Pierre Louis Dulong
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Pierre Louis Dulong, né à Rouen le 12 février 1785 et mort à Paris le 19 juillet 1838, est un chimiste et physicien français auteur de travaux sur la chaleur spécifique, la dilatation (La dilatation est l'expansion du volume d'un corps occasionné par son réchauffement, généralement imperceptible. Dans le cas d'un gaz, il y a dilatation à pression constante ou maintien du volume et augmentation de la pression.) et l'indice de réfraction (L'indice de réfraction provient du phénomène de réfraction qui désigne le changement de direction de la lumière au passage d'un milieu à un autre. La notion...) des gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas...).

Il fit ses études secondaires aux écoles centrales d"Auxerre et de Rouen puis entra en 1801 à l'École polytechnique. Il exerça d'abord la profession de médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les maladies,...), mais y renonça pour s'appliquer tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) entier aux sciences. Il travailla ensuite au laboratoire de chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle...) de Berthellot à Arcueil. Il fut professeur de physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique...) chimie à l'école nationale vétérinaire d'Alfort jusqu'en 1827, maître de conférences à l'École normale supérieure, où il dirigea le laboratoire de chimie de 1811 à 1822.

Tout d'abord préparateur de chimie à l'École polytechnique auprès de Thénard, il y devint en 1813 examinateur, puis professeur de physique de 1820 à 1829 succédant à Alexis Thérèse Petit, et enfin directeur des études de 1830 à sa mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des...). Il avait été reçu à l'Académie des sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche scientifique en réunissant certains des chercheurs les plus éminents, en tenant des séances au cours desquelles des travaux sont présentés et en...) en 1823. Il est également suppléant de Thenard pour les cours du 2e semestre à la Faculté des sciences de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du...) de 1820 à 1832 (Dumas lui succède). En 1828, il échange son cours de chimie avec le cours de physique de Gay-Lussac. En 1832 il devient professeur de chimie à la Faculté.

Dulong a fait faire des progrès à la chimie et à la physique.

En chimie, quelques-uns de ses travaux :

  • Sur la décomposition mutuelle des sels, 1811 ;
  • Sur l'acide nitreux, 1815 ;
  • Sur les combinaisons du phosphore avec l'oxygène (L’oxygène est un élément chimique de la famille des chalcogènes, de symbole O et de numéro atomique 8.), 1816.

Il avait découvert en 1812 le chlorure d'azote : en faisant des expériences sur ce composé si dangereux, il perdit, par suite d'une explosion (Une explosion est la transformation rapide d'une matière en une autre matière ayant un volume plus grand, généralement sous forme de gaz. Plus cette...), un œil et deux doigts.

En physique, Dulong reconnut, avec Alexis Thérèse Petit, que la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) spécifique des corps est en raison inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que x·y = y·x = 1, si 1 désigne...) du poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à...) de leurs atomes (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec une autre. Il est généralement constitué...). Ils développèrent une théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur...) permettant d'expliquer la valeur de la chaleur massique (La chaleur massique (symbole c ou s), qu'il convient d'appeler capacité thermique massique[1] est déterminée par la quantité d'énergie à apporter par échange thermique pour élever d'un degré la température de...) des métaux connue sous le nom de loi de Dulong et Petit.

Il détermina, avec François Arago (François Jean Dominique Arago (26 février 1786, Estagel, Roussillon — 2 octobre 1853, Paris) était un astronome, physicien et homme politique français.), la force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale...) élastique de la vapeur () d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) à différentes températures.

On lui doit aussi des travaux :

  • Sur la mesure des températures ;
  • Sur les fluides élastiques, 1820.

La plupart de ses écrits ont été insérés dans les Annales de chimie et de physique.

Précédé par Pierre Louis Dulong (Pierre Louis Dulong, né à Rouen le 12 février 1785 et mort à Paris le 19 juillet 1838, est un chimiste et physicien français auteur de travaux sur la chaleur spécifique, la dilatation et l'indice de réfraction des gaz.) Suivi par
Alexis Thérèse Petit Chaire de physique n?1 de l'École polytechnique Claude Pouillet

Source partielle

" Pierre Louis Dulong ", dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 1878 [détail des éditions] (Wikisource)

Page générée en 0.230 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique