Wagon de l'armistice - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.
Wagon de l'armistice
Wagon de l'armistice

Le wagon de l'armistice est le wagon dans lequel furent signés les armistices du 11 novembre 1918 et du 22 juin 1940 entre l'Allemagne et la France.

Armistices

Le wagon-salon (qui est en fait une voiture-restaurant (Une voiture-restaurant (on dit aussi wagon-restaurant) est une voiture de chemin de fer incorporée généralement dans un train de voyageurs de grand parcours à bord de laquelle sont servis des...) transformée, n° 2419 D) fut placé dans la Clairière de l'Armistice (également appelée la Clairière de Rethondes), dans la forêt (Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement dense, constituée d'un ou plusieurs peuplements d'arbres et d'espèces associées. Un boisement de faible étendue...) de Compiègne (Oise). C'est à cet endroit que fut signé, à la demande de l'Allemagne, l'armistice du 11 novembre 1918 avec la France.

L'armistice du 22 juin 1940, cette fois-ci demandé par la France à l'Allemagne, fut signé par la volonté de Hitler dans ce même wagon (Dans le jargon ferroviaire, on distingue habituellement deux grands types de véhicules remorqués. On parle de wagons pour les marchandises et de voitures pour les voyageurs. (même si certains...) historique placé exactement au même endroit qu'en 1918. Ce désir de placer le wagon au même endroit que pour le précédent armistice, montre l'esprit de revanche qu'avait Hitler envers la France, qui, selon lui, avait humilié l'Allemagne à la fin de la Première Guerre mondiale.

Réplique

Après la signature de l'armistice du 22 juin, le wagon fut transporté en Allemagne. Il fut détruit par les SS, en 1945, à la fin de la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une...) Guerre mondiale lorsque plus rien ne pouvait faire reculer les troupes alliées.

Un wagon appartenant à la même série aménagé à l'identique, le n° 2439 D, le remplace dans la Clairière de Rethondes, depuis le 11 novembre 1950.

Histoire du wagon historique

Hitler (la main au côté) et des officiers nazis se recueillant devant la statue du Maréchal Foch avant d'entrer dans le wagon de l'armistice
Hitler (la main (La main est l’organe préhensile effecteur situé à l’extrémité de l’avant-bras et relié à ce dernier par le poignet. C'est un organe destiné...) au côté) et des officiers nazis se recueillant devant la statue du Maréchal Foch avant d'entrer dans le wagon de l'armistice

Le wagon de l'armistice est à l'origine la voiture-restaurant n° 2419 D de la compagnie internationale des wagons-lits (CIWLT). Cette voiture, livrée à la CIWLT le 20 mai 1914, assura ses premières rotations au départ de Paris-Montparnasse vers la Bretagne (Saint-Brieuc). Elle assura par la suite différents services sur le réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on appelle nœud (node)...) de l'État, notamment vers Bordeaux et Rennes, puis sur le réseau de l'Est. Elle assura son dernier service sur le parcours Paris-Thionville en août 1918.

En octobre 1918, il fut décidé de la transformer en wagon-bureau afin de l'incorporer dans le train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de plusieurs wagons (pour transporter des...) d'état-major du maréchal Foch. Elle fut effectivement mise à disposition de l'état-major le 29 octobre 1918.

Sa réquisition fut levée en septembre 1919. Le gouvernement dirigé par Georges Clemenceau ayant demandé à la CIWLT de lui céder cette voiture pour l'exposer au musée de l'armée, la CIWLT décida d'en faire don à l'État

Après la Grande Guerre, elle fut exposée pendant six ans, du 28 avril 1921 au 8 avril 1927 dans la cour d'honneur des Invalides.

Le 24 juin 1940, les Allemands l'ont transportée par route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.) jusqu'à Berlin et exposée une semaine devant la Porte de Brandebourg, puis elle fut remisée sur une voie de service à Anhalt.

En 1944, elle fut évacuée à Ohrdruf (Thuringe) où elle fut détruite par des SS, conformément aux ordres de Hitler, alors que l'US Army entrait (L'entrait (ou tirant) - terme de charpente - est un élément de la ferme. C'est une pièce de bois horizontale servant à réunir les arbalétriers, et qui est posée aux...) dans la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m...).

Cet article vous a plus ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.027 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique