IPv6

Introduction

Pile de protocoles
7 • Application
6 • Présentation
5 • Session
4 • Transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par assimilation, des...)
3 • Réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit...)
2 • Liaison
1 • Physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et...)
Modèle Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie...)
Modèle OSI

IPv6 (Internet Protocol version 6) est un protocole réseau (Un protocole réseau est un protocole de communication mis en œuvre sur un réseau informatique.) sans connexion de la couche 3 du modèle OSI.

IPv6 est l'aboutissement des travaux menés au sein de l'IETF à la fin des années 1990 pour succéder à IPv4 (L'Internet Protocol version 4 ou IPv4 est la première version d'IP à avoir été largement déployée, et forme encore la base (en 2007) de l'Internet. Elle est décrite dans la RFC numéro 791 (RFC 791).) dont la capacité d'adressage est insuffisante. En 2010, en dépit de l'imminent épuisement des adresses IPv4, le déploiement d'IPv6 est encore limité.

Raisons du développement d'un nouveau protocole IP

Distribution de l'espace d'adressage IPv4 en août 2010.
Épuisement des adresses IPv4 entre 1995 et 2010. En août 2010, il reste 14 blocs /8 libres.

Le protocole IPv4 permet d'utiliser un peu plus de quatre milliards d'adresses différentes pour connecter les ordinateurs et les autres appareils reliés au réseau. Au début d'Internet, dans les années 1970, il était pratiquement inimaginable qu'il y aurait un jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les...) suffisamment de machines sur un unique réseau pour que l'on commence à manquer d'adresses disponibles.

Une partie des quatre milliards d'adresses IP théoriquement disponibles ne sont pas utilisables pour numéroter des machines, soit parce qu'elles sont destinées à des usages particuliers (par exemple, le multicast ou les réseaux privés), soit parce qu'elles ont été attribuées de façon inefficace.

Jusqu'aux années 1990, les adresses sont distribuées sous forme de classes, des blocs de 16 millions d'adresses (Classe A), 65 536 (Classe B) ou 256 adresses (Classe C) sont attribués aux demandeurs, parfois bien au-delà des besoins réels. Les premières grandes organisations connectées à Internet se sont vues attribuer 16 millions d'adresses par exemple.

Au début des années 1990, devant l'épuisement de l'espace d'adressage, notamment des réseaux de classe B (RFC 1338), les registres Internet régionaux font leur apparition et le découpage des adresses en classe est aboli au profit du plus flexible CIDR. L'attribution des adresses est rendue plus efficace et tient compte des besoins réels, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en permettant un certain niveau d'agrégation, nécessaire au bon fonctionnement du routage (En informatique, le terme routage désigne le mécanisme par lequel les données d'un équipement expéditeur sont acheminées jusqu'à leur destinataire en examinant les...) sur Internet, ces deux principes étant antagonistes.

La demande croissante en adresses pour les nouvelles applications, les équipements mobiles et les équipements connectés en permanence conduisent à l'utilisation de plus en plus fréquente des adresses privées, de la traduction d'adresse (Les adresses forment une notion importante en communication, elles permettent à une entité de s'adresser à une autre parmi un ensemble d'entités. Pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté,...) réseau (NAT) et à l'attribution dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il peut être employé comme :) des adresses.

En dépit de ces efforts, l'épuisement des adresses IPv4 publiques est inévitable. C'est la raison principale du développement d'un nouveau protocole Internet (L'Internet Protocol, généralement abrégé IP, est un protocole de communication de réseau informatique par commutation de paquets. IP est le protocole d'Internet. IP...) mené au sein de l'Internet Engineering Task Force (L'Internet Engineering Task Force, abrégée IETF, littéralement traduit de l'anglais en « Détachement d'ingénierie d'Internet » est un groupe informel, international, ouvert à tout individu, qui participe à...) (IETF) dans les années 1990.

En août 2010, on estime que l'Internet Assigned Numbers Authority (L'IANA (Internet Assigned Numbers Authority) est une organisation américaine dont le rôle est la gestion des noms de domaines de niveau supérieur (TLD), de l'espace d'adressage IP d'Internet, et des autres ressources...) (IANA) assignera le dernier bloc /8 libre à un registre Internet régional (Un Registre Internet Régional (RIR, de l'anglais Regional Internet Registry), alloue les adresses IP dans sa zone géographique.) (RIR) en juin 2011. Les RIR épuiseront les allocations d'adresses IPv4 pour les registres Internet locaux en février 2012. En juin 2010, l'IANA indique qu'il est possible que les blocs libres soient épuisés dès la fin de l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) en raison d'une demande importante observée dans la région Asie-Pacifique au début de l'année.

IPv6 améliore aussi certains aspects du fonctionnement d'IP, à la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 380nm...) de l'expérience acquise.

Les spécifications principales d'IPv6 sont publiées en 1995 par l'IETF. Parmi les nouveautés, on peut citer :

  • l'augmentation de 232 (soit environ 4×109) à 2128 (soit environ 3,4×1038) du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'adresses disponibles, soit 667 millions de milliards d'adresses IP disponibles par mm2 de la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière...) de la Terre ;
  • des mécanismes de configuration et de renumérotation automatique ;
  • IPsec (IPSec (Internet Protocol Security) est un ensemble de protocoles (couche 3 modèle OSI) utilisant des algorithmes permettant le transport de données sécurisées sur un réseau IP.), QoS (Dans les télécommunications, QoS est un sigle qui signifie Quality of Service en anglais, que l'on traduit par « qualité de service » en français. La Qualité de Service...) et le multicast font partie de la spécification d'IPv6, au lieu d'être des ajouts ultérieurs comme en IPv4 ;
  • la simplification des en-têtes de paquets, qui facilite notamment le routage.
Page générée en 0.110 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique