Année géophysique internationale
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

L’année géophysique internationale (AGI) fut un ensemble de recherches, coordonnées à l’échelle mondiale, menées entre juillet 1957 et décembre 1958, lors d’une période d’activité solaire maximum, en vue d'une meilleure connaissance des propriétés physiques de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive...) et des interactions entre le Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification...) et notre planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la...).

L’AGI permit de réaliser de nombreuses observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude...) simultanées, portant sur divers phénomènes géophysiques, depuis un grand nombres de zones du globe, surtout celles délaissées jusqu’alors comme les régions polaires, en particulier l’Antarctique.

Sa préparation stimula puissamment la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) et constitua le début de la conquête de l'espace, les États-Unis et l’URSS ayant annoncé dès juillet 1955 qu’ils lanceraient chacun un satellite artificiel (Un satellite artificiel est un appareil issu de l'activité de l'Homme et mis en orbite par lui. Ces termes désignent donc un objet humain envoyé dans l'espace et animé d'un mouvement périodique autour d'un corps de...) à l’occasion de l’AGI.

Les avatars du programme Vanguard, choisi pour représenter la contribution américaine à l’AGI, valurent à l’URSS d’être, à la surprise générale, la première puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) à mettre en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) un satellite (Satellite peut faire référence à :), Spoutnik 1 (Spoutnik 1 (??????? 1, litéralement « compagnon » en russe, soit un "satellite") fut le premier satellite artificiel. Il fut lancé le 4 octobre 1957 à 19h28 UTC par l'URSS, avec...).

Mais c’est le premier satellite américain, Explorer 1, qui permit l’une des découvertes les plus importantes de l’AGI : celle de la ceinture de Van Allen (La ceinture de radiations de Van Allen est une zone toroïdale de la magnétosphère terrestre entourant l'équateur magnétique et contenant une grande densité de...).

L’AGI fut également l’occasion pour des nations telles que la France, le Royaume-Uni, le Japon, le Canada et l’Australie de développer des programmes de fusées-sondes pour l’exploration de la haute atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :).

C’est ainsi que la France développa la version AGI de la fusée-sonde (Une fusée-sonde, dans le domaine de l'astronautique, est une fusée décrivant une trajectoire sub-orbitale permettant d'effectuer des mesures et des expériences.) Véronique, qui pouvait emporter une charge utile (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne...) de 60 kg à 210 km d’altitude.

Page générée en 0.093 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique