Interopérabilité en informatique

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Interopérabilité en informatique - Définition

Introduction

L’interopérabilité en informatique est la capacité que possède un système informatique à fonctionner avec d'autres produits ou systèmes informatiques, existants ou futurs, sans restriction d'accès ou de mise en œuvre.

Introduction

Enjeux

L'interopérabilité (L’ interopérabilité est la capacité que possède un produit ou un...) est une notion absolument cruciale pour le réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) téléphonique mondial et Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services...). Par essence, des matériels divers et variés sont mis en œuvre dans ces réseaux hétérogènes aux côtés d'une panoplie encore plus vaste de matériels informatiques et de logiciels.

Elle est aussi cruciale pour l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) de l'économie, car dans presque tous les domaines d'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) dans l'industrie, dans les services, et dans l'agriculture, on emploie des systèmes informatiques, qui aujourd'hui communiquent d'une entreprise à l'autre par l'intermédiare de réseaux informatiques (internet, extranet (Utilisation du "net" dans laquelle une organisation structure le réseau pour s'interconnecter avec...), messageries électroniques). On a pu constater l'interdépendance des systèmes informatiques mondiaux lors du passage informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine...) à l'an 2000 (Y2K).

L'interopérabilité est une nécessité dans le domaine du commerce électronique (Le commerce électronique ou vente en ligne, désigne l'échange de biens et de...). En effet, le demandeur de services et le fournisseur de services doivent pouvoir interopérer en employant des structures et des types de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) communs.

Nécessité des normes

L'interopérabilité nécessite que les communications obéissent à des normes, clairement établies et univoques (voir Normes et standards industriels). Ces documents techniques définissent souvent des exigences, parfois accompagnées de recommandations plus ou moins optionnelles. Si la norme (Une norme, du latin norma (« équerre, règle ») désigne un...) est correctement écrite, deux systèmes qui satisfont aux exigences doivent dialoguer ensemble sans souci particulier. Ils peuvent ainsi évoluer librement sans risque de casser cette possibilité de communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle,...), tant qu'ils respectent la norme définissant leurs interfaces.

Par exemple, la norme peut définir des éléments comme :

  • les formats des données échangées dans le contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le...) considéré, qui décrivent des séquences d'informations ou de commandes qu'un système doit envoyer, comment ses correspondants doivent y répondre (protocole de communication).
  • les tensions et courants à utiliser ;
  • les types de câbles à utiliser.

Dans le monde (Le mot monde peut désigner :) de l'informatique en particulier, il ne faut pas faire la confusion entre une norme et un standard, ce dernier désignant ce qui est produit habituellement par un producteur et ne dépend que de lui. Cette confusion vient de l'anglais, qui n'a qu'un seul mot pour désigner les deux concepts — standard signifie aussi norme.

La norme, et/ou la recommandation (Les industries ne fonctionnent pas correctement sans normes garantissant...) qui l'accompagne, est établie par un organisme indépendant qui limite les modifications unilatérales. On comprend donc qu'il est inopportun de définir une interopérabilité à partir d'un standard non ouvert.

Principe de l'interopérabilité en informatique

L'interopérabilité en informatique est une capacité juridique offerte au citoyen d'utiliser l'informatique sans se soucier d'aspects techniques.

Cette capacité doit permettre à tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) citoyen, sans préjudice, d'obliger par les ordres, qu'il donne à un ordinateur (Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant...), par l'intermédiaire d'un programme, de toute nature, de se coordonner, de coopérer et d'être piloté par tout autre programme d'une autre nature quel que soit le lieu, le matériel et le langage utilisé. Il doit le faire si le service attendu l'exige. Le service rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie)...) doit être de même valeur satisfaisante qu'il eut été fait par l'un ou l'autre des programmes, dès lors que le service correspond, sans obstacle contractuel ni obstacle technique.

Cela induit :

  • une conception iso-fonctionnelle de l'ergonomie employées pour atteindre le résultat quel que soit l'outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son...) employé, quelle que soit la langue.
  • une conception compréhensible du fonctionnement des machines et des logiciels : c'est-à-dire imitant la nature de manière à laisser l'humain reconnaître son interopérabilité avec les autres systèmes.
  • une conception qui n'exclut pas la nécessité pour un citoyen d'être formé à son utilisation comme il l'aurait été pour d'autres outils de même nature.
  • un style de conception qui n'exclue jamais le fonctionnement avec les autres systèmes informatique pour un même résultat attendu.
  • une présentation de résultat, dans son style propre, qui ne trahisse jamais le contenu renvoyé des autres logiciels faisant la preuve au mieux que celle-ci augmente la valeur de celui-ci sans le masquer, ni l'appauvrir.

L'interopérabilité s'applique couche après couche dans tous systèmes informatisés par des programmes automatiques, mais aussi doit être pris en compte dans les lois sans diminuer ni réduire la liberté dans la limite imposée par les droits de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo...).

Complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par...) de l'interopérabilité en informatique

L'informatique pose le problème de l'interopérabilité en des termes nouveaux. Elle met en évidence certaines contradictions entre les intérêts commerciaux d'entreprises fournissant produits et services, et les exigences nouvelles des consommateurs de ces produits et services. Du fait des outils informatisés, de l'expertise acquise par des groupes d'utilisateurs, de la communication facilitée, l'interopérabilité devient une problématique plus concrète (La concrète est une pâte plus ou moins dure obtenue après extraction d’une...) aux yeux d'un nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) grandissant de personnes, qui en comprennent mieux les tenants et aboutissants — notamment les enjeux du choix et de la protection des données.

Ce mouvement est vu comme une avancée démocratique par les partisans d'une interopérabilité « ouverte », mais cet avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un...) n'est pas partagé par tous. Nombres d'entreprises défendent à l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de...) un modèle plus classique où l'interopérabilité reste le fruit (En botanique, le fruit est l'organe végétal protégeant la graine....) de l'initiative privée et subit un contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de...) strict. De par les enjeux qui lui sont aujourd'hui liés, dans les domaines du travail ou dans la sphère (En mathématiques, et plus précisément en géométrie euclidienne, une...) privée par exemple, l'interopérabilité informatique va certainement jouer un rôle de catalyseur (En chimie, un catalyseur est une substance qui augmente la vitesse d'une réaction chimique ;...) des changements futurs (Futurs est une collection de science-fiction des Éditions de l'Aurore.), quels qu'ils soient.

Les données véhiculées dans les interfaces

En pratique, l'interopérabilité touche tous les domaines de l'informatique. Ce sont les règles de cohérence des données véhiculées qui gouvernent l'interopérabilité. Les données de référence employées par plusieurs applications sont généralement celles qui pilotent l'interopérabilité.

Dans des contextes où coexistent les données structurées (celles des bases de données) et les données non structurées (les documents, textes, images), on considère généralement aujourd'hui que les données communes sont constituées par des « métadonnées ». À l'origine, c'étaient des mots clés qui étaient introduits dans les langages de balisage tels que SGML, HTML.

Le langage XML est aujourd'hui considéré comme le langage qui permet d'accéder à l'ensemble des ressources informatiques par le Web, en utilisant ces métadonnées, dans le cadre RDF défini par le W3C en 1999. En pratique, l'interopérabilité repose sur la description de Schémas XML, qui permettent de vérifier que les documents XML se conforment aux contraintes d'un schéma. La souplesse des schémas XML vient de ce qu'il est possible de définir des espaces de noms et des types de données pour caractériser les éléments de données échangés.

Autant l'interopérabilité est nécessaire en intelligence économique pour les gouvernements et les entreprises en réseau, autant l'utilisation sans précaution des métadonnées dans les composants informatiques peut comporter des risques de pertes d'informations pour les communautés qui les emploient, souvent sans avoir conscience de leur importance stratégique. La tenue de registres de métadonnées conformément aux règles normatives (ISO/CEI 11179) limite les risques liés aux métadonnées.

Voir : Risques et recensement (Le recensement est une opération statistique de dénombrement d'une population.) des utilisations des métadonnées

Plusieurs gouvernements dans le monde emploient des référentiels de métadonnées basés sur le Dublin Core (Le Dublin Core est un schéma de métadonnées générique qui permet de...), visant à mettre en œuvre l'interopérabilité dans des cadres définis.

Interfaces de programmation (La programmation dans le domaine informatique est l'ensemble des activités qui permettent...)

Les interfaces de programmation (API) sont à la base de l'interopérabilité informatique. Par exemple, la spécification J2EE pour le langage de programmation (Un langage de programmation est un langage informatique, permettant à un être humain...) Java comporte de nombreux types d'API, qui véhiculent des métadonnées. Ces API peuvent s'appliquer à différents types de ressources informatiques (bases de données) ou applications (Progiciel de gestion intégré).

Page générée en 0.076 seconde(s) - site hébergé chez Contabo | English version
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique