Jane Jacobs
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Jane Jacobs (4 mai 1916 à Scranton, Pennsylvanie - 25 avril 2006 à Toronto) était une auteur, une activiste et une philosophe urbaine. Ses théories ont sensiblement modifié l'urbanisme nord-américain.

Elle est née aux États-Unis et demeurait à Toronto, Ontario.

Jane Jacobs (Jane Jacobs (4 mai 1916 à Scranton, Pennsylvanie - 25 avril 2006 à Toronto) était une auteur, une activiste et une philosophe urbaine. Ses théories ont sensiblement modifié l'urbanisme nord-américain.) avait passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps centrée sur le présent. L'intuition du...) son existence à étudier l'urbanisme (L’urbanisme est à la fois un champ disciplinaire et un champ professionnel recouvrant l'étude du phénomène urbain, l'action d'urbanisation et l'organisation de la ville et de ses territoires. Les personnes qui...). Ses études était basées sur l'observation : elle commença par observer les villes, reporter ce qu'elle observe, puis créa des théories pour décrire ses observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et...). Elle a changé le cours de l'urbanisme dans de nombreuses villes nord-américaines, y compris Toronto.

En 1944, elle épouse Robert Hyde Jacobs, dont elle a eu deux fils, James Kedzie (né en 1948) et Elward Decker (né en 1950). Durant la guerre du Viêt Nam, elle quitte les États-Unis avec ses fils afin de leur éviter le service militaire et trouve refuge au Canada.

En 1980, elle offre une perspective urbanistique sur l'indépendence du Québec dans son livre The Question of Separatism: Quebec and the Struggle over Sovereignty.

Extrait de son œuvre

... The other threat to the security of our tradition, I believe, lies at home. It is the current fear of radical ideas and of people who propound them. I do not agree with the extremists of either the left or the right, but I think they should be allowed to speak and to publish, both because they themselves have, and ought to have, rights, and once (Once (prononciation : /?~s) est un mot pouvant avoir plusieurs sens.) their rights are gone, the rights of the rest of us are hardly safe...
(source : Ideas that Matter: The Worlds of Jane Jacobs, p. 170, The Ginger Press, édité par Max Allen)
... To say that underdeveloped countries must be financed from abroad is equivalent to saying that they are to be “developed” as inert colonial dependencies, not self-generating economies. If economic development (Development est une revue scientifique bimensuelle à comité de lecture couvrant tous les champs de la génétique évolutive du développement allant de la biologie cellulaire, des...) is actually occurring within an aided country or region, outside help is only briefly necessary at most. [...] The relevant assistance that a highly developed and prospering country can extend to an underdeveloped country is to buy from it. (source : The Economy of Cities, p. 219)
... In human history, most people in most places most of the time have existed miserably in stagnant economies. Developing economies have been the exceptions, and their histories, as developed economies, have been brief. Now here, now there (There est un jeu en ligne, caractérisé par un monde virtuel (metavers). Le jeu a été créé en Californie en 2003, et a cessé d'exister le 09 Mars 2010.), a group of cities grows vigorously [...] and then lapses into stagnation for the benefit of people who have already become powerful. (source : The Economy of Cities, p. 250)
... Marx thought that the principal conflict to be found in economic life [...] was the deep disparity of interests between owners and employees, but this is a secondary kind of conflict. [...] The primary economic conflict, I think, is between people whose interests are with already well-established economic activities, and those whose interests are with the emergence of new economic activities. [...] The only possible way to keep open the economic opportunities for new activities is for a “third force” to protect their weak and still incipient interests. Only governments can play this economic role. And sometimes, for pitifully brief intervals, they do. (source : The Economy of Cities, p. 248-249)

Bibliographie

  • 1961 : Death and Life of Great American Cities
  • 1969 : The Economy of Cities
  • 1980 : The Question of Separatism: Quebec and the Struggle over Sovereignty
  • 1984 : Cities and the Wealth of Nations
  • 1992 : Systems of Survival, Vintage Press, 236 pages
  • 2005 : Retour à l'âge des ténèbres, Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la...), Boréal
Page générée en 0.199 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique