Laïka
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

La chienne Laïka en 1957.

Laïka (du russe : Лайка, « petit aboyeur ») est une chienne du programme spatial soviétique et le premier être vivant mis en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre...) de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la...). Elle a été lancée par l'URSS à bord de l'engin spatial Spoutnik (Tiré du mot russe ??????K (« compagnon de route » ou « satellite »), le terme Spoutnik désigne une série de satellites lancés par URSS au tout début de la conquête...) 2 le 3 novembre 1957, presque un mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport...) pour jour après le lancement du premier satellite artificiel (Un satellite artificiel est un appareil issu de l'activité de l'Homme et mis en orbite par lui. Ces termes désignent donc un objet humain envoyé dans...) Spoutnik 1 (Spoutnik 1 (??????? 1, litéralement « compagnon » en russe, soit un "satellite") fut le premier satellite artificiel. Il fut lancé le 4 octobre 1957 à 19h28...).

Après le succès de Spoutnik 1, Nikita Khrouchtchev voulait le lancement d'un second engin pour le 7 novembre afin de célébrer le 40e anniversaire de la révolution bolchevique. Dans l'urgence, sans étude préalable, Spoutnik 2 a été construit en quatre semaines.

Laïka (Laïka (du russe : Лайка, « petit aboyeur ») est une chienne du programme spatial soviétique et...) mourut environ 7 heures (L'heure est une unité de mesure  :) après le lancement, du stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme...) et de surchauffe (La surchauffe est une opération physique qui a lieu dans un moteur à vapeur.), probablement due à une défaillance du système de régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) de température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid et de...). La vraie cause de sa mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général,...) ne fut révélée que plusieurs décennies après la mission. Les versions qui subsistèrent jusqu'aux révélations du docteur Dimitri Malachenkov (en) en 2002 affirmaient qu'elle était morte en consommant de la nourriture empoisonnée — qui avait été préparée pour lui éviter de souffrir de la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) lors du retour de Spoutnik 2 dans l'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) — ou d'asphyxie (L'asphyxie est un terme médical signifiant l'arrêt plus ou moins long de la circulation d'oxygène dans le corps. L'asphyxie de l'humain est une urgence médicale.) à l'épuisement de ses réserves d'oxygène (L’oxygène est un élément chimique de la famille des chalcogènes, de symbole O et de numéro atomique 8.).

La capsule spatiale (Une capsule spatiale est un engin spatial habité ou non, non-réutilisable. Avant le premier vol de la navette spatiale, il était le seul moyen d'envoyer des hommes dans l'espace, puis...) se consuma le 14 avril 1958 en rentrant dans l'atmosphère terrestre.

Malgré la mort de Laïka, l'expérience prouva qu'un être vivant pouvait survivre à un vol en orbite autour de la Terre et subir les effets de l'impesanteur (L'impesanteur est l'état d'un corps tel que l'ensemble des forces gravitationnelles et inertielles auxquelles il est soumis possède une...). La mission Spoutnik 2 prépara le terrain pour le vol spatial (Constantin Tsiolkovski (1857-1935) est considéré comme le père du vol spatial. Dès la fin du XIXe siècle, il décrit les technologies nécessaires pour aller dans l'espace (notamment les moteurs-fusées) et lancera l'initiative de...) de l'Homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par...) en fournissant aux scientifiques les premières données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) sur les réactions des organismes vivants dans l'espace.

Spoutnik 2

Maquette de Spoutnik 2, le satellite (Satellite peut faire référence à :) qui emmena Laïka dans l'espace.

Après le succès de Spoutnik 1, Nikita Khrouchtchev, le dirigeant de l'URSS, voulut envoyer un second satellite dans l'espace, « habité » cette fois-ci, à l'occasion du quarantième anniversaire de la révolution bolchévique, le 7 novembre 1957. Un satellite plus sophistiqué était déjà à l'étude, mais ne pouvait être prêt avant décembre ; ce satellite devint Spoutnik 3.

Pour respecter l'échéance imposée, un nouveau satellite, moins sophistiqué, devait être conçu. Selon des sources russes, la décision officielle du lancement de Spoutnik 2 fut prise le 10 ou le 12 octobre, laissant à l'équipe seulement quatre semaines pour concevoir et construire le satellite. En conséquence, Spoutnik 2 fut réalisé dans l'urgence, la plupart des éléments du vaisseau étant construits à partir de croquis approximatifs. En plus de sa mission principale — envoyer un être vivant dans l'espace — Spoutnik 2 contenait une suite d'instruments scientifiques, notamment des spectromètres pour étudier les radiations solaires et les rayons cosmiques.

Spoutnik 2 était pourvu d'un équipement autonome de survie constitué d'un générateur de dioxygène (Le dioxygène est une molécule composée de deux atomes d'oxygène, notée O2, qui est à l'état de gaz aux conditions normales de pression et de température.) ainsi que de dispositifs permettant d'éviter l'hyperoxie et d'absorber le dioxyde de carbone (Le dioxyde de carbone, communément appelé gaz carbonique ou anhydride carbonique, est un composé chimique composé d'un atome de carbone et de deux atomes d'oxygène et dont la...). Un ventilateur, qui s'activait lorsque la température de la cabine (Sur un bateau, une cabine désigne une pièce d'habitation pour une ou plusieurs personnes. Une cabine peut prendre plusieurs aspects : sur un grand navire, elle prend l'apparence d'un chambre d'hôtel pour les passagers et d'une...) dépassait 15 °C, fut ajouté pour maintenir la chienne au frais. Elle était munie d'une combinaison (Une combinaison peut être :) et des sangles permettaient de limiter ses mouvements dans l'étroite cabine capitonnée. Un réservoir de caoutchouc, destiné à recueillir ses urines et excréments était fixé à son bassin. Un électrocardiogramme enregistrait la fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par unité de temps. Ainsi lorsqu'on...) cardiaque et d'autres instruments surveillaient le taux respiratoire, la pression artérielle (La pression artérielle correspond à la pression du sang dans les artères. On parle aussi de tension artérielle, car cette pression est aussi la force exercée par le sang sur la paroi des artères, elle tend la paroi de...) et les mouvements de la chienne.

Page générée en 0.087 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique