Vitrail - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Vitrail du XIXe siècle par Samuel Coucke (1861). Église Notre-Dame des Victoires au Sablon à Bruxelles

Le vitrail est une composition décorative formée de pièces de verre (Le verre, dans le langage courant, désigne un matériau ou un alliage dur, fragile...). Celles-ci peuvent être blanches ou colorées et peuvent recevoir un décor. Le mot vitrail (Le vitrail est une composition décorative formée de pièces de verre. Celles-ci...) désigne une technique tandis que la fermeture (Le terme fermeture renvoie à :) d'une baie fixe avec du verre s'appelle une verrière.

Depuis le début du Moyen Âge, ces pièces sont assemblées par des baguettes de plomb (Le plomb est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Pb et...). Ce procédé, bien qu'aujourd'hui toujours dominant, n'est pas le seul en usage : d'autres techniques, telles que celles du ruban de cuivre (Le cuivre est un élément chimique de symbole Cu et de numéro atomique 29. Le cuivre...) (aussi appelée méthode Tiffany, de son concepteur (Un concepteur est une personne qui imagine et réalise quelque chose. Ce mot vient du verbe...) Louis Comfort Tiffany), de la dalle de verre enchâssée dans le béton (Le béton est un matériau de construction composite fabriqué à partir de...) ou le silicone (Les silicones, ou polysiloxanes, sont des composés inorganiques formés d'une chaine...), de collages (avec des résines ou des polymères), et du vitrail à verre libre, peuvent être utilisées ou combinées.

Un vitrail est appelé vitrerie lorsque son dessin est géométrique et répétitif (par exemple des losanges ou des bornes). La vitrerie est généralement claire et sans peinture.

Un vitrail et une vitrerie se réalisent suivant le même procédé en associant le plomb et le verre. Le verre utilisé est plan, d'une épaisseur variant entre 1,5 mm et 5 mm, et le plomb se présente sous forme de baguettes en forme de H couché. Les pièces de verre sont serties dans les plombs puis l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) est maintenu définitivement grâce aux soudures réalisées à chaque intersection des plombs.

Détail d'un panneau du vitrail de Saint Thomas, cathédrale (Une cathédrale est, à l'origine, une église chrétienne où se trouve le...) de Canterbury.
La surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a...) peinte des verres est apparente. Les plombs en H sont visibles avec leurs jonctions soudées, de même que les fers raidisseurs et les fils de cuivre qui les lient au vitrail.

Historique

Les origines

Le verre coloré a été produit depuis les époques les plus reculées. Tant les Égyptiens que les Romains ont excellé dans la fabrication de petits objets de verre coloré. Le British Museum possède deux pièces romaines exceptionnelles, la tasse de Lycurgue, dont la teinte couleur (La couleur est la perception subjective qu'a l'œil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes...) moutarde prend des reflets pourpres lorsque la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil...) la traverse (Une traverse est un élément fondamental de la voie ferrée. C'est une pièce posée en travers de...) et le vase Portland, bleu (Bleu (de l'ancien haut-allemand « blao » = brillant) est une des trois couleurs...) nuit à décor incisé blanc (Le blanc est la couleur d'un corps chauffé à environ 5 000 °C (voir...).

Dans les premières églises chrétiennes du IVe et du Ve siècles, on peut encore observer de nombreuses ouvertures occultées par des motifs en très fines feuilles d'albâtre serties dans des cadres en bois, donnant un effet de vitrail primitif. Des effets semblables ont été atteints avec une plus grande sophistication par des créateurs musulmans en Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la...) Mineure en utilisant le verre coloré en lieu et place de la pierre.

Flacon à parfum (Un parfum est une odeur ou plus souvent une composition odorante plus ou moins persistante...), Ier siècle av. J.-C.
Vase Portland, camée de verre, Ier siècle apr. J.-C.
Vitrail de la mosquée Nasir al-Mulk à Shiraz, Iran.

Le vitrail médiéval

En tant que forme artistique, la technique du vitrail atteint sa plénitude au Moyen Âge. Durant les périodes romane et gothique primitif (950 à 1240), les ouvertures se développèrent exigeant de plus grandes surfaces vitrées. La stabilité était assurée par de robustes cadres de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le...). Ces modèles sont encore visibles dans la cathédrale de Chartres et à l’extrémité orientale de la nef (La nef est la partie d'une église allant du portail à la croisée du transept et qui...) de la cathédrale de Canterbury.
Avec le développement ornemental de l’architecture gothique, les ouvertures devinrent de plus en plus grandes, améliorant l'éclairage des intérieurs. L'architecture gothique (L'architecture gothique (ou ) est un style architectural qui s'est développé à...) innova en introduisant un cloisonnement des fenêtres par des piliers verticaux et des motifs de pierre. La complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par...) de ces ouvertures atteignit son apogée (Un apogée (du grec apogeios : loin de la terre ; apo : loin + gê :...) dans les immenses baies du style flamboyant (Flamboyant est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certains arbres de la...) européen.
Intégrés à la tendance à l’élévation verticale (La verticale est une droite parallèle à la direction de la pesanteur, donnée notamment par le...) des cathédrales et des églises paroissiales, les vitraux devinrent des créations de plus en plus audacieuses. La forme circulaire, ou rosace (Une rosace est une figure symétrique, formée de courbes inscrites dans un cercle à partir d'un...) développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de...) en France, évolua à partir de percements relativement simples dans les parois de pierre jusqu’aux immenses rosaces, comme celle du fronton ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se...) de la cathédrale de Chartres. Ces modèles atteignirent une énorme complexité, la dentelle de pierre étant ramifiée en centaines de différents points, comme dans la Sainte-Chapelle (La Sainte-Chapelle est une chapelle qui fut édifiée sur l’île de la...) à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...).

Le vitrail en dalle de verre

vitrail en dalle de verre

Il s'agit d'une technique particulière, très récente par rapport à l'Art séculaire du vitrail classique. En 1929, dans son atelier de Montigny-les-Cormeilles, au nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) de Paris, le verrier Jules Albertini met au point (Graphie) les premières dalles de verre (plaques de verre de 20x30 cm, de 2 à 3 cm. d'épaisseur) avec le mosaïste Jean Gaudin qui est le premier artiste (Est communément appelée artiste toute personne exerçant l'un des métiers ou activités...) à réaliser en France des vitraux en dalle de verre ; Auguste Labouret dépose ensuite en 1933 un brevet d'invention pour une nouvelle technique de "vitrail en dalles éclatées à réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) de ciment (Le ciment (du latin caementum, signifiant moellon, pierre de construction) est une matière...) armé". Charles Lorin l'adopte à son tour. Son élève Gabriel Loire, à Chartres, en fera sa technique d'expression. Elle connaît un grand succès dans les années cinquante, des moines trappistes, des moines bénédictins (Saint-Benoît-sur-Loire, En Calcat, Buckfast, …) l'adoptent dans leurs ateliers de vitraux comme de très nombreux ateliers civils, en relation avec les importantes commandes de la reconstruction et construction d'églises modernes. Des peintres, comme Bazaine ou Léger, ont fait réaliser en dalle de verre de beaux ensembles (cf église (L'église peut être :) d'Audincourt, Doubs). Si cette technique est peu à peu passée de "mode", quelques créateurs en ont fait leur mode d'expression privilégié, comme le peintre verrier Henri Guérin (1929-2009) (cf site www.henri-guerin.com).

Initialement, le travail s'effectue à l'aide d'un coin et d'un marteau (marteau peut faire référence à :) qui servent (Servent est la contraction du mot serveur et client.) à tailler des morceaux de verre dans des petits blocs de verre de 2 à 3 centimètres d'épaisseur ayant la forme d'une brique. [1] On pose la pièce de verre sur le coin, et l'on frappe à l'aide du marteau pour séparer des morceaux jusqu'à obtention de la forme souhaitée, selon le même procédé de "calibrage" décrit ci-dessus.

Les pièces ainsi obtenues sont alors disposées selon le modèle dans un coffrage formé par des tasseaux de bois. Un travail minutieux et inspiré d'écaillage, effectué avec des martelines spéciales sur la tranche des verres, enrichit ces derniers de brillances et nuances. Ce coffrage sert à couler le béton qui constitue l'armature de la dalle de verre, dans les dimensions (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce...) et formes souhaitées. On coule ensuite le béton.
Durant l'opération de coulage, des tiges de métal (Un métal est un élément chimique qui peut perdre des électrons pour former des...) sont plongées dans le béton pour renforcer l'armature.

C'est la nécessité d'avoir une armature très robuste, du fait du poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la...) des pièces de verre, qui donne à ces vitraux cet aspect massif (Le mot massif peut être employé comme :) lorsqu'on les voit de l'extérieur d'un édifice.

De nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...), la technique a évolué vers l'utilisation de résine "époxy", dont la solidité a permis de réduire les largeurs d'armature, passant d'un minimum de 4 centimètres à moins de 1cm, suivant la surface du vitrail.

Le vitrail à verre libre

Vitrail à verre libre réalisé par Guy Simard, 2003

Il s'agit d'une technique de vitrail contemporain constitué de pièces de verre de diverses natures et textures (verre antique, copeaux de dalle de verre, tiges de verre, billes de verre, verre de plage (La géomorphologie définit une plage comme une « accumulation sur le bord de mer de...), verre de récupération, etc) déposées et combinées entre deux vitres, espacées d'environ 2cm, serties dans un cadre de bois ou de métal. Cette technique fut mise au point au début des années 1980 par Guy Simard, artiste verrier à Québec. Quoique procédant d'un même esprit, elle diffère passablement de la technique du laminage libre brevetée par Eric Wesselow (Prix de Rome), artiste verrier canadien d'origine polonaise.

Le vitrail à verre libre se différencie du vitrail traditionnel serti au plomb sous cinq aspects:

1. Alors que les grands vitraux d'églises ou de cathédrales se présentent comme de grands aplats, le vitrail à verre libre montre plutôt une très grande variété de textures. Le vitrail est alors dit ou perçu comme étant plus dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il...), en ce sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but...) que lorsque la lumière ponctuelle (un point de lumière), le soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile...) par exemple, poursuit sa course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.), ou que le spectateur se déplace par rapport au vitrail, les effets de lumière se déplacent aussi, passant d'une pièce de verre à l'autre.

2. La réalisation d'un vitrail à verre libre nécessite environ quatre à cinq fois plus de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) qu'un vitrail traditionnel et la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire,...) de verre utilisé est multipliée dans la même proportion. Ce qui fait que les vitraux à verre libre sont environ aussi lourds que les vitraux en dalles de verre.

3. Un vitrail à verre libre se construit un peu à la manière d'une tapisserie haute lisse. Il se monte de bas en haut. Les pièces de verre étant déposées librement dans la boîte vitrée qui leur sert d'habitacle, il s'en suit qu'il est absolument impossible de produire deux vitraux à verre libre absolument identiques, ce qui est possible, par contre, en vitrail traditionnel.

4. Un vitrail à verre libre ne contient aucune colle (Une colle ou la glu est un produit de nature liquide ou gélatineuse servant à lier des...) ni n'utilise aucune forme de sertissage (Le sertissage est une opération simple d'assemblage de deux pièces, habituelle en mécanique et...). Ce qui retient le verre, c'est uniquement son cadre, son contenant de vitre et de métal ou de bois. Ceci signifie que les pièces de verre à l'intérieur du vitrail à verre libre peuvent bouger si, par exemple, le vitrail est tourné de 180° à la verticale, c'est-à-dire lorsque le haut devient le bas et que le bas se retrouve en haut. Ainsi, plus le verre est compact, moins il peut bouger.

5. Un vitrail traditionnel au plomb pourrait, à la limite, mesurer deux mètres sur deux. Un vitrail à verre libre de plus d'un mètre carré (Le mètre carré (symbole m²) est l'unité d'aire du système international.) implique des contraintes techniques particulières. Notamment, la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée...) latérale augmente rapidement au centre du vitrail, ce qui fait que les vitres qui retiennent les pièces de verre ont tendance à se bomber. Plus le cadre est grand, plus les vitres doivent être épaisses. Par exemple, des vitres de 4mm d'épaisseur suffisent pour un cadre de 60 x 60 cm, alors qu'il faut utiliser des vitres de 5 à 6 mm pour un cadre d'un mètre (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du...) carré (Un carré est un polygone régulier à quatre côtés. Cela signifie que ses...).

Page générée en 0.016 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique