Désignation de Bayer
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

En astronomie, plusieurs des étoiles les plus brillantes reçoivent des noms dits désignations de Bayer. Ces désignations, introduites par l'astronome Johann Bayer dans son atlas céleste Uranometria en 1603, consistent en une lettre grecque suivie par le génitif du nom de la constellation (Une constellation est un ensemble d'étoiles dont les projections sur la voûte céleste sont suffisamment proches pour qu'une civilisation les relie par des lignes imaginaires, traçant ainsi une figure sur...) où l'étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une énorme boule de plasma comme le Soleil, qui est l'étoile la plus proche de la Terre.) se trouve.

En principe, l'étoile la plus brillante de la constellation doit recevoir la désignation alpha (α), la deuxième beta (Le genre Beta appartient à la famille des Chénopodiacées, tribu des Cyclolobae.) (β), etc. En pratique, il y a beaucoup de cas où les désignations ne suivent pas cet ordre (cas de la Grande Ourse, par exemple, où l'ordre des lettres suit le dessin de la constellation, et du Cygne), et il y a même des cas où une étoile a une désignation pour une constellation dans laquelle elle ne se trouve pas, selon les frontières modernes des constellations, postérieure à la désignation de Bayer (En astronomie, plusieurs des étoiles les plus brillantes reçoivent des noms dits désignations de Bayer. Ces désignations, introduites par l'astronome Johann Bayer dans son atlas...). Deux étoiles ont des désignations doubles, β Tauri/γ Aurigae et α Andromedae/δ Pegasi. Néanmoins, ces désignations se sont averées utiles et jouissent d'un usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) très répandu aujourd'hui.

Bien que la plupart des lettres Bayer soient grecques, il faut noter que le système a été ultérieurement étendu, d'abord avec les lettres latines minuscules, ensuite avec les majuscules. La plupart d'entre elles sont peu utilisées, mais il y a des exceptions, comme h Persei (en réalité un amas stellaire) et P Cygni (L'étoile P Cygni (étoile P dans la constellation du Cygne) est une étoile Wolf-Rayet. Elle fut découverte par Charles Wolf et Georges Rayet en 1867.). Notez que les majuscules latines Bayer n'ont jamais dépassé Q, et que les lettres majuscules suivant Q telles W Virginis sont des designations d'étoiles variables et non pas des désignations de Bayer.

Une complication additionnelle est l'usage de chiffres suscrits pour distinguer entre étoiles avec la même lettre Bayer. Dans la plupart des cas il s'agit d'étoiles doubles (surtout des doubles optiques plutôt qu'étoiles binaires proprement dit), mais il y a quelques exceptions tels la chaîne (Le mot chaîne peut avoir plusieurs significations :) d'étoiles π1, π2, π3, π4, π5 and π6 Orionis.

Il existe d'autres désignations basées sur des chiffres et la position plutôt que la luminosité (La luminosité désigne la caractéristique de ce qui émet ou réfléchit la lumière.) des étoiles, comme la désignation de Flamsteed (En astronomie, certaines étoiles reçoivent un nom dit désignation de Flamsteed. Cette désignation est similaire à la désignation de Bayer, mais elle utilise un...) qui date du XVIIIe siècle. Dans le cas où une étoile possède les deux désignations, de Bayer et de Flamsteed, c'est presque exclusivement celle de Bayer qui est utilisée. Les étoiles moins brillantes peuvent posséder divers noms de catalogue datant des XIXe et XXe siècle.

Page générée en 0.274 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique