Opéra Garnier
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

L'influence internationale

L'Opéra Garnier a eu une forte influence sur les opéras et théâtres construits dans les trente années suivantes. Citons :

  1. Le théâtre Amazonas de Manaus, construit de 1884 à 1896, dont l'apparence générale est très proche, même si la décoration est plus simple.
  2. En Pologne, le théâtre Juliusz Slowacki construit à Cracovie en 1893.
  3. En Pologne également, la Philharmonie de Varsovie construite de 1900 à 1901. Cette dernière a été détruite lors des bombardements de Varsovie en septembre 1939 et reconstruite dans le style du réalisme socialiste.
  4. En Ukraine, l'Opéra de Lvov construit de 1897 à 1900.
  5. En Ukraine également, l'Opéra de Kiev (Kiev (???? - Kyïv en ukrainien, ???? en russe, Kijów en polonais) est la capitale et la plus grande ville de l'Ukraine, c'est aussi le chef-lieu de la région et une des plus anciennes...) construit en 1901.
  6. Le Thomas Jefferson (Thomas Jefferson, né le 13 avril 1743 à Shadwell et mort le 4 juillet 1826 à Monticello, était le troisième président des États-Unis d'Amérique de 1801...) Building de la Bibliothèque du Congrès à Washington, surtout pour sa partie centrale et le grand Hall.
  7. Le théâtre municipal de Rio de Janeiro (Rio de Janeiro est une mégapole située dans le sud-est du Brésil. C'est également la capitale de l'État de Rio de Janeiro. Avec ses 6,1 millions d'habitants intra-muros (communément appelés...) (1909), surtout pour l'escalier (L’escalier est une construction architecturale constituée d'une suite régulière de marches, les degrés, permettant d'accéder à un étage, de passer d'un niveau à...) et le grand Hall.

Quelques chiffres

  • Surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois...) utile : 11.237 mètres carrés ;
  • Longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est celle de l’objet complètement...) totale : 173 mètres ;
  • Largeur (La largeur d’un objet représente sa dimension perpendiculaire à sa longueur, soit la mesure la plus étroite de sa face. En géométrie plane, la largeur est la plus petite des deux...) maximale : 125 mètres ;
  • Hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) du fond de la cuve à la lyre d'Apollon (Apollon (en grec ancien ?π?λλων / Apóllôn, en latin Apollo) est le dieu archer grec de la clarté solaire, de la raison, des arts...) et son paratonnerre : 73,60 mètres ;
  • Hauteur du grand escalier : 30 mètres ;
  • Dimensions (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son diamètre si c'est une pièce de révolution.) du grand foyer : 18 mètres de hauteur, 54 mètres de longueur et 13 mètres de largeur ;
  • Dimensions de la salle : 20 mètres de hauteur, 32 mètres de profondeur, 31 mètres de largeur maximale ;
  • Poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est...) du lustre : 7 à 8 tonnes ;
  • Principales caractéristiques de la scène : 60 mètres de hauteur, dont 45 mètres de cintres et 15 mètres de dessous, 27 mètres de profondeur, 48,50 mètres de largeur pour 16 mètres d'ouverture de cadre.

Les œuvres créées à Garnier

Œuvres lyriques

  • 1883 : Henry VIII de Camille Saint-Saëns ;
  • 1890 : Ascanio de Camille Saint-Saëns ;
  • 1894 : Thaïs de Jules Massenet ;
  • 1895 : Frédégonde d'Ernest Guiraud et Camille Saint-Saëns ;
  • 1901 : Les Barbares de Camille Saint-Saëns ;
  • 1909 : Monna Vanna d'Henry Février ;
  • 1923 : Padmâvatî d'Albert Roussel ;
  • 1925 : L'Île désenchantée d'Henry Février ;
  • 1983 : Saint François d'Assise de Olivier Messiaen.
  • 2009 : Yvonne, princesse de Bourgogne de Philippe Boesmans.

Œuvres chorégraphiques

  • 1886 : Les deux pigeons d'André Messager ;
  • 1928 : Boléro de Maurice Ravel ;
  • 1931 : Bacchus et Ariane de Roussel.

Les modernisations et restaurations

Les modernisations successives

  • Dès 1881, l'éclairage électrique apparaît dans la grande salle.
  • Au début des années 1950 et à l'arrière de la scène, sont installés de nouveaux ascenseurs et monte-charges pour faciliter les déplacements des employés dans le bâtiment de l'administration, ceux des artistes entre loges et plateau et des techniciens en facilitant la venue et la manutention des décors depuis la cour Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.).
  • Plus anecdotique, un dispositif de surtitrage a été installé comme à l'Opéra Bastille (L’opéra Bastille est une salle d’opéra située sur la place de la Bastille à Paris, conçue par Carlos Ott et inaugurée en 1989. C’est avec l’opéra Garnier l’une des deux...) pour faciliter la compréhension des ouvrages représentés (la position ou la configuration de plusieurs baignoires, loges et places de balcons ne permet pas de rendre ce service visible à l'intégralité des spectateurs).

Les campagnes de restauration

Façade principale Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.), après sa restauration

L'Opéra national de Paris (L'Opéra national de Paris est un établissement public industriel et commercial français placé sous la tutelle du ministère de la Culture. Il a pour mission de rendre...) a entamé, depuis l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) 1990, une grande campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu...) de restauration du Palais Garnier. Les importants travaux réalisés sur la scène, la salle et la façade principale ainsi que la restauration du grand foyer et de ses salons attenants se poursuivent suivant un phasage pluriannuel et trouvent aujourd'hui leur prolongement dans une opération de remise aux normes des réseaux électriques de l'édifice.

En 2000, le ravalement suivi d'une restauration approfondie et scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les...) de la façade principale de l'Opéra entraîne le public à reconsidérer cette élévation noircie et abîmée par le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) et à une redécouverte complète de son décor dans sa polychromie originelle, ses dorures et la variété des matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) qui la composent, ces derniers venus pour certains de contrées lointaines. C'est à cette occasion que les médaillons surmontant la façade reçurent les initiales dorées « N » et « E » pour Napoléon et Eugénie. Celles-ci étaient prévues dans les plans d'origine de Garnier, mais ne furent jamais posées en raison de la chute du Second Empire.

En mai 2004, les prestigieux décors imaginés par l'architecte (L'architecte est le professionnel du bâtiment dont la fonction est de concevoir et de diriger la réalisation d'une œuvre d'architecture pour le compte d'un propriétaire qui peut être un particulier, une...) pour le grand foyer et inaugurés pour la première fois le 5 janvier 1875 retrouvent leur éclat perdu. Le tapissier français Charles Jouffre s’est vu confier la restauration des grandes tentures et rideaux de ce chantier prestigieux dont le grand foyer était privé depuis soixante-dix ans, après un malheureux incendie survenu en 1928 : « (...) et j’étais impatient de voir déjà ses longs rideaux d’or, moirés de veines légères, se draper dans leur plis somptueux et communiquer au foyer une splendeur de bon aloi.(...) » (Charles Garnier).

Un panneau de chantier posé en 2004 nous distille (Le distille est la tenue portée par les Fremen dans le cycle de fiction de Dune de Frank Herbert.) quelques informations sur la tranche de travaux en cours. Prévue à l'origine pour durer douze mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) à partir de janvier 2004 et d'un montant prévisionnel de 3.300.000,00 euros ttc, elle comprend : « (...) Les présents travaux portent sur la reprise de l'ensemble des réseaux électriques, qui se sont superposés au fil des années à l'intérieur du monument. Le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande...) induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en électricité...) la mise à niveau de toutes les installations (...) courants forts et faibles et leurs intégrations architecturales ».

Cette dernière opération semble marquer le pas, en raison des croissantes restrictions budgétaires de la part du ministère de la Culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup...) et par le biais de la DAPA (Direction de l'Architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) et du Patrimoine).
On est également en droit de s'interroger sur le maintien, pour une période indéterminée (En mathématiques, une indéterminée est le concept permettant de formaliser des objets comme les polynômes formels, les fractions rationnelles ou encore les séries...), de filets de protection apposés sur de trop nombreuses parties des bâtiments et de leurs élévations (même sur la façade principale !). Bandeaux, corniches, groupes et tympans sculptés, ainsi recouverts, participent d'une esthétique et d'une impression générales qui sont loin d'être du meilleur effet pour les touristes comme pour les habitants de la capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs, ou une ville ayant une prééminence dans un domaine social, culturel, économique...).

Un second panneau, installé fin 2006, apporte des précisions sur la " Restauration des parvis de la façade Sud " d'un montant annoncé de 2.184.000,00 euros ttc : « Les travaux concernent la restauration du parvis et de l’emmarchement de la façade principale, des emmarchements en retour côté cour et côté jardin, ainsi que des appareils d’éclairage du parvis et des perrons en retour. Ces travaux seront l’occasion de créer, au niveau de l’entrée principale du Palais Garnier, un accès pour personnes à mobilité réduite, au droit du perron côté jardin, qui viendra compléter l’accès par l’entrée des artistes.
Ces travaux s’inscrivent dans la continuité des travaux de restauration de la façade principale, réalisés en 1999-2000 ».

Les phases successives des travaux sont d'abord exécutées sous la direction de Jean-Loup Roubert (Jean-Loup Paul Étienne Roubert est un architecte français né à Reims (Marne) le 4 janvier 1932.), prix de Rome et architecte des bâtiments civils et palais nationaux puis, assez rapidement, sous celle d'Alain-Charles Perrot, architecte en chef et inspecteur général des monuments historiques. En septembre 2010, Pascal Prunet devient l'architecte en chef responsable du batiment.

Page générée en 0.318 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique