Camille Jenatzy - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.
Camille Jenatzy avec La Jamais Contente
Camille Jenatzy avec La Jamais Contente
Camille Jenatzy auf der Siegesparade am 1. Mai 1899 in Achères nach der 100 km/h Rekordfahrt am 29. April 1899
Camille Jenatzy auf der Siegesparade am 1. Mai 1899 in Achères nach der 100 km/h Rekordfahrt am 29. April 1899

Camille Jenatzy (Camille Jenatzy est un ingénieur belge né à Schaerbeek en 1868 et mort en 1913, d'un accident de chasse.) est un ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception, à la...) belge né à Schaerbeek en 1868 et mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des...) en 1913, d'un accident de chasse.

Fils d'un fabricant d'objets en caoutchouc, notamment de pneus, il s'intéressa à la fin de ses études à la traction électrique pour les automobiles.

Arrivé à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin...), il entreprit de fabriquer des fiacres électriques. Dans ses efforts de publicité (Bien que le terme (Werbung en allemand, Publicity et Advertising en anglais) désignât d'abord le mot qui aux yeux d'Habermas qualifie la Modernité et la Démocratie —( Publicité, sauvegarde du peuple est-il écrit au...), il construit un bolide (On appelle bolide, ou météore, la rentrée atmosphérique d'un météoroïde de masse importante, produisant une traînée lumineuse intense jusque dans la...) en forme d'obus, la " Jamais Contente " qui lui permit de dépasser le 29 avril 1899 pour la première fois le 100 km/h sur route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir...) à Achères.

À la mort de son père, il dût reprendre la manufacture de caoutchouc, ce qui ne l'empêcha pas de rester un excellent pilote de course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.). En 1909, il atteignit 200 km/h à Ostende à bord d'une Mercedes.

Cet article vous a plus ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.049 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique