Navette spatiale américaine - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Navette spatiale américaine
Lancement de la navette Atlantis pour la mission STS-115
Premier vol 12 avril 1981
Retrait février 2011
Nombre de vols
prévus/réalisés
132/134
Charge utile
- orbite basse (L'orbite terrestre basse (Low Earth orbit, LEO, en anglais) est un type d'orbite terrestre situé entre 350 et 1 400 kilomètres d'altitude. On considère généralement...)
- station spatiale (Une station spatiale, dans le domaine de l'astronautique, est une installation spatiale en orbite ou déposée sur un astre, ne disposant pas de...)

24 500 kg
16 400 kg
Orbite 185–643 km
Équipage de 2 à 8 personnes
Masse au lancement 2 046 tonnes
Poussée au lancement 3 016 tonnes

La navette spatiale américaine (en anglais Space shuttle ou Space Transportation System, STS) est une navette spatiale (Une navette spatiale, dans le domaine de l’astronautique, est un véhicule aérospatial réutilisable conçu pour assurer la desserte des stations spatiales en orbite basse mais pouvant aussi assurer d’autres...) conçue et utilisée par l'agence spatiale (Une agence spatiale est un organisme d'État ayant pour but d'étudier l'Espace et de développer et gérer des programmes spatiaux) américaine (NASA) dont le vol inaugural remonte au 12 avril 1981. Elle est composée de trois sous-ensembles : l'orbiteur (Dans le domaine de l'astronautique, un orbiteur est un vaisseau satellisé autour d'une planète. Plus précisément, il est utilisé pour désigner :) qui est le seul composant à se placer en orbite transporte le fret (Le transport de marchandises est une activité économique réglementée, à la fois par chaque pays et au niveau international.) et les astronautes, le réservoir externe et deux propulseurs d'appoint. Le terme navette (Une navette spatiale, dans le domaine de l'astronautique, est un véhicule aérospatial réutilisable conçu pour assurer la desserte des stations spatiales en orbite basse mais pouvant aussi assurer...) spatiale est un raccourci souvent utilisé pour désigner le seul orbiteur.

La navette spatiale, qui pèse plus de 2 000 tonnes, décolle verticalement comme une fusée (Fusée peut faire référence à :). Au cours de son ascension elle se sépare successivement de ses propulseurs d'appoint puis de son réservoir externe. À l'issue de la mission l'orbiteur revient seul sur Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des...). Il effectue une rentrée atmosphérique au cours de laquelle il ralentit fortement en dissipant une grande quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un...) de chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !), puis entame une phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de vol non propulsé à la manière d'un planeur (Un planeur est un aérodyne qui est, par définition, dépourvu de moteur. Il existe toutefois des versions dotées d'un moteur d'appoint escamotable appelées motoplaneur. La pratique du planeur est le vol à...) avant d'atterrir sur une piste de grande longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa...). L'orbiteur ainsi que les propulseurs d'appoint sont remis en état puis réutilisés. La navette spatiale peut placer en orbite basse 7 astronautes et 24,5 tonnes de charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être transporté.) utile. C'est un engin spatial d'une polyvalence inégalée : elle dispose d'une grande soute (Une soute est la partie d'un bateau aménagée dans l'entrepont ou la cale où l'on entrepose le matériel ou les provisions et les vivres.), d'un bras permettant le maniement de lourdes charges dans l'espace et d'un sas utilisé pour les sorties extra-véhiculaires ou l'amarrage (Le terme d'amarrage est utilisé dans deux domaines :) à une station spatiale. Son autonomie en vol est d'environ deux semaines.

En concevant au début des années 1970 un engin spatial réutilisable, la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son...) espère pouvoir abaisser fortement les coûts du lancement spatial qui a jusque là recours à des fusées perdues après usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.). Mais les compromis techniques retenus à la conception pour des raisons financières et surtout la complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par exemple par Anthony Wilden ou Edgar Morin), en physique, en biologie (par exemple par Henri Atlan), en...) inhérente au concept induisent des coûts de développement et d'exploitation (500 millions de dollars par lancement) très élevés. Lorsque sa carrière opérationnelle débute en 1982, tous les lancements de satellites (Satellite peut faire référence à :) américains sont pris en charge par la flotte des 4 navettes spatiales. Grâce à un dumping important sur les prix la navette occupe même une place dominante sur le marché des lancements commerciaux. Mais il apparaît rapidement que la navette ne sera jamais un moyen de lancement concurrentiel par rapport aux fusées car la cadence des lancements espérée ne peut être tenue. Après la destruction de la navette spatiale Challenger (Challenger était une navette spatiale américaine originellement conçue à des fins de test.) début 1986 qui entraîne la perte de son équipage, l'utilisation de la navette est limitée au lancement des satellites non commerciaux et aux expériences scientifiques en orbite. À compter de la fin des années 1990 sa mission principale est la desserte de la station spatiale Mir puis de la station spatiale internationale (La Station spatiale internationale (en anglais International Space Station ou ISS) est un habitat placé en orbite terrestre basse, occupé en permanence par un équipage international qui se consacre à la...). Un deuxième accident en 2003, accompagné une fois de plus de la perte de l'équipage, accélère la décision de retirer la flotte des navettes dont le dernier vol est programmé pour février 2011. La navette spatiale aura effectué à cette date 134 vols.

Page générée en 0.090 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique