Embolie pulmonaire
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Épidémiologie

Aux États-Unis, son incidence annuelle est de l'ordre de 70 pour 100 000 personnes.

Le traitement de l'embolie pulmonaire

Plusieurs recommandations sur la prise en charge de l'embolie pulmonaire ont été publiées par des instances internationales. Les plus récentes l'ont été en 2007 par l'American college of physicians et en 2008 par l'European Society of cardiology.

L'hospitalisation est indispensable. S'il s'agit d’une embolie pulmonaire (On parle d’embolie pulmonaire lorsqu'un caillot circulant dans le sang va boucher le système artériel irriguant le poumon. C’est l'une des deux...) grave, l'admission en soins intensifs est préférable.

Une oxygénothérapie est mise en route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.) dans un premier temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) de façon non invasive (à réévaluer avec la tolérance de l'embolie).

Une anticoagulation en intraveineuse ou en sous-cutanée par héparine ou HBPM est débutée avec un relais dans les 7 jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et...) (pour éviter une thrombopénie induite par l'héparine) par AVK qui seront continués au moins pendant 3 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) suivant le contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte...). Le choix entre héparine non fractionnée (en seringue (Une seringue (du grec syrinx, « tube ») est un instrument médical pourvu d'une aiguille creuse et employé notamment pour administrer des médicaments par injection (voie parentérale, piqûre).) électrique) et HBPM repose essentiellement sur les habitudes du prescripteurs, les deux options ayant une efficacité équivalente.

Le lever est fait après 48h minimum d'anticoagulation bien conduite en présence d'une infirmière et avec des contentions élastiques de type bande à varices.

Si l'embolie (Une embolie est le largage de matériel (appelé embole) dans la circulation sanguine.) pulmonaire (Les pulmonaires sont des plantes de la famille des Boraginacées appartenant au genre Pulmonaria. Elles doivent leur nom au fait que, selon les Romains, leur racine était censée guérir les maladies du poumon (pulmonaria...) est grave (mauvaise tolérance clinique et/ou importance de l’embolie sur les imageries) avec un risque vital, on peut proposer un traitement fibrinolytique (ou thrombolyse).

  • Cette dernière a pour but de dissoudre rapidement le caillot (quelques heures (L'heure est une unité de mesure  :) au lieu de quelques jours). Elle est injectée en une cure de perfusion (La perfusion (du latin perfundere) est le processus physiologique qui permet d'alimenter un organe en composés chimiques (nutriments et oxygène) nécessaires à son...) de courte durée (en général bolus initial suivie d'une perfusion sur 2 heures).
  • Le risque hémorragique peut être important : il est capital de respecter les contre-indications (chirurgie récente, maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) de l'hémostase, ponction artérielle, HTA non maîtrisée, AVC récent…)

En cas de contre-indication ou d'échec de la thrombolyse, en dernier recours, une thrombectomie (La thrombectomie est l'ablation d'un caillot dans un vaisseau sanguin, veine ou artère. Elle peut être chirurgicale ou faite par cathétérisme.) chirurgicale de sauvetage peut être envisagée par sternotomie sous circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) extra-corporelle.

Évolution de l'embolie pulmonaire

Sous un traitement bien conduit, l'embolie pulmonaire peut guérir sans séquelle, mais il peut subsister un essoufflement plus ou moins invalidant.

Une embolie pulmonaire massive (Le mot massif peut être employé comme :) peut conduire à un état de choc (Dès que deux entitées interagissent de manière violente, on dit qu'il y a choc, que ce soit de civilisation ou de particules de hautes énergies.), voire à un arrêt cardio-circulatoire. Sa mortalité atteint un peu plus de 15 % dans les trois premiers mois.

La plupart des embolies pulmonaires (60 % à 80 %) n'ont aucune manifestation clinique puisque le thrombus est de petite taille.

Page générée en 0.078 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique