Quaero
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Quaero (ou Quæro en tenant compte de la ligature " æ ") — " je cherche " en latin — est un projet français [1] avec une participation allemande. Ce projet, qui est soutenu par l'Agence de l'Innovation Industrielle, est destiné à développer des " outils intégrés de gestion des contenus multimédias ", dont un moteur de recherche (Un moteur de recherche est une application permettant de retrouver des ressources (pages Web, forums Usenet, images, vidéo, fichiers, etc.) associées à des mots quelconques. Certains sites Web offrent un moteur de recherche comme...) qui devrait permettre de rechercher du texte, des images, du son et de la vidéo (La vidéo regroupe l'ensemble des techniques, technologie, permettant l'enregistrement ainsi que la restitution d'images animées, accompagnées ou non de son, sur un support adapté à...).

Il a été extrapolé que son but était de contrer la domination américaine de Google (Google, Inc. est une société fondée le 7 septembre 1998 dans la Silicon Valley en Californie par Larry Page et Sergey Brin, auteurs du moteur de recherche Google. Depuis 2001, Eric Schmidt en est le PDG (CEO). La...), Yahoo! (Yahoo!,Inc. est une société américaine de services sur Internet opérant notamment un portail Web. À l'origine, Yahoo! était...) et Windows Live Search (Live Search (anciennement Windows Live Search) est un moteur de recherche. Ce service de Microsoft s'inscrit dans l'ensemble Windows Live et remplacera MSN Search (lien). Il a été mis en ligne le 8 mai 2006...), mais est en fait essentiellement un projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande...) de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...), sur le modèle des projets de recherches européens, mêlant partenaires industriels, académiques, et PME. Il s'agit de développer de manière importante la recherche française en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état...) de recherche d'information multimédia (Le mot multimédia est apparu vers la fin des années 1980, lorsque les CD-ROM se sont développés. Il désignait alors les applications qui, grâce à la mémoire du CD et aux capacités de l'ordinateur, pouvaient générer, utiliser ou...).

Le nom Quaero n'a pas pour but de devenir une marque commerciale : pour l'instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas intervalle de temps. Il ne peut donc être...) il ne s'agit que du nom du projet global, et les outils développés ne porteront pas nécessairement ce nom. Exalead (Exalead [eg'zæli:d] est un moteur de recherche français dit de nouvelle génération. Il propose de nouvelles fonctionnalités par rapport aux...) est pour l'instant le moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]) de recherche désigné pour bénéficier des recherches de Quaero.

Entreprises collaborant au projet

Annoncé en 2005, cela devait être un projet franco-allemand mais fin décembre 2006 le gouvernement allemand et l'AII ont annoncé qu'il y aurait en fait deux projets, Quaero soutenu par l'AII et Theseus soutenu par le BMWi.

La complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par exemple par Anthony Wilden ou Edgar Morin), en physique, en biologie (par exemple par Henri Atlan), en sociologie, en...) de ce projet réclamant la collaboration des entreprises européennes comme Thomson, France Télécom (France Télécom est la principale entreprise française de télécommunications et la 71e entreprise mondiale. Elle emploie près de...), Bertin Technologies, Thomson-Brandt GmbH, et Grass Valley Germany GmbH, ainsi que des PME comme Exalead, Jouve, Vecsys, Synapse Développement, LTU Technologies (A supprimer).

Ces entreprises privées travailleront en partenariat avec des acteurs de la recherche publique tel le LIMSI-CNRS, qui coordonne les laboratoires publics, l'INRIA, l’Université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle, l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) de Karlsruhe, l’IRCAM, l’université Joseph Fourier de Grenoble (CLIPS-IMAG), l’IRIT, l’ENST, le LIPN ou encore le groupe MIG de l'INRA.

La DGA et le Laboratoire national de métrologie (La métrologie est la science de la mesure au sens le plus large.) et d’essais (LNE) participent quant à eux à l’évaluation du programme.

Le contenu sera notamment fourni (Les Foúrnoi Korséon (Grec: Φούρνοι Κορσέων) appelés plus communément Fourni, sont...) par l'INA.

Deutsche Telekom (La Deutsche Telekom AG (DTAG) est la plus grande société allemande de télécommunications. Elle était précédemment une filiale du monopole d'État Deutsche Bundespost, qui fut divisé...) faisait initialement partie des partenaires du côté allemand, mais a annoncé en janvier 2006 son retrait partiel (Le mot partiel peut être employé comme :) du projet, ne souhaitant plus assurer qu'un rôle d'" observateur "[2]

Le gouvernement allemand décide finalement fin décembre 2006 de ne plus participer au projet Quaero[3].

Annonce du projet

Le projet a été annoncé[4] par le Président de la République française Jacques Chirac à l'occasion du Ve Conseil des ministres franco-allemand qui s'est tenu à l'Élysée le 26 avril 2005.

Un an plus tard, le 25 avril 2006, Chirac a renouvelé son soutien au projet en le présentant[5] comme un des cinq premiers PMII (programmes mobilisateurs pour l'innovation industrielle) officiellement soutenus par l'AII, qui inventeront " les produits de demain ".

Quaero s'est vu doté de la plus grosse enveloppe d'aide au développement avec 90 millions d'euros[6].

Le projet devait coûter à l'origine 250 millions d'euros sur cinq ans, et démarrer en janvier 2007.

Critiques

Le journal satirique français Le Canard enchaîné a mis le doigt sur le fait que le budget (Un budget est un document comptable prévisionnel distinguant les recettes et les dépenses.) du projet est ridiculisé par à la fois Microsoft (Microsoft Corporation (NASDAQ : MSFT) est une multinationale américaine de solutions informatiques, fondée par Bill Gates et Paul Allen, dont le revenu annuel a atteint 44,28 milliards de dollars...) ou Google.

Les critiques ont été particulièrement virulentes outre-manche[7]. Dans le Financial Times britannique, des experts de la recherche ont qualifié le plan de " a blatant case of misguided and unnecessary nationalism " (" un cas flagrant de nationalisme malencontreux et inutile "). Les principales problématiques étant que :

  • par inertie (L'inertie d'un corps découle de la nécessité d'exercer une force sur celui-ci pour modifier sa vitesse (vectorielle). Ainsi, un corps immobile ou en mouvement rectiligne uniforme (se déplaçant sur...) (c'est-à-dire de par leur vitesse (On distingue :) de développement initiale), les moteurs de recherche déjà existants sur le marché auront une génération d'avance par rapport à Quaero dans les capacités media et device ;
  • le président Chirac serait plus intéressé par la défense de la fierté française, francophone et européenne, plutôt que l'avancement global de l'Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le...).
Page générée en 0.104 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique