Fièvre
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

On parle de fièvre chez l'Homme lorsque la température corporelle atteint ou dépasse 38 °C.

La fièvre est l'élévation de la température corporelle chez un être à sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des...) chaud par dérèglement du « thermostat » central. Il s'agit généralement d'une réaction de défense contre une agression interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou en cabinet pendant une...) (par exemple une infection) appelée à activer certains mécanismes immunitaires et inflammatoires.

Chez l'humain, la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid et de chaud, provenant du...) corporelle normale moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de...) est de 37 °C (entre 36,5 °C et 37,5 °C selon les individus) ; la fièvre (La fièvre est l'élévation de la température corporelle chez un être à sang chaud par dérèglement du...) est définie par une température au repos supérieure ou égale à 38 °C. Une fièvre au-delà de 40 °C est considérée comme un risque de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) majeur et immédiat (voir hyperthermie). Lorsque la fièvre est modérée (de 37,5 °C à 37,9 °C), on parle de fébricule.

Mesure de la température corporelle.

La température corporelle se mesure à l'aide d'un thermomètre (Un thermomètre est un appareil qui sert à mesurer et à afficher la valeur des températures. C'est le domaine d'étude de la thermométrie.) médical. Suivant le placement de celui-ci, on parle de :

  • température orale : thermomètre placé dans la bouche (La bouche (encore dénommée cavité buccale ou cavité orale) est l'ouverture par laquelle la nourriture d'un animal entre dans son corps. Le mot gueule s'utilise aussi, mais avec un sens familier voire grossier lorsque qu'il...) (la méthode la plus courante dans les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de...) anglo-saxons, sauf pour les petits enfants) ;
Un thermomètre clinique indiquant 38,7° de fièvre.
  • température rectale : bout du thermomètre placé dans le rectum (Le rectum est le segment terminal du tube digestif, juste avant que celui-ci ne débouche à l'extérieur par le canal anal....) via l'anus (L'anus est l'orifice par lequel le rectum, la partie terminale du gros intestin (le côlon), abouche à l'extérieur du corps. L'anus est doté de sphincters lui...) (la méthode la plus précise, traditionnellement conseillée pour les petits enfants) ;
  • température axillaire : sous le bras ;
  • température tympanique : mesure infrarouge (Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde supérieure à celle de la lumière visible mais...) de la température du tympan.

La température orale et la température axillaire étant moins élevées que la température rectale, prise comme référence, des corrections doivent être appliquées (+0,5 °C pour l'orale, +0,7 °C pour l'axillaire).

Traitement

Il s'agit d'un traitement antipyrétique, visant à l'obtention de l'apyrexie (température corporelle normale) ; classiquement, on utilise du paracétamol (Le paracétamol, aussi appelé acétaminophène, est la substance active de nombreuses spécialités médicamenteuses de la classe des...).

Des vessies de glace (La glace est de l'eau à l'état solide.) peuvent également être appliquées ; il faut dans tous les cas découvrir le patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.) et ne pas l'enfouir sous les couvertures.

La fièvre peut persister malgré ces mesures pendant plusieurs jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début...).

Étiologie

Presque toutes les pathologies peuvent donner de la fièvre, aussi bien bénignes que malignes. Ainsi devant une fièvre il faut écarter des atteintes particulièrement graves :

  • au retour d'un voyage : paludisme (Le paludisme (du latin paludis, « marais »), aussi appelé malaria (de l'italien mal'aria, « mauvais air »), est une maladie...)
  • si fièvre persistante : tuberculose (La tuberculose est une maladie infectieuse transmissible et non immunisante, avec des signes cliniques variables. Elle est provoquée par une mycobactérie du complexe...)
  • associée à des douleurs articulaires : arthrite (L'arthrite (du grec arthron : articulation) est une inflammation aiguë ou chronique des articulations dont l'origine est rhumatismale ou infectieuse. Elle ne désigne pas la pathologie répertoriée sous le nom...) septique
  • isolée, chez l'homme : prostatite
  • en cas de souffle cardiaque : endocardite infectieuse

Pyrétothérapie

Par le passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps centrée sur le...), la fièvre a pu être délibérément provoquée dans un but de guérison (La guérison est un processus biologique par lequel les cellules du corps se régénèrent pour réduire l'espace d'une région endommagée par la nécrose. La guérison implique la...). C'est ce que l'on a appelé aussi la pyrothérapie. C'est le Dr. Konteschweller Titus qui forgea le mot pyrétothérapie en 1918 rappelant notamment à cette fin l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) du vaccin contre la typhoïde. Cette approche obtint une certaine reconnaissance avec la mise au point (Graphie) par Julius Wagner-Jauregg de la malariathérapiepour la guérison de la syphilis (La syphilis (vulgairement appelée vérole) est une maladie vénérienne, infectieuse et contagieuse, due au tréponème pâle. Elle...) (cela lui valut le Nobel en 1927). D'autres procédés ont été utilisés, que l'avènement des antibiotiques notamment ont relégué dans un oubli presque total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le total des dettes". En...). Dans les dernières années cependant – notamment dans le domaine de la lutte anticancéreuse – la réévaluation de la littérature à l'aune (L'aune – du latin ulna, l'os ulna – est une unité de longueur de quatre pieds. Cette ratio est attestée depuis la fin de l'Antiquité dans le traité...) des connaissances contemporaines suscite un regain d'intérêt pour la fever therapy / pyrothérapie, ainsi que pour la thermothérapie (élévation de la température par voie externe).

Page générée en 0.007 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique