Matière - Définition et Explications

Les états de la matière

La matière peut se retrouver dans plusieurs états ou phases. Les trois états les plus connus sont solide, liquide et gazeux. Il existe aussi d'autres états un peu plus exotiques, tel que plasma, cristal liquide (Un cristal liquide est un état de la matière qui combine des propriétés d'un...), condensat de Bose-Einstein (Un condensat de Bose-Einstein est un état de la matière formé de bosons à une...), superfluide (La superfluidité est un état quantique de la matière qui a été découvert pour la première...) et fluide (Un fluide est un milieu matériel parfaitement déformable. On regroupe sous cette...) supercritique. Lorsque la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses...) passe d'un état à l'autre, elle effectue une transition de phase (En physique, une transition de phase est une transformation du système étudié...). Attention : un changement d'état n'est pas une transformation chimique ! Ce phénomène est étudié en thermodynamique (On peut définir la thermodynamique de deux façons simples : la science de la chaleur...) via les diagrammes de phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et...). La transition de phase se produit lorsque certaines caractéristiques de la matière changent : pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée...), température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et...), volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension...), densité (La densité ou densité relative d'un corps est le rapport de sa masse volumique à la...), énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la...), etc.

La matière comme support d'information

Dans l'économie moderne, on produit de plus en plus d'informations, qui sont stockées et diffusées sur des supports d'information matériels.

Les principaux supports d'information sont le papier (Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres...), et, de plus en plus, les équipements électroniques qui stockent de l'information (matériels informatiques, réseaux, bases de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...), systèmes de gestion électronique des documents (Qu’est-ce qu’un document électronique ?), systèmes de gestion de contenu, ou la diffusent (réseaux).

Dans ce qu'on appelle quelquefois l'économie de l'immatériel, on fait souvent passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques...) l'information du support papier au support électronique dans un processus appelé dématérialisation (La dématérialisation est la transformation de supports d'informations matériels...). On voit que les termes économie de l'immatériel et dématérialisation sont peu appropriés, car en réalité on ne fait que changer le support de l'information. Le nouveau support, électronique, est lui aussi matériel.

On présente quelquefois la dématérialisation comme un avantage du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et...) du respect de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et...) et du développement durable (Le développement durable (traduction de Sustainable development) est une nouvelle conception...). Mais en réalité les choses ne sont pas si simples, car l'utilisation des deux types de supports d'information consomme de l'énergie et des ressources naturelles (bois pour le papier, métaux pour les équipements électroniques) et génère des déchets (les vieux papiers et les déchets électroniques).

Le bilan global n'est donc pas si simple à établir du point de vue de l'environnement et du développement durable.

La matière et la relativité

Les travaux d'Albert Einstein (Albert Einstein (né le 14 mars 1879 à Ulm, Wurtemberg, et mort le...) en relativité restreinte (La relativité restreinte est la théorie formelle élaborée par Albert Einstein...) nous ont légué la fameuse formule E = mc², où E est l'énergie au repos d'un système, m est sa masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un...) et c est la vitesse de la lumière (La vitesse de la lumière dans le vide, notée c (pour...) dans le vide (Le vide est ordinairement défini comme l'absence de matière dans une zone spatiale.). Cela implique donc que la masse est équivalente à de l'énergie et vice-versa.
Ainsi par exemple lorsque plusieurs particules se combinent pour former des atomes (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut...), la masse totale (au repos) de l'assemblage est plus petite que la somme des masses des constituants (au repos) car en fait une partie de la masse des constituants est convertie en énergie de liaison, nécessaire pour assurer la cohésion de l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...). On appelle ce phénomène le défaut de masse.
Ce même physicien (Un physicien est un scientifique qui étudie le champ de la physique, c'est-à-dire la...) a établi le lien entre la courbure (Intuitivement, courbe s'oppose à droit : la courbure d'un objet géométrique est...) de l'espace-temps (La notion d'espace-temps a été introduite au début des années 1900 et reprise...) et de la masse-énergie grâce à la théorie de la relativité (Cet article traite de la théorie de la relativité à travers les âges. En physique, la notion de...) générale : la masse (l'inertie) de la matière (ou une équivalence en énergie) courbe (En géométrie, le mot courbe, ou ligne courbe désigne certains sous-ensembles du...) l'espace-temps et l'espace-temps "indique" les géodésiques à suivre, les trajectoires possibles. Ainsi, en relativité générale (La relativité générale, fondée sur le principe de covariance générale...), la matière et l'énergie sont regroupées sous la même bannière et une façon d'en mesurer la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire,...) est d'observer la courbure de l'espace-temps qui les contient.

Page générée en 0.052 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique