[News] Développer une bactérie policière pour lutter contre la résistance aux antibiotiques

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 23519
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Développer une bactérie policière pour lutter contre la résistance aux antibiotiques

Message par Adrien » 26/02/2020 - 8:00:05


Image
Kevin Neil, étudiant au doctorat en biologie et entrepreneur.
Photo: Michel Caron - UdeS
La résistance bactérienne aux antibiotiques menace de transformer des infections bénignes en maladies mortelles. Pour répondre à cette menace de plus en plus importante, des biologistes cherchent des alternatives à l’utilisation des antibiotiques conventionnels. C’est le cas de Kevin Neil, étudiant au doctorat en biologie au laboratoire du professeur Sébastien Rodrigue, qui travaille sur une technologie permettant de combattre les bactéries résistantes aux antibiotiques. Cette technologie brevetée a été à la base de la création de la compagnie TATUM bioscience.

« Nous développons ce que nous appelons « bacterial COP (COnjugative Probiotic) » ou la police bactérienne pour répondre à ce besoin grandissant de pallier la résistance aux antibiotiques, explique Kevin Neil. Grâce à de récents progrès en biologie synthétique, nous sommes maintenant en mesure de programmer des organismes vivants pour leur faire faire des tâches précises. Nous avons donc programmé notre police bactérienne pour trouver les bactéries résistantes aux antibiotiques et les éliminer sélectivement. »

Image
Les fondateurs de TATUM bioscience, Jean-François Millau, Kevin Neil et Pr Sébastien Rodrigue.
Photo: Michel Caron - UdeS
L’équipe de recherche a déjà démontré l’efficacité de sa technologie chez la souris, où les scientifiques ont réussi à éliminer 98% des bactéries résistantes aux antibiotiques ciblées avec une seule dose de bactérie policière. À terme, un tel outil pourrait servir à revitaliser des antibiotiques préexistants, éliminer des pathogènes ou même modifier le microbiote intestinal.

La technologie développée lors du projet doctoral de Kevin sera valorisée par TATUM bioscience, une compagnie qu’il a cofondée avec son directeur de thèse, Pr Rodrigue, et son associé, Jean-François Millau, lui-même ayant également terminé des études postdoctorales au Département de biologie.

Source: Université de Sherbrooke

Répondre