Pierre Bonnet
Pierre Bonnet
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Pierre Bonnet est un arachnologiste français, né le 1er septembre 1897 à Villefranche-de-Rouergue et mort le 16 août 1990. Son nom reste associé à Bibliographia Araneorum, un immense ouvrage (6 481 pages) consacré à l’étude des publications sur les araignées, fruit (En botanique, le fruit est l'organe végétal protégeant la graine. Caractéristique des Angiospermes, il succède à la fleur par transformation du...) de quarante ans de travail.

Biographie

Il est le fils d’Eugène Bonnet, un enseignant de collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même caractéristique ou un établissement d'enseignement.), et de Clotilde, fille du comte Jean-Bapitste de Villeneuve. Il étudie à Vic-en-Bigorre avant d’être appelé sous les drapeaux en janvier 1916. Il est démobilisé en avril 1919 avec la Croix de guerre. Il reprend ses études à Montpellier et à Toulouse où il est diplômé en zoologie en 1922. Il devient alors préparateur à l’université de Toulouse et où il passera toute sa carrière. Il prend sa retraite en 1962 comme conférencier senior.

Sa thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du sujet ou du thème...), qu’il passe en 1930, est consacrée au développement, au phénomène de la mue, à l’autotomie et la régénération chez les araignées, principalement sur les espèces européennes de Dolomedes. Bonnet fait paraître une cinquantaine d’articles jusqu’en 1945. Ils sont le fruit de très nombreuses observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la très grande...) sur des centaines de spécimens qu’il conserve en élevage, parfois durant des années. Il étudie ainsi le cycle vital de Philaeus chrysops (Salticidae), de Latrodectus geometricus et de Theridion tepidariorum (deux Theridiidae), de Physocyclus simoni (Pholcidae), de Filistata insidiatrix (Filistatidae), etc.

En 1945, il fait paraître le premier volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.) de sa Bibliographia Araneorum. Le dernier paraît en 1961. Il fait l’analyse de toute la littérature consacrée aux araignées des origines à 1930. Il répertorie tous les noms scientifiques donnés, relève les erreurs, coquilles ou contresens commis par leurs auteurs d’origine, établit des synonymies strictes. Outre la biographie des principaux arachnologues qu’il livre dans la première partie, il donne une analyse thématique de cette littérature. Ce travail, qui serait simple aujourd’hui avec l’informatique, a été réalisé entièrement à la main (La main est l’organe préhensile effecteur situé à l’extrémité de l’avant-bras et relié à ce dernier par le poignet. C'est un organe...). Il témoigne qu’il a parfois recopié des ouvrages entiers, prêtés par diverses institutions pour en garder une trace (TRACE est un télescope spatial de la NASA conçu pour étudier la connexion entre le champ magnétique à petite échelle du Soleil et...).

Bonnet réalise en 1947 une pétition qu’il adresse (Les adresses forment une notion importante en communication, elles permettent à une entité de s'adresser à une autre parmi un ensemble d'entités....) à la Commission internationale de nomenclature zoologique pour que celle-ci accepte, par dérogation, les noms scientifiques créés par Carl Alexander Clerck (v. 1710-1765) en 1757. Ces noms n’étaient pas recevables au regard du Code international de nomenclature zoologique car publiés avant la dixième édition du Systema naturae de Carl von Linné (1707-1778).

Il se passionne, avec sa femme Camille, professeur d’espagnol, pour la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de précision et de détail, La Culture peut être...) espagnole et fait paraître plusieurs articles sur la nationalité de Christophe Colomb (1451-1506).

Pierre Bonnet
Page générée en 0.078 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique