Taux de multiprogrammation - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.

Largement répandue depuis la troisième génération d'ordinateurs (à partir de 1965), la multiprogrammation est la possibilité offerte par un système d'exploitation de faire co-exister plusieurs programmes simultanément en mémoire, et de mettre à profit les "temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) morts" d'un programme (par exemple les opérations d'entrée-sortie) pour "faire avancer" les autres programmes.

On avait en effet constaté que 80-90% du temps d'exécution d'un programme normal se passait en attente d'opérations d'entrée-sortie, relativement lentes (bandes magnétiques, cartes perforées etc). Par la multiprogrammation, on rentabilisait donc beaucoup mieux les coûteux ordinateurs en profitant de ce temps, qui aurait été perdu en vain avec la monoprogrammation, pour faire tourner plusieurs programmes.

La multiprogrammation implique la nécessité de partager la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir...) de l'ordinateur (Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant...) entre plusieurs programmes, et de protéger la mémoire allouée à chacun d'eux des éventuels accès intempestifs des autres. Ceci a conduit au développement des techniques de partage de la mémoire : mémoire partitionnée, segmentée, paginée, mémoire virtuelle (En informatique, le mécanisme de mémoire virtuelle a été mis au point dans les...) etc.

Le taux de multiprogrammation (Largement répandue depuis la troisième génération d'ordinateurs (à partir de 1965), la...) est le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) de processus présents dans la mémoire d'un ordinateur à un instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas...) donné. Les premiers ordinateurs ne pouvaient exécuter qu'un seul programme à la fois, ce taux était donc égal à 1 au maximum. C'était aussi le cas pour les premiers systèmes d'exploitation (MS-DOS ou CP/M (CP/M, acronyme de Control Program/Monitor, est un système d'exploitation créé par Gary Kildall...) par exemple) sur les premiers micro-ordinateurs. Actuellement tous les systèmes d'exploitations modernes, mono-utilisateur ou pas, supportent des taux de multiprogrammation importants.

Néanmoins, certains superordinateurs peuvent toujours être contraints à respecter un taux de multiprogrammation très faible, d'autres, au contraire, ont un bon rendement uniquement si ce taux est relativement élevé.

La technique de temps partagé (Le temps partagé est une approche permettant de simuler le partage par plusieurs utilisateurs de...) (time-sharing) est une amélioration de la multiprogrammation.

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.194 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique