Église Notre-Dame-de-Bonsecours de Nancy - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Église Notre-Dame-de-Bonsecours
Vue générale de l'édifice

Nom local Notre-Dame-de-Bonsecours
Latitude
Longitude (La longitude est une valeur angulaire, expression du positionnement est-ouest d'un point sur Terre...)
48° 40′ 36″ Nord
       6° 11′ 58″ Est
/ 48.67667, 6.19944
 
Pays France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Ville Nancy
Culte Catholique romain
Type Église-tombeau
Début de la construction 1737
par Émmanuel Héré
Fin des travaux 1741
Style(s) dominant(s) Rococo (Le rococo (ou style « rocaille ») est un mouvement artistique français du...)
Protection Monument historique (Différents pays ont choisi de classer leurs monuments historiques selon différentes appellations.) (13 août 1906)
Localisation
 
France location map-Regions and departements.svg
Église Notre-Dame-de-Bonsecours de Nancy

L'église Notre-Dame-de-Bonsecours de Nancy est un édifice religieux du XVIIIe siècle que l'on doit à Emmanuel Héré.

Les origines de l'église

Le 5 janvier 1477, emmenés par le duc René II de Lorraine, les Lorrains et leurs alliés écrasent les Bourguignons. Cette date marque la fin de la bataille de Nancy par la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si...) de Charles le Téméraire ( Charles le Téméraire (1433-1477) est un duc de Bourgogne. Téméraire est un bateau de...). Des milliers de soldats morts en ce lieu lors de la bataille sont inhumés dans une fosse commune, près du ruisseau (Le ruisseau est un petit cours d'eau, au débit faible, alimenté par des sources d'eau naturelles,...) de Jarville. L'étendard de René II portait lors de la bataille l'image de l'Annonciation. En 1484, un religieux obtient de René II la permission d'y élever une chapelle (Une chapelle est un lieu de culte chrétien qui peut, selon le cas, constituer un édifice...) et un ermitage. Le sanctuaire (En anthropologie religieuse un sanctuaire (de sanctus, « sacré») est...) placé sous le vocable de Notre-Dame-de-Bonsecours par le duc est parfois nommé église Notre-Dame de la Victoire, les Lorrains la nommaient "Chapelle des Bourguignons". La chapelle primitive de Notre-Dame-de-Bonsecours est destinée à remercier la Vierge Marie de la victoire de René II.

La chapelle abrite une statue de la Vierge sculptée en 1505 par Mansuy Gauvin, sculpteur ordinaire du duc René II, qui travaillait aussi à la Porterie du Palais ducal. La Vierge est d'une belle sérénité, sous les plis de son manteau qu'elle ouvre de ses deux mains, la Vierge abrite le genre humain, symbolisé par de petits personnages " de toutes conditions", agenouillés de part et d'autre. C'est un bel (Nommé en l’honneur de l'inventeur Alexandre Graham Bell, le bel est unité de...) exemple du type bien connu de la Vierge de la Miséricorde (Un des attributs de Dieu, synonyme de clémence envers les pécheurs. Le Nouveau Testament donne...) qui connaît, en Lorraine, une vogue renouvelée certainement grâce au succès de popularité de cette statue. La statue de la Vierge de l'ancienne chapelle, retrouve sa place en 1741 dans la nouvelle église. Elle demeure comme un rare spécimen de la sculpture (La sculpture existe depuis le paléolithique(il y a 25000 ans à peu près) et la petite figurine...) lorraine de la fin du moyen âge, extrêmement intéressante, elle se trouve au fond de l'abside (L'abside est un volume qui élargit le fond d'un monument, en forme de demi-cylindre surmonté...), dans une vaste niche.

Desservie par les ermites puis, à compter de 1609 par les Minimes de Nancy, la chapelle devient un sanctuaire connu. Très petite, elle est agrandie en 1629. Les malheurs du XVIIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...) durant la guerre de Trente Ans accroissent encore la dévotion des Lorrains pour la Vierge de Bonsecours, en laquelle ils placent leur confiance pour écarter les ravages de la guerre, la peste (La peste (du latin pestis, maladie contagieuse) est une maladie à multiples facettes qui est...) et la famine.

De style baroque

Décoration intérieure
Décoration intérieure

Stanislas souhaite par nostalgie, une église avec une atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) polonaise. La décoration intérieure est chargée et reste l'un des rares témoignages du style rococo religieux en France particulièrement expressif dans les statues polychromes des saints, dont plusieurs sont particulièrement vénérés en Pologne. Ils ornent les pilastres de la nef (La nef est la partie d'une église allant du portail à la croisée du transept et qui...) à gauche (côté de l'épître): Saint Jean Népomucène (présenté comme lointain parent du roi de Pologne), Sainte Reine, Saint François-Xavier, Saint Michel Archange; à droite (côté de l'Évangile): Saint François de Paule, Saint Antoine de Padoue, Saint Gaétan de Thienne, Saint Joseph. Les auteurs de ces statues sont inconnus.

L'étroite nef, n'en est pas moins haute de 18 mètres, coupée par une arcade surbaissée dominée par la voûte (Une voûte (ou voute) est un élément architectural de couvrement intérieur d'un...). Les murs sont couverts d'un revêtement de stuc (Le stuc est un mélange de chaux et de plâtre. Les charges peuvent être le sable ou la poudre de...) coloré, aux motifs géométriques, donnant l'apparence du marbre (Le marbre est une roche métamorphique dérivée du calcaire, existant dans une grande...) et d'un arc triomphal tendu de fausses draperies. Cette réalisation est l'œuvre de Louis et Nicolas Manciaux qui travaillèrent longtemps dans les châteaux de Stanislas. Les voûtes sont en 1742 décorées par le peintre Joseph Gilles, dit "le Provençal", les fresques restaurées en 1853 par Bourdier. Ces représentations sont consacrées dans la première travée (Une travée, dans le domaine de l'architecture, est une ouverture délimitée par deux supports...) à l'Annonciation, dans la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui...) et troisième travée à l'Assomption et dans la quatrième à l'Immaculée-Conception. Les lunettes sont décorées d'emblèmes de Marie. Les fresques de Bonsecours témoignent de la diversité culturelle de l'époque des lumières, avec des influences venues de France, d'Italie, conformes au goût (Pour la faculté de juger les belles choses, voir Goût (esthétique)) de Stanislas.

La chaire est très ouvragée, et d'un travail délicat. Elle repose sur un support fait de quatre branches de style Louis XV, qui se terminent par des symboles des évangélistes. Ces quatre panneaux sont ornés de bas-reliefs représentant le Sauveur entouré des apôtres et trois des évangélistes, Saint Mathieu, Saint Marc et Saint Jean. Sur le dossier est figurée la scène du Calvaire (Calvaire : colline à l'extérieur de Jérusalem sur laquelle Jésus de...). L'abat-voix est soutenu par deux palmiers qui se courbent et forment une console.

De belles grilles bordaient naguère la coursive, elles ont été enlevées à la Révolution; il ne reste plus aujourd'hui que la grille ( Un grille-pain est un petit appareil électroménager. Une grille écran est un...) du sanctuaire au chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) de Stanislas Leszczynski (S.R.L.L.) que l'on attribue au serrurier Jean Lamour.

La double rangée de stalles (Les stalles sont les sièges en bois qui se trouvent des deux côtés du chœur d'une église....) qui garnit le fond de l'abside date seulement du XIXe siècle, le décor en est achevé en 1877. En 1889, deux confessionnaux de style Louis XV, dus aux ateliers de Eugène Vallin (Eugène Vallin est né à Herbéviller en 1856 et est mort à Nancy en 1922. C'est un architecte et...) et Victor Huel, sont disposés dans la nef, qui portent, pour celui de gauche, les symboles de la Justice (l'Ancien Testament) et celui de droite, une représentation de la Miséricorde (le Nouveau Testament).

Les vitraux du chœur modifiés en 1872 par l'atelier du verrier messin, Laurent-Charles Maréchal représentent, le mariage de la Vierge et la présentation de Jésus au Temple. Ces vitraux ont été commandés en 1868 par Napoléon III, à la demande de l'impératrice Eugénie. L'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) est très lumineux grâce aux 7 vitraux de la nef posés en 1904. Ils sont l'œuvre du peintre verrier Joseph Janin. Chaque vitrail (Le vitrail est une composition décorative formée de pièces de verre. Celles-ci...) comporte un médaillon illustrant une scène de l'histoire de l'église Bonsecours.

On remarque au-dessus de l'entrée un orgue Cuvillier et des drapeaux turcs. Ces emblèmes furent capturés par Charles V de Lorraine à la bataille de Saint-Gothard (5 août 1664), Charles François de Lorraine à la bataille de Mohács (12 août 1687) et par le duc François III à la bataille de Méhadia (aujourd'hui Caraş-Severin, Roumanie) le 13 juillet 1738.

Dans le chœur, près du mausolée (Un mausolée est un monument funéraire de grandes dimensions. Il doit son nom au satrape...) de Stanislas, se trouvait le guidon (étendard) du régiment des gardes du roi de Pologne, reproduction réduite du drapeau que les habitants de Dantzig avaient envoyé au roi en souvenir du fameux siège qu'ils avaient subi, en 1733. Volé en novembre 1969 et restitué en très mauvais état, ce guidon a été déposé au Musée lorrain.

Page générée en 0.168 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique