De Mercury à Apollo: les vaisseaux qui menèrent à la Lune
Publié par jyb le 20/07/2009 à 23:11
Le programme lunaire fut finalement de courte durée. Le principal objectif est rempli dès la première mission: les américains ont réussi à devancer les russes dans la course à la Lune. Reste que le rêve des américains retombe rapidement, l'intérêt scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) de la poursuite des missions, compte tenu du coût et la manière dont se passent ces missions, ne fait guère rêver.

Dans les films de science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large....) fiction, les vaisseaux voyagent de planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la maintienne en...) en planète de la même manière que les avions volent d'aéroport (Un aéroport est l'ensemble des bâtiments et des installations d'un aérodrome qui servent au trafic aérien d'une ville ou d'une région. Ces...) en aéroport. Pour commencer, certains composants ne sont guère présentables. Le LEM présente des formes que n'aurait pas reniées le sculpteur César. Pour continuer, chaque élément d'une mission Apollo ne sert qu'une seule fois et est immédiatement abandonné après usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.). On est très loin de ce que le public attend d'un vaisseau spatial.

La Nasa (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est l'agence...) va donc abandonner le programme lunaire (Pour les homonymes, voir Pierrot lunaire, une œuvre de musique vocale d'Arnold Schönberg.) au bénéfice de deux programmes. Un premier programme, mis en place pratiquement dans l'urgence est celui de la station spatiale (Une station spatiale, dans le domaine de l'astronautique, est une installation spatiale en orbite ou déposée sur un astre, ne disposant pas de moyens de propulsion autonomes ou ne disposant que de moyens de propulsion réduits, et...) Skylab (Skylab a été la première station spatiale américaine. Elle fut lancée le 14 mai 1973 et se désintégra au-dessus de l'océan Indien le 11 juillet 1979...). Elle est construite à partir d'éléments de la fusée (Fusée peut faire référence à :) Saturn 5 et de modules de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) Apollo. Lancée en 1973, cette station spatiale va présenter au public un premier engin spatial "durable". Elle sera ravitaillée par les vaisseaux Apollo non utilisés pour la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du système solaire avec un diamètre de 3 474 km. La distance moyenne séparant la Terre de la Lune est de 384 400 km (soit un...), après le vol du dernier, la station va être maintenue en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) jusqu'en 1979.

Le second programme de la NASA va être bien sûr le programme d'avion spatial (Un avion spatial est un véhicule spatial réutilisable, généralement habité, pouvant regagner la Terre par ses propres moyens dans les conditions d'un aérodyne.) qui va donner naissance à la navette (Une navette spatiale, dans le domaine de l'astronautique, est un véhicule aérospatial réutilisable conçu pour assurer la desserte des stations spatiales en orbite basse mais pouvant aussi...). En réalité, les recherches dans ce domaine ont commencé avant le programme lunaire et a donné lieu à la construction d'appareils de légende dont le X15, le premier avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air, entraîné par un organe moteur (dans le cas d'un engin sans moteur, on parlera de...) à atteindre la limite de l'espace, c'était dans les années 60. L'avion spatial a le mérite d'être beau et de correspondre à ce que le public attend d'un vaisseau spatial: il décolle, va dans l'espace, redescend et atterrit prêt à refaire le plein pour un autre voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel (tourisme) ou professionnel (affaires). Le voyage s'est considérablement développé et...).

Cependant, cet attrait pour cette forme de conquête spatiale ne va pas avoir les effets escomptés. La navette ne rend pas plus de service que les fusées standards, elle est plus chère à mettre en œuvre et ne permet pas de s'éloigner des orbites terrestres les plus basses. Finalement, la décision américaine de retourner sur la Lune s'accompagne d'une décision d'arrêter la navette pour la conception d'un nouveau vaisseau ressemblant en partie étrangement à... Apollo !
Page générée en 0.080 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique