion.


Le "cube des données" de la nébuleuse d'Orion:
2 dimensions spatiales et une dimension de longueur d'onde.
Cliquer sur l'image pour visualiser l'animation

La nébuleuse d'Orion

Il s'agit d'une des nébuleuses les plus connues des astronomes amateurs. Elle est visible à l'œil nu dans un ciel nocturne sans pollution lumineuse et peut être facilement vue avec une simple paire de jumelles. C'est une véritable pouponnière d'étoiles et, en 1995, le télescope spatial Hubble réussit l'exploit de photographier des disques protoplanétaires autour d'étoiles nouvellement formées et qui peuvent créer des systèmes planétaires.

Pour mieux comprendre la portée de l'observation, il faut savoir que les étoiles se forment à l'intérieur de gigantesques nuages de gaz et de poussière. Pour faire simple, les étoiles se forment à partir de la contraction gravitationnelle d'un nuage de gaz et de poussière, qui se fragmente en plusieurs cœurs protostellaires. Ceux-ci se contractent en leur centre en formant une étoile, tandis que la matière en périphérie se retrouve sous forme d'une enveloppe et d'un disque d'accrétion ou disque protoplanétaire.

Ce qu'ont vu les astronomes avec une clarté sans précédent est le mouvement des gaz des nuages à l'intérieur desquels se forment les étoiles, et ce dans des longueurs d'ondes jusqu'à tout récemment inaccessibles.

Pour les astronomes, les avancées sont immenses. Cette nouvelle approche ouvre de nouveaux champs d'investigation à même de révéler les processus complexes et spectaculaires qui se produisent quand les étoiles se forment et que certains sont connus seulement théoriquement. ACSIS et HARP peuvent observer le mouvement des gaz pendant l'effondrement du nuage et donc la formation de l'étoile. Ces capteurs analysent la nature chimique et peuvent le cas échéant découvrir des molécules rares et exotiques car cet instrument fonctionne dans des longueurs d'ondes très peu explorées.

Page générée en 0.196 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise