Capital naturel
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Le capital naturel fait référence aux ressources telles que minéraux, plantes, animaux, air, pétrole de la biosphère terrestre, vus comme un moyen de production d'oxygène, de filtration de l'eau, de prévention de l'érosion, ou comme fournisseur d'autres services naturels. Le capital naturel (Le capital naturel fait référence aux ressources telles que minéraux, plantes, animaux, air, pétrole de la biosphère terrestre, vus comme un moyen de production d'oxygène, de filtration de l'eau, de prévention de l'érosion, ou...) constitue une approche d'estimation de la valeur d'un écosystème, une alternative à la vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) plus traditionnelle selon laquelle la vie (La vie est le nom donné :) non-humaine constitue une ressource naturelle passive.

Il s'agit d'une expression quelquefois employée dans certaines analyses économiques qui cherchent à prendre en compte les objectifs de développement durable (Le développement durable (traduction de Sustainable development) est une nouvelle conception de l'intérêt public, appliquée à la...). D'autres approches existent, comme l'empreinte écologique (L’empreinte écologique vise à traduire de manière facilement compréhensible l’impact d’activités humaines sur les écosystèmes et la planète. Elle se mesure généralement en surface (hectares par individu, ou hectares...) et l'éco-efficacité.

Les théories économiques classique et néoclassique

Théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur l’observation ou...) économique classique

En théorie économique classique, l'approche de l'analyse économique des facteurs de production considère que les ressources naturelles sont l'un des trois facteurs de production, le facteur " terre ", les deux autres étant étant le " capital " et le " travail ".

La terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre planètes...) est généralement classée comme facteur de production et non comme capital. La différence entre les deux est que la terre représente les biens naturellement existants tels que le sol et les minéraux, alors que le capital fait uniquement référence aux biens produits par l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par...).

Cependant, cet argument sera contrecarré ultérieurement par celui soutenant qu'il est utile de voir de nombreux systèmes naturels comme " capital " car ils peuvent être améliorés ou dégradés par l'action humaine au cours du temps ; par conséquent, estimer leur valeur productive comme uniquement fixée par la nature pourrait être une approche trompeuse.

Théorie économique néoclassique

En théorie économique néoclassique, le facteur de production " terre " disparaît, seuls subsistent les facteurs capital et travail. La production reposaient alors de plus en plus sur les installations industrielles, capital de production que l'on peut augmenter par l'investissement, que sur l'agriculture à laquelle se référaient les classiques. La " terre " est alors vue comme immuable.

Le renforcement des contraintes d'approvisionnement de matières premières et l'influence de l'homme sur l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...) feront intégrer par la théorie néoclassique au facteur de production capital une composante représentant le capital naturel.

Apparition du terme capital naturel

Utilisateurs du terme

Le terme capital naturel apparaît dans les années 1970. Il est fortement identifié avec Robert Costanza, l'expérience Biosphère II (Biosphère II est un site expérimental construit pour reproduire un système écologique artificiel clos. Elle se trouve dans le désert de l'Arizona et elle fut construit entre 1987...), et le Natural (Natural est un langage de programmation semi-compilé, édité par la société allemande Software AG.) Capitalism, modèle économique de Paul Hawken, Amory Lovins, et Hunter Lovins.

Les indicateurs utilisés par l'PNUE, le WCMC et l'OCDE pour mesurer la valeur marchande de la biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des espèces, des...) utilisent les termes dans un sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du...) légèrement plus spécifique.

Toutefois, tous les utilisateurs du terme différencient le capital naturel du capital manufacturé et du capital infrastructurel d'une façon ou d'une autre. Il ne semble pas y avoir de controverse quant aux principes de base définissant le capitalisme naturel.

Deux paradigmes écologiques : durabilité faible / forte

Beaucoup d'avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un projet hongrois de monoplace de sport derrière lequel se cachait en fait un monoplace de chasse destiné au Legüyi...) diffèrent quant aux indicateurs, aux valeurs, aux services, aux mesures et aux méthodes.

Deux paradigmes s'affrontent au sujet de la durabilité (ou soutenabilité) :

  • La durabilité faible
Dans cette hypothèse compatible avec les économistes néoclassiques, et défendue par Hartwick (1977), il y a substitution entre capital artificiel (richesse créée) et capital naturel (ressource naturelle).
  • La durabilité forte
Dans cette hypothèse, défendue par Daly (1990), le stock de capital naturel ne doit pas baisser. Daly soutient que capital naturel et capital artificiel sont complémentaires et non substituts [1].
Page générée en 0.066 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique