Jean-Jacques Lequeu
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Jean-Jacques Lequeu, né le 14 septembre 1757 à Rouen et mort le 28 mars 1826 à Paris, est un architecte et dessinateur français.

Jean-Jacques Lequeu est plutôt un visionnaire qu’un architecte. À part deux " folies " aux environs de sa ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m chacune, par...) natale, il n’a rien construit. Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) le reste de son œuvre architecturale consiste dans des dessins de bâtiments souvent inconstructibles. Le reste de son œuvre picturale, tels ses autoportraits en travesti, appartient au fantasme et a constitué une inspiration pour le surréalisme qui a vu en lui un précurseur. On ne sait pas grand-chose de sa vie (La vie est le nom donné :). On sait qu’il a travaillé dans sa ville natale avec l’architecte Le Brument.

Il a été architecte (L'architecte est le professionnel du bâtiment dont la fonction est de concevoir et de diriger la réalisation d'une œuvre d'architecture...) de l’Académie royale des Sciences, Belles-Lettres, et Beaux-Arts. Il a reçu deux prix de l’Académie Royale de Rouen en 1776 et 1778. En 1779, il travaille comme dessinateur (Un dessinateur est une personne pratiquant le dessin. Le dessin résultant du travail d'un dessinateur peut être : artistique, statique, ou une base de travail pour d'autres professionnels.) ou inspecteur au bureau des bâtiments de l’église Sainte-Geneviève (c’est-à-dire l'agence de Jacques-Germain Soufflot). En 1793, il est employé au bureau du Cadastre (Le terme cadastre (terme provençal venant du grec κατ?στιχον), ou un mot apparenté étymologiquement, se retrouve dans...). En 1802, il travaille au bureau des bâtiments civils du ministère de l’Intérieur. En juillet 1825, il donne l’ensemble de ses dessins et manuscrits à la Bibliothèque Royale.

Il est souvent considéré comme un architecte " révolutionnaire ", au même titre que Étienne-Louis Boullée et Claude Nicolas Ledoux (Claude Nicolas Ledoux est un architecte et urbaniste français né à Dormans le 21 mars 1736 et mort à Paris le 18 novembre 1806.). Cette épithète ne vient pas de ce qu'ils ont révolutionné l'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) ou qu'il aient été particulièrement engagés à cette période, mais qu'ils sont contemporains de la Révolution française.

Sources

  • Philippe Duboy, Jean-Jacques Lequeu : une énigme, Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du...), Hazan, 1987.
  • Philippe Duboy, " La Fantasmagorie de l'architecte ", in catalogue de l'exposition Les architectes de la liberté 1789-1799, ENSBA, Paris (4 octobre 1989 - 7 janvier 1990), ISBN 2-903639-65-5
  • Emil Kaufmann, Trois architectes révolutionnaires, Boullée, Ledoux, Lequeu, Paris, 1978.
  • Jacques Guillerme, " Lequeu et l'invention du mauvais goût " in Gazette des Beaux-Arts, Paris, septembre 1965, p. 153-166.
  • A. Jacques et J.-P. Mouilleseaux, les Architectes de la Liberté, Paris, 1988.
  • La Révolution en Haute-Normandie 1798-1802, éditions du P'tit Normand, 1989.
Page générée en 0.147 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique