Grande échelle
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les sapeurs-pompiers, et qui emporte une échelle escamotable de grande hauteur. Le terme " grande échelle " est utilisé par le grand public, les professionnels parlent tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) simplement " d'échelle ", ou bien utilisent l'abréviation (en France : EPA, EPSA).

La grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les sapeurs-pompiers, et qui emporte une échelle...) permet :

  • d'effectuer des sauvetages dans les étages lorsque les accès normaux sont difficiles : évacuation des personnes ;
  • d'acheminer des personnels et des matériels ;
  • d'arroser par l'extérieur.

Certaines échelles disposent de tuyaux rigides télescopiques qui permettent d'acheminer de l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) en haut, à l'image d'une colonne sèche. Le haut de l'échelle est en général relié au bas par un interphone.

Les premiers modèles étaient actionnés à la main (La main est l’organe préhensile effecteur situé à l’extrémité de l’avant-bras et relié à ce dernier par le poignet. C'est un organe...), par des manivelles. Les modèles modernes sont actionnés par des moteurs (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]). Dans de nombreux cas, l'échelle est munie d'une nacelle qui monte et descend, en fixe ou amovible, et assure ainsi une grande sécurité.

Certains corps de pompiers s'équipent d'élévateurs (nacelle sur bras hydraulique).

Sécurité d'intervention

Le premier risque est le déséquilibre du véhicule : en effet, l'échelle constitue un bras de levier qui amplifie les forces (voir l'article moment d'une force). En conséquence :

  • le véhicule (Un véhicule est un engin mobile, qui permet de déplacer des personnes ou des charges d'un point à un autre.), une fois en place, est " soulevé " par des vérins hydrauliques afin de ne plus reposer sur les roues (La roue est un organe ou pièce mécanique de forme circulaire tournant autour d'un axe passant par son centre.) (les roues touchent le sol mais ne supportent aucun poids) : le mouvement des suspensions du véhicule mettrait en danger sa stabilité ;
  • l'inclinaison (En mécanique céleste, l'inclinaison est un élément orbital d'un corps en orbite autour d'un autre. Il décrit l'angle entre le plan de l'orbite et le plan de référence (généralement le plan de l'écliptique, c'est-à-dire le...) de l'échelle est limitée par la hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) déployée.

Le second risque est la chute des personnes. Les pompiers doivent donc être munis d'une longe pouvant absorber le choc (Dès que deux entitées interagissent de manière violente, on dit qu'il y a choc, que ce soit de civilisation ou de particules de hautes énergies.) de la chute. Mais ce dispositif ne peut être mis en place qu'avec une nacelle, ou bien lorsque le pompier est arrivé en haut.

En France

En France, on distingue principalement trois types d'échelles :

  • les échelles sur porteur (ESP)  : il s'agit d'échelles sur chariot (Un chariot est un plateau équipé de quatre roues, et sert au transport de charges. Par extension on inclut également ceux à trois ou cinq...), le chariot étant monté sur un véhicule ; ces échelles sont d'un modèle ancien, mais permettent d'intervenir dans des rues étroites ;
  • les échelles pivotantes semi-automatiques (EPSA) : l'échelle est posée en fixe sur le véhicule ; elle ne peut faire qu'un seul mouvement à la fois : déploiement, élévation ou pivotage ;
  • les échelles pivotantes automatiques (EPA) : similaires aux EPSA, elles peuvent effectuer plusieurs mouvements simultanément.
  • les MEA, également connues sous le nom de BEA ou CBEA, ilssont un complément aux échelles aériennes. L'avantage primordial du MEA est de pouvoir surplomber le bâtiment ou la zone du sinitre. Il en existe deux types : à deux bras articulés ou à bras télescopique, mais tous sont munis d'une plate-forme ou d'une nacelle pouvant recevoir jusqu’à 300 kg de charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un...).

On trouve également les sigles :

  • EPAA : échelle pivotante automatique (L'automatique fait partie des sciences de l'ingénieur. Cette discipline traite de la modélisation, de l'analyse, de la commande et, de la régulation des systèmes dynamiques. Elle a pour fondements théoriques les mathématiques, la théorie du...) articulée : le dernier pan peut s'incliner
  • EPAC : échelle pivotante à actions combinées (équivalent de EPA)
  • EPAN : échelle pivotante automatique à nacelle
  • EPAS : échelle pivotante automatique séquentielle (équivalent de EPSA)

Selon la législation, les établissements recevant du public (ERP) d'une certaine hauteur doivent être desservis par des voies (rues) suffisamment larges pour permettre l'accès à une échelle pivotante ; ces voies sont dites " voies échelle ".

Normes

  • Norme (Une norme, du latin norma (« équerre, règle ») désigne un état habituellement répandu ou moyen considéré le plus souvent comme une règle à suivre. Ce terme...) française NF XPS 61552 d'août 2003 sur les échelles pivotantes à mouvements combinés (EPC)
  • NF XPS 61553 d'août 2003 sur les échelles à mouvements séquentiels (EPS)
  • normes européennes à venir : EN 14043 et 14044
Page générée en 0.010 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique