Iconostase
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Iconostase de l'église de l'Annonciation au Kremlin, Moscou, Russie
Iconostase de l'église de l'Annonciation au Kremlin, Moscou, Russie

Une iconostase est une cloison, de bois ou de pierre, qui, dans les églises de rite byzantin, particulièrement orthodoxes, sépare les lieux où se tient le clergé célébrant (sanctuaire, prothèse (Une prothèse est un dispositif artificiel destiné à remplacer un membre, un organe ou une articulation.) et diaconicum) du reste de l'église (L'église peut être :) où se tiennent le chœur, le clergé non célébrant et les fidèles.

Elle cache les célébrants aux regards de l'assemblée pour présenter à leur place des icônes, selon un programme bien précis. Une iconostase (Une iconostase est une cloison, de bois ou de pierre, qui, dans les églises de rite byzantin, particulièrement orthodoxes, sépare les lieux où se tient le clergé célébrant (sanctuaire, prothèse et diaconicum) du reste de...) est en général considérée comme une porte vers le monde (Le mot monde peut désigner :) divin.

L'histoire

À l'origine, dans l'Antiquité tardive, une simple balustrade (Une balustrade, dans le domaine des éléments d'architecture, est une rangée de balustres fixés entre un socle, et une tablette formant appui, et constituant un garde-corps...) basse, parfois surmontée de rideaux, séparait le sanctuaire (En anthropologie religieuse un sanctuaire (de sanctus, « sacré») est généralement un lieu ou édifice rendu ou devenu sacré...) de l'assemblée des fidèles. À partir de 843, la restauration du culte des images et la propagation de la doctrine qui l'accompagnait incitèrent probablement à placer des icônes sur cette balustrade.

Mais il semble que l'iconostase se soit développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de courbure. On peut aussi la décrire comme l'enveloppe de la famille des droites normales à la courbe.) plus tardivement avec la construction, en Scandinavie (La Scandinavie est une région située dans le Nord de l'Europe. Elle comprend, au sens le plus strict, la Norvège et la Suède, qui se partagent la péninsule de...) et en Russie, d'églises entièrement en bois. Ces églises ne pouvaient pas recevoir sur leurs murs intérieurs de bois le programme de fresques que l'art et la théologie de Byzance avaient élaboré pour des murs de briques et de pierres. On chercha donc à rassembler l'essentiel de ce programme sur l'iconostase.

Entre le XIVème et le XIXème siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération...), les iconostases ne cessèrent de se développer. Elles finirent par comporter jusqu'à dix et même quinze registres superposés d'icônes. Le XXème siècle et ses malheurs mirent un terme à cette surenchère et on se contente aujourd'hui d'iconostases plus modestes qui ont l'avantage de moins masquer les peintures murales. Elles ont deux ou trois registres et parfois même un seul, le registre inférieur.

Les registres de l'iconostase

Le premier registre en bas : les grandes icônes

L'iconostase est percée de trois entrées. Celle du centre est fermée par une porte à deux battants qu'on appelle "les portes royales". Elles donnent accès à l'autel et présentent l'image de l'Annonciation avec celles des quatre évangélistes. Sur les deux portes latérales figurent les archanges Michel et Gabriel.

À droite (au sud) des portes royales, se trouve l'icône (En ce sens, il arrive que le mot soit écrit icone, sans accent circonflexe.) du Christ bénissant. À gauche, celle de la Vierge Marie tenant le Christ. Ces deux images structurent l'espace liturgique et les gestes des participants.

À côté de l'icône du Christ se trouve celle de saint Jean-Baptiste puis d'autres icônes de saints particulièrement vénérés dans l'église. À côté de l'icône de la Vierge se trouve l'icône de la dédicace de l'église (un saint ou une fête) puis d'autres icônes. L'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) russe place l'icône de la dédicace à côté de celle du Christ et repousse saint Jean Baptiste d'une place.

Un second registre : les fêtes

On trouve en général au dessus le cycle des douze grandes fêtes de l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) chrétienne, voir Église orthodoxe, liturgie, calendrier (Un calendrier est un système de repérage des dates en fonction du temps. Ces systèmes ont été inventés par les hommes pour mesurer, diviser et organiser le temps sur de...), fêtes.

Un troisième registre : la déisis

Le Christ siège au centre entouré de la Vierge Marie à sa droite et de saint Jean-Baptiste à sa gauche. Après viennent les archanges Michel et Gabriel, puis les princes des apôtres Pierre et Paul, puis des évêques, des diacres, la série peut être très longue et répartie sur plusieurs registres.

Un quatrième registre : les prophètes

Sur le modèle de la déisis, les prophètes entourent la Vierge Marie du Signe, tenant le Christ.

Un dernier registre : les patriarches

Sur le modèle de la déisis, les patriarches de la Génèse entourent l'image des trois anges apparus au chêne (Le chêne est le nom vernaculaire de nombreuses espèces d'arbres et d'arbustes appartenant au genre Quercus, et à certains genres apparentés, notamment Cyclobalanopsis et Lithocarpus de la famille des...) de Mambré.

Page générée en 0.491 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique