Suicide
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Philosophie et suicide

Le suicide est vu bien différemment selon le courant philosophique l'évoquant. Il peut être considéré comme un acte suprême de liberté ou une option de faiblesse et de renoncement, voire de sacrifice.

Du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) contraire, le suicide (Le suicide (du latin suicidium, du verbe sui caedere « se massacrer soi-même ») est l’acte délibéré de mettre fin à sa propre vie. Dans le domaine médical, on...) est mis en opposition avec l'humanité. En effet, la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des...) fait partie de la nature. Se donner la mort, c'est donc renier la nature et s'opposer à elle. C'est s'éloigner de son humanité.

Pour Platon, qui était alors croyant, la mort était la propriété des Dieux, et des Parques qui coupaient le fil de la vie (La vie est le nom donné :). Pour Platon, se suicider, c'est donc aller contre la volonté des Dieux…

Paul Valéry mentionne dans Tel Quel que le suicide est en général dû à l'impossibilité pour sa victime de supprimer chez elle une idée lui causant souffrance, et à laquelle elle pense donc ne pouvoir mettre fin qu'avec sa propre vie.

Pour Jean-Jacques Delfour, le suicidant ne peut pas vouloir mourir, puisqu'il ignore ce qu'est la mort, dans le sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine....) où il n'en a pas l'expérience. Le suicide, pour lui, est uniquement une manière de mettre fin à une souffrance. Cependant, s'ils mettent fin à leur souffrance, ils mettent aussi fin à la suppression de cette souffrance et donc n'en bénéficient pas ; et la liberté que l'on a sur sa vie, le pouvoir de se tuer, disparaît avec la vie elle-même, on n'a donc pas l'occasion d'en jouir. Pour lui, il n'y a donc pas à proprement parler de suicide, mais une agression du corps pour laquelle rien n'est venu interrompre le processus mortel.

Les différentes techniques de suicide

Le saut d’un endroit élevé et la pendaison sont les moyens de suicide les plus fréquents. Le suicide peut aussi se faire par arme à feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.), noyade (Une noyade est une mort par immersion prolongée dans un liquide, généralement de l'eau.), gazage, overdose, ou en provoquant un accident. Le suicide peut se faire par administration de poisons comme des barbituriques ou bien des pesticides mais aussi par certaines drogues médicamenteuses à hautes doses. Certaines personnes s'ouvrent les veines. Plus rarement il existe aussi le seppuku, parfois désigné en France sous le nom de hara-kiri. Il est aussi possible de se jeter sous un véhicule (Un véhicule est un engin mobile, qui permet de déplacer des personnes ou des charges d'un point à un autre.). Il existe aussi le "suicide by cop" ou l'individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).) désirant mettre fin à ses jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent...) va, par exemple, braquer un policier avec une arme factice, pour se faire tirer dessus.

Politique et suicide

Le suicide a été utilisé dans l’histoire comme un acte politique d’opposition et de contestations. Nous ne traiterons pas de l’attentat-suicide.

Le suicide peut être un acte politique, proche du martyre. Dans le Japon médiéval, toute critique du Shogun s'accompagnait d'un seppuku de l'accusateur. A l'époque contemporaine, le suicide est utilisé pour protester de façon spectaculaire, notamment par autocrémation, contre une situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus...) jugée insupportable :

  • Le 11 juin 1963, à Saïgon, le bonze Thích Quảng Đức s'est suicidé pour protester contre le régime dictatorial du président vietnamien Ngô Đình Diệm. Ce geste a été imité par la suite ;
  • Jan Palach et Jan Zajíc en 1969 pour protester contre la répression soviétique du printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones...) de Prague ;
  • Trois membres de l'Organisation (Une organisation est) des moudjahiddines du peuple (Le terme peuple adopte des sens différents selon le point de vue où l'on se place.) iranien, en 2003, pour dénoncer l'arrestation de Maryam Radjavi par la police française.
  • Josiane Nardi en France le 18 octobre 2008 pour protester contre la politique d'expulsion de son compagnon arménien sans-papiers.

Modélisation du comportement suicidaire

« Il est très important de pouvoir modéliser le comportement suicidaire car sa prédictibilité est actuellement très faible. Bien que la majorité des sujets qui font une tentative de suicide (On appelle tentative de suicide un acte auto-agressif destiné à mettre fin à sa vie et auquel le sujet survit.) ou se suicident ne sont pas connus comme souffrant d'un trouble psychiatrique, les enquêtes dites « d'autopsie (L'autopsie (ou examen post-mortem ou nécropsie) est l'examen médical des cadavres. Le terme vient du grec « Le voir de vos propres yeux ».) psychologique » réalisées dans l'entourage de sujets suicidés nous montrent que 90 à 95 % des sujets décédés par suicide présentaient un trouble psychiatrique. »

— Conférence de consensus, La Crise suicidaire, ANAES p. 77

Deux modèles principaux ont été développés pour expliquer et prévoir le comportement suicidaire. Ces deux modèles se complètent plus qu’ils ne s’excluent.

Le modèle stress-prédisposition

Les auteurs partent des constatations suivantes : 90 % des victimes de suicide souffraient d’une pathologie (La pathologie, terme provenant du Grec ancien, est littéralement le discours, la rationalité (λογία logos) sur la souffrance...) psychiatrique au moment de leur mort mais beaucoup de patients psychiatriques ne font pas de tentatives de suicide. Un diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de δια-, dia-, „par, à travers, séparation, distinction“ et...) psychiatrique est une condition nécessaire mais non suffisante pour se suicider. Il est donc nécessaire d’identifier des facteurs de risque suicidaire en dehors du diagnostic psychiatrique.

Une tentative de suicide antérieure est le meilleur prédicateur d’une tentative de suicide future mais seulement 20 à 30 % des patients qui se suicident ont fait avant une tentative de suicide. Un premier résultat important est que les patients qui font une tentative de suicide ne diffèrent pas significativement de ceux qui n’en font pas en termes de sévérité de la psychopathologie aiguë. Ceci va à l’encontre d’une idée reçue selon laquelle la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) des symptômes prédispose au suicide.

Par contre, l’intensité de l’idéation suicidaire est un facteur de risque (En gestion des risques, un facteur de risque est une source de risque qui est classée en risques inhérents génériques probables dans le but de faciliter l'évaluation ou l'atténuation des risques.) de passage à l’acte. Dans le risque suicidaire, la pathologie intervient par certains paramètres longitudinaux :

  • le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d’épisodes psychopathologiques avant la tentative de suicide est un facteur pronostique,
  • l’âge de début de la pathologie : la précocité de l’âge de début est un facteur de risque.

Des éléments stables du comportement sont retrouvés comme des marqueurs de prédisposition :

  • la dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur,...) d’impulsivité/agressivité ;
  • un trouble de la personnalité associé ;
  • des antécédents d’alcoolisme ou d’abus/ dépendance à une substance ;
  • le fait de fumer ;
  • un antécédent de traumatisme (Un traumatisme est un dommage de la structure ou du fonctionnement du corps ou du psychisme. Il peut être dû à un agent ou à une force extérieure, de nature...) crânien ;
  • des antécédents familiaux de tentative de suicide ;
  • des abus et/ou violences dans l’enfance.

Le modèle dit du processus suicidaire

C'est le modèle qui a été retenu par l’INSERM dans ses travaux sur le suicide. Il est possible d’observer un processus suicidaire chez l’individu avant le passage à l’acte. Les personnes suicidaires présentent une fragilité (La fragilité est l'état d'une substance qui se fracture lorsqu'on lui impose des contraintes mécaniques ou qu'on lui fait subir des déformations brutales (c'est-à-dire sous...) (facteurs de risque accumulés) qui les prédisposerait à réagir de façon inadaptée lors de situations stressantes. Une perte quelconque (exemple : perte d’un(e) ami(e) ou deuil d'un proche) enclenche le processus. Une période dépressive suit la perte ; puis l’étape de la crise s’installe. L’état de crise peut être accompagné d’idéations passagères qui se transformeront en rumination, puis en cristallisation (formation d’un plan précis pour passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) à l'acte : où ? quand ? comment ?) pour aboutir à la tentative planifiée. Dans la majorité des cas, le suicide n’est donc pas un acte impulsif, mais plutôt un acte prémédité qui résulte d'un processus bien défini. Ceci permet de réaliser qu'une intervention spécifique est possible à chacune des étapes. La personne intervenant auprès d'un individu suicidaire doit être attentive aux signes associés à chaque phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) du processus.

Le processus suicidaire est un processus qui se déroule sur quelques heures (L'heure est une unité de mesure  :) ou quelques jours. On y distingue trois étapes :

  1. Les pensées ou idées suicidaires (idéation suicidaire) ;
  2. La crise suicidaire : les pensées de suicide deviennent omniprésentes (ruminations) et le patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.) élabore des scénarios de passage à l’acte ;
  3. Le passage à l’acte suicidaire.

Les études faites sur la cognition du suicide ont trouvé les caractéristiques suivantes qui prédisposent au passage à l’acte suicidaire en situation de stress :

  • Tendance à se considérer comme perdant lorsqu’il est confronté aux risques psychosociaux ;
  • Incapacité à percevoir une possibilité de fuite, ce qui est à mettre en rapport avec une mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) autobiographique remplie d’échecs et d’incapacités à résoudre les problèmes ;
  • Sentiment que personne ne peut rien pour lui (sentiment de désespoir).

Cette cognition particulière semble devoir être mise en relation avec un déficit des fonctions exécutives avec en particulier des difficultés dans l’élaboration des stratégies de prise de décisions comme cela a été montré dans une étude récente. Enfin, nous dirons quelques mots de la neurobiologie du suicide. Le trait très régulièrement retrouvé est le dysfonctionnement du système sérotoninergique que celui-ci soit attesté par une diminution des métabolites urinaires de la sérotonine, ou des métabolites au niveau du liquide (La phase liquide est un état de la matière. Sous cette forme, la matière est facilement déformable mais difficilement compressible.) céphalorachidien, ou encore par une baisse de la fixation de la sérotonine au niveau préfrontal. Pour une revue détaillée, on pourra consulter The neurobiology of suicide and suicidality.

Références

  • Mann JJ, Waternaux C., Haas GL., and al., Toward a clinical model of suicidal behavior in psychiatric patients, Am J Psychiatry, 1999, 156: 181-189.
  • Maria A. Oquendo, Hanga Galfalvy, Stefani Russo, Steven P. Ellis, Michael F. Grunebaum, Ainsley Burke, and J. John Mann, Prospective Study of Clinical Predictors of Suicidal Acts After a Major Depressive Episode in Patients With Major Depressive Disorder or Bipolar Disorder, Am J Psychiatry, Aug 2004; 161: 1433 - 1441.
  • INSERM, La Crise suicidaire, Conférence de consensus. 2001 John Libbey Eurotext.
  • Keilp JG., Sackeim HA., Brodsky BS. And al., Neuropsychological dysfunction in depressed suicide attempters, Am J Psychiatry, 2001, 158: 735-741.
  • Va Heeringen K. The neurobiology of suicide and suicidability. The Canadian journal of Psychiatry, juin 2003.
Page générée en 0.364 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique