Censure de l'Internet
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Pays mettant en place des obstacles au libre accès à l'information sur Internet.  ?? très grave ?? grave ?? difficile ?? moyenne ?? situation bonne Source: RSF
Pays mettant en place des obstacles au libre accès à l'information sur Internet.

?? très grave


?? grave


?? difficile


?? moyenne


?? situation bonne


Source: RSF

La censure de l'Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la...) désigne les limitations de l'information disponible par l'intermédiaire de ce réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on...), pratiqué en générale`au niveau des États, et a l'encontre des droits de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...).

En effet, bien que la Déclaration universelle des droits de l'homme fasse de l'accès à l'information un droit indéniable (article 19[1]), certains États semblent, comme pour d'autres médias (On nomme média un moyen impersonnel de diffusion d'informations (comme la presse, la radio, la télévision), utilisé pour communiquer. Les médias permettent de diffuser une information vers un grand...), vouloir réguler Internet. Dans certains cas, certaines associations, comme Reporters sans frontières, accusent ces États de censure. Entre 1999 et 2004, cette association s'est même fait l'écho d'une augmentation spectaculaire du filtrage.

Techniques

Les technologies employées peuvent être le blocage IP par routeur (Un routeur est un élément intermédiaire dans un réseau informatique assurant le routage des paquets. Son rôle est de faire transiter des paquets d'une interface réseau vers une autre, selon...), et la redirection DNS. Des gouvernements peuvent bloquer les contenus du Web qui leur déplaisent, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en bénéficiant néanmoins de ce qu'ils considèrent comme les avantages de l'Internet.

D'après RSF, des pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²),...) comme l'Ouzbékistan créent des miroirs modifiés. Ainsi, pour l'internaute (Un internaute est un utilisateur du réseau Internet.), l'accès aux sites des dissidents politiques ne semble pas être bloqué. Les autorités ouzbèkes copieraient les sites controversés, puis les modifieraient afin de saper ou d'affaiblir les prises de positions interdites. Les internautes ouzbeks accèdant à ces sites consultent alors des copies falsifiées. Ce type de manipulation sera peut-être décelé par un expert, mais il est extrêmement difficile à détecter par l'internaute lambda.

Les 15 ennemis d’Internet

RSF a publié en 2005 une liste des quinze ennemis d'Internet [2] :

  •  Arabie saoudite
  • Biélorussie Biélorussie
  •  Birmanie
  • République populaire de Chine Chine
  • Corée du Nord Corée du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.)
  •  Cuba
  • Iran Iran
  •  Libye
  •  Maldives
  •  Népal
  • Ouzbékistan Ouzbékistan
  • Syrie Syrie
  • Tunisie Tunisie
  •  Turkménistan
  • Viêt Nam Viêt Nam

" ' rwanda ' PAKISTAN QATAR

L'exemple cubain

Les Cubains sont peu équipés en matériel informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le traitement automatique de...) (3,3 ordinateurs pour 100 habitants, c'est-à-dire l'un des taux les plus faibles du monde (Le mot monde peut désigner :)[3]) et il n'existe qu'un seul opérateur (Le mot opérateur est employé dans les domaines :) dans le pays, la société ETEC SA[3]. L'ouverture d'une ligne internet est soumise à l'autorisation des autorités de l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif « insulaire » ; on dit aussi...). L'utilisation d'internet ne doit pas " compromettre la sécurité d'État " ni aller contre " les lois et principes moraux du pays ", des motifs suffisamment flous pour couper arbitrairement un accès à internet (L'accès à Internet a beaucoup varié depuis sa création dans les années 1970. Un fournisseur d'accès à Internet permet cet, soit accès grâce à une connexion filaire quasiment jusqu'à...)[3]. Les cybercafés sont surveillés et trop coûteux pour la population. Les clients sont dans l'obligation de décliner leur identité[3]. La recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) de mots-clés jugés " subversifs " par le régime entraîne la fermeture (Le terme fermeture renvoie à :) du programme[3]. Les dissidents tels que Guillermo Fariñas (qui a reçu le prix Cyberliberté de RSF en 2006) luttent pour la liberté d'expression et d'information sur internet.

La censure dans les moteurs (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]) de recherche

Les moteurs de recherche retirent souvent de leurs résultats des sites dont le contenu est jugé indésirable: pédophilie, racisme, œuvres protégées par le droit d'auteur… le filtrage différant d'un pays à l'autre. Ainsi, les sites allemand et français de Google (Google, Inc. est une société fondée le 7 septembre 1998 dans la Silicon Valley en Californie par Larry Page et Sergey Brin, auteurs du moteur de recherche Google. Depuis 2001, Eric Schmidt...), contrairement au site américain, excluent un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de pages diffusant des idées d'extrême droite (" Localized Google search result exclusions ", Jonathan Zittrain et Benjamin Edelman). Plusieurs moteurs allemands ont, en février 2005, signé un " code de bonne conduite " proposé par une association, s'engageant ainsi à respecter une " liste noire " établie à partir de signalements faits par les internautes (" Les sites illégaux disparaissent des moteurs de recherche allemands ", Serge Courrier , 01net., 09/03/2005 ).

Parade technique (partielle)

Le logiciel (En informatique, un logiciel est un ensemble d'informations relatives à des traitements effectués automatiquement par un appareil informatique. Y sont inclus les instructions de traitement,...) Psiphon permet à un internaute résidant dans un pays censurant internet d'accéder à Internet sous certaines conditions.

Le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le...) Peekabooty semble une alternative aux internautes des pays pratiquant la censure, le logiciel est en fait un navigateur qui permettrai de surfer anonymement via un ingénieux système d'encapsulage-décapsulage. La création du logiciel à été annoncé par le groupe de hackers (Hackers est un film américain réalisé par Iain Softley, sorti en 1995. Connu aussi sous les titres francophone de : Hackers - Les pirates du cyberespace (titre DVD) et Pirates...) Cult of the Dead Cow et fonctionnerai sur un système distribué de type Gnutella (Gnutella est un protocole informatique décentralisé de recherche et de transfert de fichiers peer-to-peer (aussi appelés P2P). Il a été imaginé en 2000 par Tom Pepper et Justin Frankel alors programmeurs pour la société Nullsoft, qui a...) (aussi connu par des logiciels de Peer-to-peer ( ), fonctionnant sur le principe de redistribution de l'information par tout les ordinateurs hébergeant Peekabooty), le tout sera couplé avec des dispositifs de cryptages.

Notes et références

  1. " Tout individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).) a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. "

  2. Source : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=15611)
  3. abcde Sylvie Kauffmann, Martine Jacot, Brice Pedroletti, " La censure sur Internet : Etats contre cyberdissidents ", dans Le Monde du 29/08/2007, [lire en ligne]
Page générée en 0.221 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique