Histoire du transport ferroviaire en Suisse - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Cet article décrit les faits marquants de l'histoire du transport ferroviaire en Suisse.

Les chemins de fers suisses, les débuts

Le fait d’utiliser des rails afin de faire avancer un wagon n’est pas un moyen de transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus...) qui date du XIXe siècle. Au Moyen Âge déjà on utilisait ce type de moyen de transport, dans les mines, comme des rails « tels ceux en bois trouvés à l'Ofenpass en 1993, les plus anciens de Suisse (1441)»

C’est en Angleterre (L’Angleterre (England en anglais) est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni....) que circulèrent les premières locomotives à vapeur () (1825). Par la suite les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...) d’Europe, voisins de la Suisse, suivirent l’exemple de l’Angleterre et en 1830 ils avaient commencé à construire leurs premières voies de chemins de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le...). C’est au même moment que la Suisse lança son premier projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...) de construction. Néanmoins la construction du tracé des lignes qui se situaient sur le plateau suisse suscita des querelles entre Bâle et Zurich. Ajouté à cela, la guerre du Sonderbund (1845-1847) et les préoccupations qu’elle a apporté ont fait prendre à la suisse un retard considérable par rapport au reste de l’Europe. C’est ainsi que les premiers rails qui foulèrent le sol de notre pays appartenaient au réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) français et reliaient Strasbourg à Bâle, en 1844 (en territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en...) suisse le tracé des rails reliait Saint-Louis à Bâle). Par la suite, en 1847, un second tracé fut construit. Au départ il devait relier Zurich à Bâle mais finalement ce tronçons ne put pas dépasser Baden à cause de l’Argovie et des deux Bâle (Bâle-Ville et Bâle-Campagne) refusèrent d’accorder les concessions nécessaires au prolongement de cette ligne ferroviaire. « Cette ligne fut bientôt appelée Spanisch-Brötli-Bahn, du nom d'une pâtisserie de Baden qu'elle permettait de livrer fraîche à Zurich. » C’est ainsi que circula le premier train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de...) en suisse, effectuant le court trajet de Zurich à Baden.

À cette époque les réseaux de chemins de fer étaient privés. En effet, « à la différence d'un pays centraliste comme la France, la Confédération abandonna aux cantons, par la loi fédérale de 1852, la construction et l'exploitation de chemins de fer, ainsi que la compétence d'octroyer des concessions ; elle n'édicta pas de prescriptions sur le tracé des lignes, la coordination, la réalisation technique ou la politique tarifaire C’était aux cantons de décider ou se ferait la construction, et à quelle exploitation ils allaient être adonné.

Ces constructions étaient financées par des particuliers et subventionné en partie par la commune ou le canton. Malgré une planification (La planification est la programmation d'actions et d'opérations à mener) pas assez étendue, un développement de lignes de chemins de fer assez rapide et une concurrence constante entre les compagnies, presque toutes les lignes construites avant 1860 correspondaient à peu près au projet de réseau national présenté en 1850 par deux experts britanniques (Robert Stephenson et Henry Swinburne) qui furent consultés pas le Conseil fédéral.

Par la suite le plateau de la Suisse devint un lieu de discorde entre les différentes compagnies. Chacune voulait construire le plus grand réseau. Et durant la même période la Suisse romande se développa beaucoup entre autres avec des lignes comme Genève-bex en passant par Lausanne ou encore Genève-Yverdon en passant par Morges et encore des tas d’autres lignes. C’est ainsi que les compagnies ferroviaires développèrent beaucoup de lignes de chemins de fer.

Cependant construire des lignes ferroviaires est une activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) très coûteuse et une activité qui ne va pas être rentable à première année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...) de mise en marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un...). « En 1861 déjà, les quatre cinquièmes des compagnies ferroviaires suisses faisaient face à des difficultés financières. Plusieurs d'entre elles dépendaient d'un soutien étranger; alémaniques ou romandes et obtinrent des capitaux, principalement français, pour aider à la construction de la liaison transalpine que désiraient les pays voisins.

Les grandes entreprises restantes parlaient déjà de fusion (En physique et en métallurgie, la fusion est le passage d'un corps de l'état solide vers l'état...) entre elles (entre Chemins de fer du Nord-Est (Le nord-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux nord et est. Le nord-est...), Union Suisse et Compagnie du Jura-Simplon).

Ces manques de moyens étaient dus à un coût de construction de voies de chemins de fer très élevé. En effet ce genre de « trafic » devient rentable après des années et des années de fonctionnement c’est pour cela que les compagnies privées qui s’en occupaient étaient toutes ou presque toutes en faillite ou sous la dépendance d’autrui. Et ce phénomène s’empirera avec les années.

C’est ainsi que débuta l’extension des chemins de fer en suisse. Malgré leur arrivée tardive en suisse, les chemins de fer ont eu un rôle important dans le développement de notre pays qui, économiquement est basé sur le secteur tertiaire. Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) cela fut encore plus développer par l’arrivée des tunnels (premier tunnel : le saint Gothard). Ceci n’est pas sans perte à déplorer car les conditions des travailleurs à l’intérieur des galeries étaient épouvantables, la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent :...) ne descendait rarement en dessous de 30° la poussière et d’autres débris étaient la quotidienneté des ouvriers. En tout, « 307 ouvriers, sans compter les victimes de maladies, trouvèrent la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si...) , lors de la construction de ce tunnel (Un tunnel est une galerie souterraine livrant passage à une voie de communication (chemin de...).

Page générée en 8.093 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique